Un officier naval échange les navires de croisière contre des navires de guerre

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 6 mai 2021

Le lieutenant de vaisseau (Ltv) Joe Cheng avait 42 ans lorsqu’il s’est joint à la Marine royale canadienne (MRC).

Bien que cela puisse être considéré comme un changement de carrière tardif pour certains, pour le Ltv Cheng, c’était une progression naturelle d’un emploi qu’il a occupé pendant huit ans comme officier à bord des navires de croisière de la Holland America Line.

« Je pense que c’est de là que vient mon amour de la mer, ayant acquis plus de 2 500 jours de mer avec eux, dit-il. Je faisais également partie de l’équipe qui a travaillé avec deux navires de première classe différents pour la Holland America Line. »

Cette expérience a été très utile lorsque le Ltv Cheng s’est joint à l’équipage du tout nouveau navire de guerre de la MRC, le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Harry DeWolf, où il est chef de quart à la passerelle.

Il a été l’un des premiers à bord lorsque le Harry DeWolf a été remis à la Marine par des constructeurs de navires en juillet 2020. Il a d’abord fait le tour de Terre-Neuve, puis il a démontré ses capacités dans le domaine des glaces près de l’île de Baffin plus tôt cette année.

« Notre participation et la réalisation de l’ensemble de nos travaux étaient majestueuses, dit-il. C’était symbolique de naviguer sous un autre symbole canadien d’unité et de connexion, le pont de la Confédération à l’Île-du-Prince-Édouard, et de recevoir la commande sur le pont pour le faire. »

Il ajoute que parmi les autres points saillants de ce déploiement, il faut mentionner l’observation du Harry DeWolf dans des conditions de glace de première année d’épaisseur moyenne; le fait de percer et de s’arrêter dans une banquise pour observer une famille d’ours polaires passer devant le navire; et l’apparition des aurores boréales le soir.

Pour un membre de la Réserve navale dont l’unité d’appartenance est le NCSM Discovery à Vancouver, c’était loin de chez lui.

Mais le Ltv Cheng s’est joint à la MRC pour servir et redonner « à ce merveilleux pays ».

« Le Canada a donné à ma famille et à moi-même un magnifique foyer, une excellente éducation, des possibilités incroyables d’être les meilleurs de nous-mêmes et de vivre des vies fantastiques. Je pensais que les forces armées seraient une bonne occasion de redonner à la collectivité. »

En cours de route, il a dû relever certains défis, mais il a réussi à les surmonter en gardant l’esprit ouvert et en adoptant une attitude positive et une volonté de réussir.

« En tant que réserviste, on doit constamment trouver un équilibre entre l’emploi civil, les besoins de la famille et les besoins en matière d’instruction et de disponibilité opérationnelle de la MRC. Souvent, ces exigences atteignent toutes leur sommet en même temps, et cela devient de plus en plus difficile de suivre un cours pendant plusieurs mois. »

Après avoir terminé ses cours et ses qualifications d’officier de guerre navale et d’officier des opérations maritimes de surface et sous-marines, il a été affecté de la côte ouest à Halifax.

Il a été extrêmement difficile et intimidant de déménager dans une nouvelle ville, d’établir une nouvelle vie et de quitter ma maison, ma famille, ma petite amie, mes chiens et une carrière bien établie, ainsi que le réseau et le soutien de la collectivité que j’ai bâtie pendant plus de quatre décennies en Colombie-Britannique. »

Il a également dû quitter son emploi civil, sachant qu’il ne serait peut-être plus là pour lui à l’avenir.

Un deuxième défi auquel il a été confronté après son arrivée à la MRC a été la formidable courbe d’apprentissage, non seulement sur le plan des connaissances, mais aussi sur le plan de la culture et de la façon d’effectuer les activités. Toutefois, il a trouvé que le fait d’écouter ses collègues avec un esprit ouvert, de demander des conseils et d’élaborer ses propres conclusions l’a aidé à aller de l’avant avec confiance.

« Je crois que c’est essentiel lorsque nous mettons au point une toute nouvelle classe de navires avec de nouvelles technologies et de nouvelles façons de faire les choses dans un climat en constante évolution, affirme le Ltv Cheng. La clé du succès selon moi est de s’améliorer un peu chaque jour, pas dans les grandes choses, mais dans une série de petites choses qui créent des habitudes. »

Il dit que ce qu’il aime le plus dans la MRC, ce sont les défis quotidiens qu’il doit relever, combinés aux gens avec qui il travaille.

« Chaque personne a sa propre histoire, ses capacités et ses nuances, et nous travaillons avec différentes équipes tout le temps. De plus, chaque jour est légèrement différent et apporte des défis nouveaux et intéressants – même si c’est quelque chose que nous avons déjà fait plusieurs fois. »

Par exemple, explique-t-il, une tâche comme déplacer un navire sans autopropulsion ou quitter un poste d’accostage est une tâche qui est accomplie à de nombreuses reprises, mais chaque fois, c’est différent.

« Certaines de ces variations peuvent comprendre les conditions météorologiques, les marées et les éléments, les changements d’emplacement ou de disposition. Mais ce qui est le plus excitant, ce sont les gens – même si c’est peut-être la 500e fois que nous le faisons, c’est peut-être la toute première fois qu’un marin le voit, et il est essentiel que nous le mettions sur la voie du succès. Cette tradition du personnel, combiné à ce sentiment d’émerveillement de faire partie de quelque chose de plus grand que nous, constitue pour moi la meilleure partie de la MRC. »

Il recommande que toute personne intéressée à se joindre à la Marine, peu importe son âge, fasse des recherches. Il suffit d’examiner attentivement les différents métiers et leur description, de parler à ceux qui l’ont fait et de tenir des conversations franches sur l’emploi, le mode de vie, la rémunération et les récompenses.

« Bien qu’il y ait de nombreuses récompenses tangibles, bon nombre des meilleures récompenses sont intrinsèques et sont le reflet de ce que vous avez investi vous-même et de ce que vous souhaitez accomplir au cours de votre propre vie. Il est important de prendre une décision éclairée et d’en discuter avec votre famille et vos proches; ils constituent une partie aussi importante de votre réseau de soutien que vous l’êtes pour eux. »

Il croit que la Réserve navale est une excellente façon de commencer une carrière au sein de la MRC ou des Forces armées canadiennes. Bien qu’il soit normal de choisir un métier avant l’enrôlement, le fait de commencer dans la Réserve et de terminer l’instruction de base est une excellente façon d’en apprendre davantage sur la Marine, les gens et les rôles avant de s’engager pleinement dans un métier et de poursuivre l’entraînement, tout en évaluant les engagements de temps et les exigences relatives à l’équilibre de vie.

« J’ai trouvé que les marins et les dirigeants de la Réserve navale sont exceptionnellement bons et qu’ils s’offrent du soutien dans ces fonctions, et que les personnes sont motivées à bien faire et à s’entraider pour réussir. »

Le Ltv Cheng prévoit demeurer dans la MRC dans un avenir prévisible « pour la simple raison que chaque jour est une aventure ».

« Je me réveille chaque jour avec l’impression de contribuer à quelque chose d’extraordinaire. Je crois vraiment en l’importance de mon travail et je l’enracine fermement dans le vieux dicton ʺTrouvez un emploi que vous aimez faire et vous n’aurez jamais à travailler une journée de votre vieʺ. »