Une dernière note : La carrière de quatre décennies d’un musicien de la MRC

Galerie d'images

La Vigie - Printemps 2017 / Le 26 avril 2017

Par Peter Mallett

Après aucune fausse note pendant 41 ans, le maître de 2e classe Michael Savich, de la Musique Naden des Forces maritimes du Pacifique, a rangé son tuba pour la dernière fois.

Le plus ancien membre de la Musique a aussi joué du basson, de l’euphonium, de la basse et du soubassophone au cours d’une carrière étalée sur quatre décennies. Il avoue ne pas vraiment vouloir partir, mais le 28 février, il a eu 60 ans, âge de la retraite obligatoire pour les membres des Forces armées canadiennes (FAC).

« Ça me déchire de quitter la Musique, car j’y ai connu une merveilleuse carrière. Après quatre décennies à jouer pour l’“Équipe Canada”, je crois qu’aucune autre carrière n’aurait pu me procurer autant de bonheur », déclare le M 2 Savich.

Ses collègues, anciens et actuels, sont eux aussi désolés de le voir partir.

« Mike a consacré sa vie à la préservation et à la promotion de la Branche des services de musique; c’est aussi le meilleur archiviste qui soit parmi nous », de dire l’ancien commandant de la Musique Naden, le capitaine Matthew Clark. « J’ai toujours compté sur lui pour inspirer le calme aux autres, et son aptitude naturelle à exprimer des préoccupations justifiées à la chaîne de commandement est légendaire. En deux mots, ses propos avaient beaucoup de poids. »

Le M 2 Savich affirme que sa carrière lui a permis de gagner sa vie en faisant ce qu’il aimait le plus : jouer de la musique et voyager au Canada et dans le monde. Parmi les faits saillants de sa carrière, il a joué à la crête de Vimy six fois, à une messe en plein air célébrée au Vatican par le pape Jean‑Paul II, aux Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Vancouver, en 2010, au Stampede de Calgary et à plusieurs reprises au Tattoo royal international de la Nouvelle‑Écosse.

« Ce serait injuste de choisir une prestation en particulier comme le clou de ma carrière, car il y a eu tellement de moments forts, déclare-t-il. Même les spectacles locaux auxquels nous participons chaque année ont toujours quelque chose d’intéressant à offrir, même lorsque c’est la dixième fois. »

Une performance mémorable

Cependant, s’il devait citer une performance mémorable, il choisirait sa participation avec la Musique Vimy au 60e anniversaire de l’Aviation royale canadienne (ARC) à la Base des Forces canadiennes (BFC) Trenton (Ontario), en 1984. Plus de 1 200 militaires ont marché à l’unisson sur la piste pendant la cérémonie. Cette prestation était particulière pour le M 2 Savich, puisque son père, le sergent (ret.) John Savich, a servi dans l’ARC pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les parents du M 2 Savich ont fait connaissance dans la chorale d’Ontario Hydro au début des années 1950. Bien que ses deux parents aient encouragé leurs cinq enfants à toujours s’intéresser à la musique, c’est sa mère qui l’a incité à développer ses talents musicaux.

« Elle a beaucoup de mérite », selon le M 2 Savich.

Peu après s’être joint à la fanfare de son école secondaire, il a entrepris sa carrière musicale militaire comme membre du Corps royal canadien des cadets de la Marine Illustrious, à Toronto.

« Mon intérêt pour la musique en tant qu’adolescent torontois des années 1970 m’a tenu dans le droit chemin, déclare-t-il. J’adorais tout simplement écouter et jouer de la musique de tous genres, du country au rock, en passant par le classique. Avec les cadets, j’ai été exposé aux marches militaires et à la musique de concert pour la première fois et j’ai tout de suite su que c’était ma vocation. La décision était simple. »

Il s’est enrôlé dans les FAC en 1976 et a suivi son instruction élémentaire à la BFC Cornwallis (N.-É.), avant d’être affecté à l’École de musique des Forces canadiennes à la BFC Esquimalt (C.‑B.) la même année. Il a passé de longues périodes dans chaque élément, notamment dans la Musique Vimy des FAC à Kingston, dans la Musique de la BFC Cornwallis et dans la Musique centrale de l’ARC à Ottawa, sans compter deux affectations distinctes à Esquimalt.

C’est justement lors de sa première affectation à Esquimalt qu’il a connu le maître de 1re classe (ret.) Andy Reljic, avec qui il allait se lier d’amitié pour la vie. Le M 1 Reljic, qui a lui-même connu une carrière musicale de 42 ans, a été le professeur de basson du M 2 Savich pendant deux ans à l’École de musique des FAC. Leur amitié persiste et le M 1 Reljic s’émerveille encore aujourd’hui de la personnalité chaleureuse et amicale du M 2 Savich.

« Il s’est investi dans sa carrière avec un enthousiasme enjoué et sans égal, à l’essence même de sa personnalité, rapporte le M 1 Reljic. Généreux à l’excès, c’est le type de personne qui ne vous fait jamais faux bond. Peu importe la tâche que vous lui confiez, il l’accomplit avec fierté. »

Cependant, les compétences musicales du M 2 Savich n’étaient pas la seule source d’admiration du M 1 Reljic et de ses autres collègues : son souci du détail et de l’éthique et son ardeur au travail quant à l’administration de la Musique étaient remarquables. Le M 1 Reljic attribue au M 2 Savich le titre d’« historien de fait » de la Musique Naden, pour avoir inlassablement documenté son histoire en prévision du 60e anniversaire de celle-ci en 2000, puis de son 70e anniversaire.

« Quand nous préparions notre 70e anniversaire, nous avions des piles de boîtes remplies de photos sans aucune mention, détail, ni date, se rappelle le M 1 Reljic. Mike m’a regardé tout sourire et m’a dit : “J’adore ce genre de travail.” Il a tellement aidé la Musique à célébrer son histoire! »

Le M 1 Reljic comptait parmi les 90 anciens collègues musiciens qui ont assisté au dîner de départ à la retraite du M 2 Savich au mess des officiers mariniers, en janvier. En guise de témoignage d’affection pour l’invité d’honneur, le Capt Clark, commandant actuel de la Musique de l’ARC, est venu de Winnipeg.

Les accolades réservées au M 2 Savich venaient aussi des échelons supérieurs de la chaîne de commandement. En effet, deux jours plus tard, le commandant des Forces maritimes du Pacifique, le contre-amiral Art McDonald, a fait une visite surprise au quartier général de la Musique. Lors d’une répétition, il est allé remercier le M 2 Savich de ses bons et loyaux services aux FAC et lui a remis un certificat Bravo Zulu et un médaillon du commandant.

Une expérience inouïe

Le Cam McDonald a aussi demandé au M 2 Savich s’il voulait faire quelque chose de particulier à titre de membre des FAC avant de partir à la retraite.

« Une idée m’est tout de suite venue à l’esprit : la visite d’un sous-marin serait le couronnement de mon expérience dans la Marine. Je croyais alors demander une visite guidée, raconte le M 2 Savich. Le Cam McDonald a répondu qu’il se renseignerait. Vous pouvez donc imaginer ma surprise quand, un mois plus tard, on m’a invité à une croisière de trois nuits à bord du NCSM Chicoutimi. »

Il explique que pendant sa jeunesse, les missions Apollo l’avaient fasciné et qu’il pensait qu’aujourd’hui, les gens voyageraient dans l’espace régulièrement. « Comme cela ne s’est pas concrétisé, la plus proche approximation d’un voyage dans l’espace serait de naviguer sous la mer. Et on m’a offert cette possibilité. Ce fut fantastique. Observer les membres d’équipage et les voir exécuter leurs fonctions m’a fait apprécier leur compétence et leur formidable travail d’équipe. Cela m’a rappelé, en quelque sorte, l’interprétation d’une pièce musicale par un ensemble : il faut écouter les autres instruments et jouer avec eux en harmonie. Par contre, malgré l’excitation de la croisière, je n’échangerais pour rien au monde les quatre décennies passées à jouer de la musique avec certains des meilleurs musiciens du Canada. »

Au moment de quitter les FAC, le M 2 Savich affirme avoir hâte de vivre « plus de bons moments » avec sa femme Virginia et leurs quatre enfants, Kendra, Grant, Mallory et Dean.

Son départ à la retraite est loin de mettre un terme à sa passion pour la musique. Il songe aux rôles qu’il pourrait jouer auprès des musiques locales de cadets et des fanfares communautaires.

« J’aimerais contribuer au programme local des cadets, car j’ai bénéficié d’une merveilleuse carrière de 41 ans dans les FAC directement grâce à mes débuts avec les cadets de la Marine », affirme-t-il.

Il aide aussi son fils Dean, responsable de l’entretien des terrains du cimetière militaire God’s Acre, à Esquimalt, où il s’est produit avec la Musique Naden lors de nombreuses cérémonies à la chandelle.

« J’ai aussi été invité à jouer avec certains ensembles à Victoria, et j’aurai des travaux d’entretien à faire dans la maison datant de 1967 que nous venons d’acheter à Colwood (C.-B), non loin d’ici. Ma femme et moi célébrerons notre 35e anniversaire en septembre, et nous avons la chance d’avoir nos quatre enfants près de nous. Je suis maintenant un membre retraité de la Musique Naden et j’attends avec impatience ses journées annuelles du patrimoine et les retrouvailles du 80e anniversaire en 2020. »

Avec des dossiers de Darlene Blakeley