Des marins musulmans font le ramadan au cours d’un déploiement à bord du NCSM Halifax

Nouvelles de la Marine / Le 6 mai 2021

Par Joanie Veitch, Équipe du Trident

S’il n’est pas de service, le matelot de 2e classe (mat 2) Yunus Kurt se lève tous les jours, une heure avant le lever du soleil, pour manger quelque chose avant de commencer son jeûne quotidien. Il faudra attendre environ 16 heures avant qu’il ne mange ou boive à nouveau.

Pendant le mois du ramadan, la période la plus sacrée du calendrier islamique, les musulmans du monde entier jeûnent le jour. Pour le Mat 2 Kurt et le matelot de 3e classe (mat 3) Ahmad Bitar, tous deux spécialistes en communications navales en mission à bord du NCSM Halifax, il s’agit d’un ramadan très particulier. Leur navire a quitté l’arsenal CSM d’Halifax le 1er janvier, pour l’Europe, afin de participer à un déploiement de six mois dans le cadre de l’opération REASSURANCE aux côtés de nos alliés de l’OTAN.

« C’est mon premier déploiement et aussi la première fois où j’ai jeûné pendant le ramadan en plein milieu de l’océan », a déclaré le Mat 2 Kurt, qui est originaire de London, en Ontario, et qui s’est enrôlé dans la Marine en 2018 « pour voir le monde ».

Au début du ramadan, le 12 avril, les Mat 2 Kurt et Mat 3 Bitar ont tous deux appelé leurs familles pour leur transmettre leurs meilleurs vœux, puis ils ont continué à rester en contact avec leurs proches au moyen de FaceTime et d’autres applications de messagerie. Les familles et les amis se réunissent habituellement pour partager le repas de rupture du jeûne (Iftar) au coucher du soleil, mais pour de nombreux musulmans du monde entier, ce rassemblement aura lieu « en ligne » cette année en raison des restrictions liées à la COVID-19.

Le fait de pouvoir utiliser les technologies modernes pour parler avec nos proches et lire leurs messages de soutien est une grande consolation, a expliqué le Mat 2 Kurt.

« Faire le ramadan en mer a été plus difficile que je ne le pensais, vu que l’on ne peut pas rentrer à la maison. C’est l’un des plus grands défis de la navigation. C’est très dur d’être loin de la communauté, mais je m’y suis habitué depuis mon enrôlement en raison de la quantité de déplacements que j’ai dû faire », a-t-il ajouté.

Les soirées qui ont lieu après le coucher du soleil pendant le ramadan sont généralement à caractère social, mais pour les musulmans, c’est aussi un moment pour ralentir et prendre du temps pour la réflexion spirituelle en plus des prières quotidiennes. Pas facile à faire lorsqu’on est sur un navire de guerre.

« Il est difficile de ralentir dans un contexte où le rythme est élevé, mais cela renforce le sentiment d’accomplissement ressenti à la fin de la journée, a déclaré le Mat 3 Bitar, originaire d’Halifax, qui s’est joint à la MRC dès sa sortie de l’école secondaire en 2018. C’est difficile, mais c’est là le but même : lutter contre les tentations. Le fait de me concentrer et de me le rappeler m’aide à passer la journée. »

Pendant le ramadan, le Mat 3 Bitar aime aussi prendre le temps de réfléchir à la manière dont il peut rendre service aux autres. « Accomplir de bonnes actions, qu’elles soient modestes ou importantes,mais j’essaie de faire de mon mieux pour aider les gens. Cela vous fait du bien... et leur facilite la vie », a-t-il précisé.

Pour le Mat 2 Kurt, le ramadan est une occasion d’approfondir sa foi. Il se dit ravi de parler avec certains collègues et superviseurs qui ont souhaité en savoir plus sur sa foi et sur l’importance du ramadan pour les musulmans.

Les deux marins ont déclaré que, malgré les difficultés liées au jeûne en mer, ils se sont sentis soutenus par leurs camarades, en particulier par les membres du personnel de cuisine, qui leur gardaient de quoi manger au coucher du soleil, leur permettant ainsi de rompre leur jeûne.

« Je remercie profondément les cuisiniers », nous a confié le Mat 3 Bitar.

Cette année, le ramadan prend fin le 12 mai. Ce jour-là, le monde entier célèbre la fête de l’Aïd el-Fitr. Bien que les deux marins ne soient pas certains de la façon dont ils marqueront l’événement, ils prévoient de passer du temps ensemble, ainsi qu’avec un autre marin musulman qui fait le ramadan à bord du NCSM Halifax.

« Je ne sais pas où nous serons, mais probablement quelque part au milieu de l’océan », a déclaré le Mat 2 Kurt.

« Nous célébrerons en nous faisant l’accolade et, espérons-le, en rompant notre jeûne ensemble. »