Des plongeurs de la Flotte de l’Atlantique contribuent à la recherche de l’avion Avro Arrow

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 12 septembre 2018

Par Ryan Melanson

Des membres de l’Unité de plongée de la Flotte (Atlantique) (UPF[A]) ont récemment participé à la récupération d’un morceau de l’histoire militaire et aérienne du Canada.

Une équipe de huit plongeurs de l’UPF(A) s’est rendue au lac Ontario pour se joindre à OEX Recovery Group (groupe OEX) dans le cadre de son projet « Raise the Arrow » (Remontons les Arrow), du 8 au 10 août 2018. Maintenant dans la deuxième année du projet, l'objectif du groupe OEX est de récupérer les derniers modèles d'essai prévol à l'échelle 1/8 du CF 105 Avro Arrow, qui sont les seuls artefacts connus du programme de récupération des modèles d'essai qui restent à trouver.

L’Avro Arrow était un chasseur supersonique mis au point pour l’Aviation royale canadienne avec une technologie de pointe à l’époque, mais le programme a été annulé par le gouvernement au pouvoir en 1959, peu après le déploiement des premiers modèles Mark 1 pour les vols d’essai.

« Ces modèles ont été lancés dans les années 1950, et ils reposent encore sur le lit du lac aujourd’hui », a expliqué le lieutenant de vaisseau Zach Johnson, officier des opérations de l’UPF(A) et chef de l’équipe de plongeurs de la Marine sur place.

Du côté civil, le groupe OEX est dirigé par le chef de la direction d’Osisko Mining, John Burzynski, avec plusieurs partenaires financiers, ainsi que par l’Institut canadien de conservation et le Musée national de la Force aérienne du Canada.

Le rôle de l’UPF(A) consistait à plonger pour inspecter des débris identifiés comme pouvant être liés au projet après une inspection initiale avec un véhicule téléguidé.

« Ils avaient un certain nombre de cibles probables, et les images sonar ne sont pas toujours parfaites, alors nous sommes descendus avec de l’équipement léger de plongée alimenté en surface pour y jeter un coup d’œil », a expliqué le Ltv Johnson.

L’équipement léger permet une quantité illimitée d’air, ainsi qu’une communication bidirectionnelle et un flux vidéo en direct vers la surface lorsque les plongeurs ont enlevé les débris de croissance marine et les moules pour mieux voir.

« L’archéologue nous a dit exactement ce qu’elle voulait que nous fassions lorsque nous étions là-bas », a-t-il ajouté.

Malheureusement pour les plongeurs qui étaient enthousiastes à l’idée de voir un morceau de l’histoire canadienne, les plongées effectuées par l’UPF(A) cette année n’ont pas mené à la découverte de nouveaux modèles. Ils ont toutefois identifié d’autres débris connexes provenant des essais de conception de l’Arrow.

M. Burzynski, qui était sur place pour les plongées, a dit que le soutien de la Marine royale canadienne avait été extrêmement utile pour faire avancer les recherches. « Ils ont été d’une grande aide, et nos gens ont été vraiment sidérés de les voir travailler avec autant d’efficacité. Après deux ans de travail et une collecte d’information abondante, nous sommes assez certains de l’emplacement probable des cinq derniers modèles. »

Bien qu’aucune découverte importante n’ait été faite au cours des plongées de cette année, le groupe OEX a réussi à extraire de l’eau, le 12 août, un modèle d’essai déjà découvert. On croit qu’il s’agit de l’un des trois modèles conçus pour les essais initiaux de la conception à aile delta de l’Arrow. Le modèle a été découvert en août 2017 et a été surnommé le « grand-père » du programme Avro Arrow par l’équipe du groupe OEX.

« Historiquement, c’est très important », a expliqué M. Burzynski, ajoutant qu’en raison de la nature progressive des essais, ces premiers modèles sont des versions brutes du modèle Arrow, conçus pour les essais initiaux de la forme de l’aile à des vitesses supersoniques. « De toute évidence, notre recherche vise toujours à trouver l’un des cinq derniers modèles parce qu’il s’agissait des répliques exactes de l’avion à réaction et des derniers essais de conception qu’ils ont effectués avant de se rendre à la chaîne de production pour commencer à construire les avions. »

Le modèle récupéré a été livré à la 8e Escadre Trenton (Ontario) et au Musée national de la Force aérienne du Canada le 13 août. L’équipe d’OEX a terminé son travail dans le lac Ontario pour l’année peu après. De plus petites découvertes, comme un fuselage potentiel d’un dernier modèle et des morceaux des fusées d’appoint du modèle, offrent des indices pour poursuivre la recherche en 2019, et le groupe est certain qu’il se rapproche de son objectif. Il reste environ 40 kilomètres carrés au groupe OEX pour l’étude de la zone de 100 kilomètres carrés initialement identifiée.

On s’attend également à ce que les Forces armées canadiennes et l’UPF(A) continuent de soutenir le projet au cours de la prochaine année, et M. Burzynski a ajouté qu’il serait ravi de récupérer un morceau d’histoire et de le remettre entre les mains des Forces canadiennes.

« Ce programme était destiné à la Force aérienne et aux Forces armées canadiennes en général, alors nous espérions fortement, lorsque nous avons lancé ce programme de récupération, que les Forces canadiennes y participeraient. Ce fut un plaisir de travailler avec tout le monde et j’espère que cela se poursuivra », a-t-il déclaré.

Article publié avec l’autorisation du journal Trident