La « canadianisation » des navires de soutien interarmées : passage du modèle éprouvé à une solution canadienne propre

Nouvelles de la Marine / Le 24 mars 2021

Les navires de soutien interarmées (NSI) appartiennent à l’une des trois classes de navires achetées pour la Marine royale canadienne (MRC) aux termes de la Stratégie nationale de construction navale.

Version adaptée du navire auxiliaire de la classe Berlin de la Marine allemande, les nouveaux NSI remplaceront les navires de ravitaillement canadiens Protecteur et Preserver, qui ont été retirés du service. L’Allemagne a commencé la construction de sa flotte de navires auxiliaires au début des années 2000, et son troisième et dernier navire a été mis en service en 2013.

« Il a été avantageux pour le Canada d’acquérir les navires de la classe BERLIN à ce stade-ci, maintenant que l’Allemagne en a trois à l’eau. Nous sommes en mesure de profiter des nombreuses leçons tirées des versions antérieures et de les appliquer à notre version canadienne, à savoir les NSI. Cela revient à dire que, même si nous achetons un modèle éprouvé, des modifications sont nécessaires pour que les NSI répondent aux besoins particuliers du Canada, ainsi qu’aux normes et au contexte canadiens », a déclaré le contre-amiral (cam) Casper Donovan, directeur général - Capacité des navires futurs pour la MRC.

Conformément à la politique de défense du gouvernement du Canada, la MRC a besoin de navires capables de fonctionner partout dans le monde, que ce soit de façon indépendante, au service d’un groupe opérationnel canadien ou au sein d’une force de coalition internationale, et de contribuer à l’ensemble des opérations militaires. Les NSI doivent être capables de soutenir les opérations de combat face aux menaces futures, ce qui nécessitera la prise des mesures de surviabilité nécessaires et une interopérabilité efficace avec la flotte future de la MRC et les marines partenaires. Ils doivent également être en mesure d’intervenir rapidement pour apporter des secours humanitaires, de représenter le Canada dans le domaine de la diplomatie de défense et d’appuyer un large éventail de priorités gouvernementales.

Pour satisfaire à ces besoins partout dans le monde, que ce soit dans le climat chaud de la mer d’Arabie ou dans le grand froid de l’Arctique canadien, les navires eux-mêmes et tous leurs systèmes doivent être capables de faire face à toutes sortes de conditions climatiques et de températures extrêmes.

Par ailleurs, d’autres modifications ont été apportées afin de respecter les réglementations internationales actuelles, comme les limites d’émissions de gaz des moteurs, qui sont devenues plus strictes depuis la conception des navires de la classe BERLIN dans les années 1990. Les NSI seront dotés de moteurs plus efficaces, qui répondront aux besoins de la MRC en matière de portée et de vitesse, lesquels seront comblés grâce aussi à de nouvelles formules de carburant à faible teneur en soufre et à d’épurateurs de gaz d’échappement.

Les NSI doivent être capables de prendre en charge plusieurs CH148 Cyclone, un grand hélicoptère maritime polyvalent ayant ses propres exigences sur le plan de l’exploitation et de l’entretien. Et si toutes les modifications de conception ne sont pas importantes ou complexes, le drapeau du navire a dû être déplacé parce qu’il bloquait les lignes de visibilité du Cyclone, toutes sont nécessaires.

Certaines modifications ont également été dictées par des politiques militaires relatives au personnel et aux opérations. Les NSI sont conçus dans une optique non genrée en ce qui concerne les espaces habitables et les toilettes de l’équipage, ce qui correspond aux efforts déployés par la MRC en faveur d’une transition culturelle vers une plus grande inclusion. Ainsi, des cabines de douche et des toilettes individuelles avec des portes verrouillables remplaceront les anciennes douches et urinoirs communs. D’autres changements de conception intègrent la technologie la plus récente qui permettra à la MRC d’exploiter les NSI pendant de nombreuses années.

Une autre modification purement canadienne a également été apportée aux NSI pour les adapter aux exigences canadiennes.

« Nous avons également appliqué les dures leçons retenues lors d’incidents, comme l’incendie de la salle des machines du Navire canadien de Sa Majesté Protecteur, pour modifier la conception en fonction des besoins de la MRC en matière de contrôle des avaries, qu’il s’agisse d’un incendie ou d’une inondation, ou de redondance pour assurer la survie de nos marins », a expliqué le  Cam Donovan.

Les modifications apportées aux NSI doteront le Canada d’une solide capacité de soutien et de ravitaillement en mer, conçue de manière à satisfaire aux exigences militaires particulières de la MRC, et lui donneront la souplesse nécessaire pour fonctionner de multiples façons afin d’assurer le succès de la mission et de combler les besoins actuels et futurs du gouvernement du Canada.