Le NCSM Windsor se prépare au prochain exercice Cutlass Fury

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 9 juin 2021

Écrit par l’Ens 1 Josh Ehnisz,

Quartier général des FMAR(P)

Qu’est-ce qui distingue le déploiement d’un sous-marin du déploiement d’un navire de surface?

« Pour le capitaine de frégate (capf) William Matheson, le commandant du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Windsor, la réponse est claire.

« C’est simple, c’est le sous-marin. »

Bien que ce soit évident, il ne blague qu’en partie. Tout ce qui se trouve à bord d’un sous-marin vient avec sa propre interprétation. La douche, les toilettes (appelées « heads » en anglais dans la Marine), le sommeil, les rotations de quarts, les repas, les communications, ou la façon d’interagir avec le monde extérieur – tout est semblable au reste de la Marine, mais… différent.

« C’est un petit bonheur lorsqu’un ouragan passe par-dessus le sous-marin et qu’il vous berce pendant votre sommeil à 150 mètres sous la surface, » mentionne le Capf Matheson.

Le NCSM Windsor est l'un des deux sous-marins du Canada basé à Halifax. Il a été déployé dans l’ensemble de l’Atlantique, en support à des opérations de l'OTAN, visitant des pays européens et différents ports des États-Unis, et il a également mené des opérations dans la Méditerranée. Actuellement, le NCSM Windsor se prépare à participer à l’exercice Cutlass Fury 21. Il s’agit d’un exercice multinational dirigé par le Canada qui aura lieu cet automne au large de la côte Est du Canada.

En préparation de l’exercice, l’équipage du NCSM Windsor a passé du temps dans le simulateur Fred Sherwood, le simulateur d'équipe de la classe Victoria, pour être prêt aux scénarios tactiques plus complexes qui se présenteront tout au long de l’exercice.

« Travailler à bord d’un sous-marin est une occasion unique, et le fait d’être commandant est une expérience qui est réellement la cerise sur le gâteau, » dit Capf Matheson. « Pouvoir diriger mon équipage dans le cadre d’un entraînement et de la participation à des exercices comme Cutlass Fury est une occasion inégalée. Les membres de l’équipage sont en mesure de faire le travail qu’ils aiment et ces exercices donnent aux sous-mariniers plus récents la première occasion d’acquérir une véritable expérience opérationnelle en travaillant de concert avec les navires de surface dans le cadre d’un entraînement collectif. »

Cutlass Fury permettra au sous-marin et aux navires de surface de s’entraîner les uns avec (et contre) les autres dans un environnement simulé. Ils seront confrontés à des scénarios tactiques réalistes pour tester leurs défenses respectives contre des menaces de surface et des menaces sous-marines. Ainsi, l’équipage doit travailler ensemble pour surmonter ces défis, mais ce travail d’équipe est l’un des nombreux facteurs qui contribuent à la camaraderie que l’on observe entre les sous-mariniers.

« Veiller au bon fonctionnement opérationnel d’un sous-marin pendant les exercices est un travail d’équipe colossal. Au-delà de l’entraînement préparatoire que nous suivons actuellement, cela donne l’occasion aux membres de mon équipage de consolider et d’appliquer ce qu’ils ont appris dans un environnement réellement dynamique, » explique le Capf Matheson.

Bien que l’exercice Exercise Cutlass Fury n’aura pas lieu avant l’automne, la formation d’équipe est une priorité pour le Windsor depuis que le sous-marin a terminé sa période de transition en cale sèche en février dernier.

« Notre entraînement veille à ce que l’équipage du Windsor soit en mesure de faire de manière efficace et efficiente ce que les sous-mariniers font de mieux, » termine le Capf Matheson. « Nous utiliserons la furtivité pour observer, esquiver et chasser les menaces de surfaces et les menaces sous-marines – tout en offrant aux navires de surface un entraînement qui surpasse toute simulation. »

À la suite de l’exercice, le NCSM Windsor passera à une période de maintenance prévue qui comprendra un changement de batterie. Une fois la maintenance terminée, l’équipage se concentrera davantage à la mise à l’essai de la torpille Mark 48 7AT nouvellement installée et terminera les premières mises à feu de la classe en 2022.