NCSM Winnipeg : Ses importantes contributions à l’OTAN en Europe

Galerie d'images

La Vigie - Automne 2015 / Le 3 novembre 2015

Par l’enseigne de vaisseau 1er classe Jamie Tobin

L’équipage du navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Winnipeg a été déployé dans le cadre de l’opération Reassurance il y a environ quatre mois et a eu jusqu’à maintenant un parcours remarquable, et ce, tout en apportant d’importantes contributions aux mesures de renfort mises en œuvre par l’OTAN en Europe.

« La devise du navire est Un avec la force de plusieurs et grâce à cette force, nous avons prouvé à nos collègues de l’OTAN que nous étions de précieux collaborateurs aux opérations interalliées », a expliqué le capitaine de frégate Pascal Belhumeur, commandant du NCSM Winnipeg.

Le navire, qui a quitté le port le 15 juin avec à son bord le détachement d’un hélicoptère CH-124 Sea King, une équipe du renseignement embarquée, 15 membres de la Réserve navale et la première équipe d’arraisonnement de navires renforcée (EANR) de la Marine royale canadienne (MRC), constitue la première frégate de la classe Halifax modernisée à être déployée outre-mer à partir d’Esquimalt (C.-B.)

Le navire a d’abord longé la côte Ouest avant d’emprunter le canal de Panama le 28 juin. De part et d’autre du canal, l’équipage du navire a mené des activités de surveillance à l’appui de l’opération Caribbe, la campagne multinationale contre le trafic illicite dans la mer des Caraïbes et dans l’Est de l’océan Pacifique.

« Pour moi, un ancien officier de navigation, la traversée du canal de Panama a été un moment mémorable et une belle façon de donner le coup d’envoi à ce déploiement », a déclaré le capitaine de corvette Kevin Whiteside, commandant en second du NCSM Winnipeg.

Au cours de la traversée de l’Atlantique, le NCSM Winnipeg a officiellement pris la relève du NCSM Fredericton en assumant le contrôle de l’opération Reassurance. Le navire est passé par le détroit de Gibraltar et s’est joint au 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG2) à Palma de Mallorca, en Espagne, le 15 juillet.

Pendant l’été, le NCSM Winnipeg a relevé, avec cinq autres navires en provenance de l’Allemagne, de l’Espagne, de l’Italie et des États-Unis, du commandement opérationnel du navire allemand Hamburg. Le groupe a mené l’opération Active Endeavour (OAE), une mission de l’OTAN qui a pour objectif d’accroître la connaissance de la situation maritime afin de détecter et de décourager le terrorisme dans la mer Méditerranée.

Dans le cadre de l’OAE, le NCSM Winnipeg a interpelé plus de 135 navires et a demandé la participation de l’EANR pour deux approches. Il s’agissait des deux premières interventions de l’équipe dans un contexte opérationnel.

« Nous étions le navire de référence du commandant du SNMG2 dans la mer Méditerranée parce que nous faisions constamment preuve d’efficacité dans l’accomplissement de tâches exigeantes », a dit le Capf Belhumeur.

Le navire a quitté le SNMG2 à la fin du mois d’août et s’est dirigé vers l’ouest en empruntant le détroit de Gibraltar jusqu’à Porto, au Portugal, où il a intégré le 1er Groupe maritime permanent de l’OTAN (SNMG1), un groupe dirigé par le Portugal, pour mener des patrouilles et des exercices dans l’océan Atlantique.

À la mi-septembre, le navire s’est retiré brièvement des opérations pour se rendre, par la Tamise, jusqu’à Londres, en Angleterre, et représenter le Canada au Defence and Security Equipment International (DSEI), le plus important salon international de l’industrie de la défense. Au DSEI, l’équipage du NCSM Winnipeg s’est joint à des représentants du gouvernement du Canada et des partenaires de l’industrie de la défense pour présenter les capacités améliorées d’une frégate modernisée.

À la fin septembre, le NCSM Winnipeg a rejoint le SNMG1 dans la mer Baltique pour participer à l’étape finale de l’opération Northern Coasts. Puis, en octobre, l’équipage a réintégré le groupe opérationnel pour participer à l’exercice Joint Warrior, qui l’a opposé au groupe opérationnel de la Flotte canadienne de l’Atlantique composé du NCSM Athabaskan, du NCSM Halifax, du NCSM Montréal et du sous-marin de Sa Majesté Windsor.

« Notre engagement l’un envers l’autre était restreint, mais nous avons aimé travailler avec nos collègues de la Flotte canadienne de l’Atlantique, a précisé le Capc Whiteside. Nous étions ravis de voir des visages familiers. »

Mine de rien, au milieu de toute cette effervescence, la mission du navire est déjà à moitié terminée. Le NCSM Winnipeg demeurera au sein du SNMG1 et participera à l’exercice Trident Juncture et continuera de mener des patrouilles partout en Europe.

« Nous avons tous hâte de revenir au pays au début de 2016, mais entretemps, nous continuerons de représenter fièrement le Canada dans les opérations interalliées et d’assurer la réussite de la mission », a déclaré le Capf Belhumeur.