Message du cmdt MRC : Conclusion de l’examen au niveau du commandement et du processus d’examen administratif du dossier Mihajlovic

Nouvelles de la Marine / Le 2 février 2021

Le Directeur – Administration (Carrières militaires) a conclu le deuxième examen administratif concernant le matelot de 1re classe Boris Mihajlovic, dans le respect de l’équité procédurale ainsi que de toutes les politiques et les pratiques pertinentes, pour en arriver à la détermination qu’il devait être libéré des Forces armées canadiennes (FAC), et ces procédures de libération sont maintenant terminées.

Cette décision est le résultat d’un processus qui a commencé il y a un peu plus d’un an, lorsque nous avons été alertés qu’un membre du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Tecumseh, M. Mihajlovic, avait admis avoir participé à des groupes haineux. En réponse, l’unité du membre a entrepris un examen administratif au bout duquel, en juin 2020, l’unité a rendu la décision de maintenir le membre en poste.

En juillet 2020, mon prédécesseur a ordonné la conduite d’un examen au niveau du commandement pour résoudre cette affaire, et pour confirmer, en toute clarté et en totalité, que l’examen avait été mené de manière appropriée et conformément à nos politiques.

Pendant la conduite de cet examen, nous avons découvert un manque de précision dans la communication d’information entre l’unité du membre, le NCSM Tecumseh, et le Directeur – Administration (Carrières militaires), qui est l’autorité responsable de mener les examens administratifs, indépendamment de la chaîne de commandement du membre.

Le NCSM Tecumseh a par conséquent amorcé un deuxième examen administratif, en prenant bien soin de corriger les lacunes dans la communication d’information et le manque de précision qui avaient influé sur le premier examen administratif, et a abouti à la recommandation de libérer le membre.

Je veux vous assurer que nous mettons en œuvre toutes les mesures concrètes nécessaires pour que la Marine royale canadienne (MRC) ait la capacité à l’avenir de gérer de façon plus appropriée les dossiers de conduite haineuse.

Nous sommes également conscients du besoin de mieux régler globalement les problèmes de racisme systémique à titre d’organisation, et nous nous sommes engagés à le faire.  

Pendant le déroulement de ce dossier, l’Instruction au personnel militaire des Forces canadiennes 01/20 sur la conduite haineuse a été publiée, et des énoncés clairs ont été publiés pour reconnaître et déplorer que le racisme existe dans nos rangs, dans notre organisation et dans nos préjugés.

Tout au cours de l’été, nous avons travaillé pour adopter des désignations de grade plus inclusives et sans distinction de sexe pour les grades subalternes en anglais – à savoir les grades Sailor 3rd Class (matelot de 3e classe), Sailor 2nd Class (matelot de 2e classe), Sailor 1st Class (matelot de 1re classe), et Master Sailor (matelot-chef) qui sont désormais en usage, et nous terminons le travail pour adopter et codifier officiellement ces grades dans les ordres et les règlements.

Ce volet d’activité incessante s’est poursuivi avec la publication de l’Ordre de la Marine sur la conduite haineuse, OMAR 1020-1, ainsi que mon récent signal de hissage des pavillons du 37e cmdt de la MRC, qui est ma communication personnelle pour demander à tous nos membres de pleinement adopter la vertu clé qu’est le respect. Le respect pour la MRC, le respect pour vous-même et, surtout, le respect pour vos camarades de bord. Notre force réside dans notre diversité, et cette force repose sur une plus grande inclusion. 

Durant la dernière année, nous avons aussi lancé une série d’engagements avec des dirigeants intermédiaires de la MRC – des matelots-chefs aux premiers maîtres et des lieutenants de vaisseau aux capitaines de frégate – pour amorcer un changement culturel dans notre organisation. Ces engagements sont censés nous aider à reconnaître que le racisme, l’antisémitisme, la misogynie et la discrimination existent dans nos rangs et dans notre organisation – malgré nos efforts de lutte et aussi douloureux soit-il de l’admettre.

Nous devons tous reconnaître cette situation puis nous engager à la régler. Nous devons éliminer le racisme, l’antisémitisme, la misogynie et la discrimination. Nous devons être inclusifs et diversifiés et créer un sentiment d’appartenance chez toutes les personnes qui s’enrôlent et servent dans la Marine.

Je réitère clairement que les Forces armées canadiennes et la Marine royale canadienne n’ont aucune tolérance pour les comportements racistes et discriminatoires dans nos rangs. Le Canada est un pays inclusif et diversifié, et les Forces doivent s’efforcer d’être le reflet de notre pays et de ses valeurs.

Le respect de la dignité et le respect de la valeur de chaque personne, ainsi que l’égalité de tous sont des principes fondamentaux essentiels à l’efficacité opérationnelle de la Marine royale canadienne et des Forces armées canadiennes. Ces principes sont garantis par la loi canadienne et forment une partie fondamentale de notre société canadienne moderne.

Si un membre ne se sent pas en sécurité ou s’il vit du harcèlement, nous l’encourageons fortement à le signaler à sa chaîne de commandement. S’il n’est pas à l’aise d’en parler à sa chaîne de commandement, les FAC ont d’autres mécanismes pour répondre à ces préoccupations.

Ces mécanismes sont :

  • La ligne d’aide des FAC, 1-833-328-3351
  • Le Service national des enquêtes
  • Le Bureau de l’Ombudsman.

Camarades de bord dans la MRC et dans les FAC, nous veillons les uns sur les autres. Si vous adoptez des opinions haineuses, racistes ou misogynes, il n’y a pas de place pour vous dans nos rangs.

Nous sommes déterminés à devenir une organisation moderne tournée vers l’avenir dans laquelle toutes les personnes sont les bienvenues, se sentent en sécurité dans leur milieu de travail et sont jugées uniquement selon leur compétence et leur contribution aux objectifs de défense du Canada. Nous ne tolérerons pas qu’un membre de la MRC fasse partie d’un groupe ou d’une organisation lié à des activités criminelles haineuses, ou qu’il participe à des activités qui font la promotion de la violence, de la discrimination ou du harcèlement.

           

Bien à vous,

Vice-amiral Craig Baines
Commandant de la Marine royale canadienne