Héros de la bataille de l’Atlantique : Signaleurs J.B. Anstruther et L.M. Reed Anstruther

Galerie d'images

Héros de la bataille de l'Atlantique / Le 30 avril 2021

Nous aimerions vous présenter une famille navale forgée pendant la bataille de l’Atlantique.

Les signaleurs J.B. Anstruther et L.M. Reed Anstruther ont tous deux revêtu un uniforme de la Marine au service de leur pays. Leur parcours professionnel les a menés au Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Shelburne, une base de réparation navale située à Shelburne, en Nouvelle-Écosse, où ils se sont rencontrés.

Le signaleur J.B. Anstruther n’a pas beaucoup parlé de son passage dans la Marine, mais de son service, il a mentionné qu’il avait sauvé la vie d’un homme. Pendant qu’ils servaient à bord du NCSM Nanaimo, les membres de son équipage et lui-même ont été appelés à participer aux opérations de recherche et de sauvetage, tirant des hommes hors de l’eau alors que leur navire coulait. Pendant que ses camarades de bord secouraient les survivants d’un côté du navire, J.B. Anstruther a vérifié de l’autre côté et a découvert qu’il y avait un survivant dans l’eau.

Pendant qu’il était en poste à bord du NCSM Shelburne, il a été chargé de surveiller un sous‑marin allemand qui s’était rendu aux puissances alliées à la fin de la guerre.

L.M. Reed Anstruther s’est enrôlée dans le Service féminin de la Marine royale canadienne, une famille de plus de 6 000 personnes, comme codeur, et a été affectée au NCSM Shelburne pendant la guerre. L.M. Reed Anstruther n’a pas beaucoup parlé de son service naval après la guerre, bien qu’elle ait assisté avec joie et fierté à des réunions avec ses camarades, dont quelques-unes aux côtés de sa fille.

Après la guerre, le signaleur J.B. Anstruther s’est joint au service local de pompiers volontaires; le service a représenté un engagement de toute une vie. On dit aussi qu’il a acquis une habileté particulière pendant la guerre, celle de pouvoir dormir n’importe où, expliquant aux membres de sa famille que pendant que certains membres d’équipage dormaient dans leur hamac, d’autres hommes jouaient aux cartes juste en dessous d’eux!