Le commandant du NCSM Prevost, médecin à temps plein, marin à temps partiel

Nouvelles de la Réserve navale / Le 10 septembre 2015

Par Katelyn Moores

Vous êtes‑vous jamais demandé comment un réserviste de la Marine gère une carrière civile à temps plein avec une carrière de marin à temps partiel? Selon le capitaine de corvette Sean Batte, un vétéran de 25 ans de la Force de réserve, ce n’est pas aussi difficile que vous pourriez le penser.

« Il y a certainement des défis, mais mes deux carrières se sont vraiment toujours complémentées, dit-il. Elles étaient comme des engrenages – l’une a toujours entrainé l’autre. »

Dans sa vie civile, il est le médecin Batte, un chiropraticien qui dirige son propre bureau. Dans sa vie militaire, il est le Capc Batte, commandant du NCSM Prevost, la Division de la Réserve navale de London, en Ontario, et ses 138 marins. Et quand il n’est pas en mer ou en train de travailler à l’unité de Réserve, il pratique la course automobile à haute performance ou coure après sa fille âgée d’un an.

Bien que pas mal d’années se sont écoulées depuis le jour où il a marché deux heures dans une tempête de neige pour se joindre au NCSM Prevost, il se souvient encore de son enthousiasme de ce jour-là.

« Venant du sud-ouest de l’Ontario, je n’avais jamais vu un navire de guerre avant et maintenant j’avais l’occasion de naviguer sur un. C’était tellement cool, » se souvient-il.

Après avoir terminé ses études en biophysique, il a passé un an sur la côte Est pour terminer le cours d’officier Opérations maritimes de surface et sous-marines (MAR SS). En tant qu’officier MAR SS, il gère et dirige la stratégie maritime, les tactiques et les procédures opérationnelles de navires, de sous‑marins, d’aéronefs, de capteurs maritimes, du renseignement de combat et des systèmes d’armes. Ce sont les seuls officiers qui peuvent exercer le commandement de navires et de sous‑marins dans la Marine.

Sur la côte Est, Capc Batte a navigué à bord du NCSM Moresby, un dragueur de mines de la classe Anticosti, effectuant des opérations d’interdiction et aidant à créer une nouvelle doctrine de guerre des mines. C’est à bord du NCSM Moresby au large de Norfolk, en Virginie, qu’il a connu la pire tempête de sa carrière. Il se rappelle que le navire tanguait tellement qu’il devait marcher sur les murs alors que les vagues venaient s’écraser sur les fenêtres de la passerelle.

Il est ensuite retourné aux études, tout en travaillant dans le cadre de contrats à court terme de la Réserve navale pour payer son université. C’est une approche qu’il recommande fortement à toute personne intéressée à se joindre à la Réserve navale puisque les compétences apprises dans la marine, qu’il s’agisse de la prise de décision, du leadership et des compétences interpersonnelles, sont très appréciées par les employeurs et peuvent contribuer à la réussite dans une profession.

Au fil des ans, le Capc Batte a connu beaucoup de grands moments en naviguant et en enseignant sur les deux côtes, en participant à l’exercice Trident Fury comme second officier à bord du NCSM Brandon et en instruisant d’autres officiers MAR SS comme officier responsable des navires d’instruction de la classe Orca. Il a également eu l’occasion de travailler avec des officiers de partout au monde, notamment des États‑Unis, du Royaume‑Uni, de Trinité-et-Tobago, d’Australie, de Nouvelle‑Zélande et d’Allemagne.

« Les occasions, comme celle d’officier responsable d’un Orca, ou d’instructeur relevant des généraux qui ont mené les combats en Afghanistan, ou sous l’ancien chef d’état‑major de Nelson Mandela, sont remarquables, a déclaré le Capc Batte. La Réserve navale peut vraiment enrichir toute votre vie et vous pouvez faire des choses beaucoup plus grandes que ce que vous n’avez jamais pensé pouvoir faire. »