De remarquables bustes témoignent de l’histoire et du patrimoine de la MRC

Galerie d'images

La Vigie - Hiver 2016 / Le 26 janvier 2016

Par Darlene Blakeley

Qu’ont en commun la Marine royale canadienne (MRC) et un artiste-sculpteur renommé mondialement? Le désir de garder vivants l’histoire et le patrimoine navals grâce aux œuvres d’art.

L’artiste canadien Christian Corbet a commencé en 2010 une tradition annuelle en créant des bustes d’importantes figures navales, et en en faisant don à la MRC. Pour souligner le centenaire de la MRC, son premier don a été le buste de l’amiral Sir Charles Edmund Kingsmill, le premier commandant et père de la marine canadienne.

« Le programme de sculpteur en résidence (PSR) a été élaboré en signe d’appréciation de l’extraordinaire contribution de M. Corbet à la préservation de l’héritage de la MRC et en reconnaissance de l’importance de poursuivre une tradition qui célèbre la marine et rappelle aux Canadiens ses exceptionnelles réalisations », explique Sean Sutton, officier du patrimoine de la MRC.

Le PSR prévoit qu’un artiste soit nommé chaque sept ans pour la MRC, qui choisit l’artiste en question. Ce dernier doit posséder des compétences spécialisées dont une connaissance approfondie de l’art et de l’histoire de l’art, et une expérience de différents médiums mais surtout en sculpture, en particulier dans la sculpture de bustes.  Le sculpteur doit faire un don annuel d’au moins un buste ou d’une autre sculpture importante personnifiant une personnalité de la marine canadienne, identifiée en consultation avec la MRC. Les bustes donnés sont habituellement dévoilés à Ottawa et conservés au Musée naval d’Halifax (Musée du Commandement maritime). Le public peut visiter le musée pour voir les bustes, qui peuvent aussi être exposés à d’autres endroits occasionnellement.

Selon M. Sutton, l’art constitue l’une des façons les plus éloquentes de valider une histoire et une culture, et les bustes constituent l’une des meilleures formes de reconnaissance. Pour un artiste de la renommée de M. Corbet, le fait de créer de telles œuvres durables qui reconnaissent d’importants visages de notre histoire, et d’en faire don, ne représente pas seulement un honneur pour notre marine et ses membres, mais accorde une visibilité à la MRC.

M. Corbet est reconnu comme l’un des grands artistes canadiens, utilisant différents médiums, mais particulièrement la sculpture et la peinture. Il a cofondé la Canadian Portrait Academy, dont il a été le premier président, et a reçu des commandes pour des œuvres portant sur des sujets comme Sa Majesté la Reine mère, Sir Winston Churchill, Margaret Atwood et Jack Layton. En raison de son intérêt en art judiciaire pour la reconstruction faciale, il a également été engagé par le ministère de la Défense nationale pour identifier des soldats morts lors de la Première Guerre mondiale.

M. Corbet, également sculpteur attitré au Royal Canadian Regiment, et spécialiste en art judiciaire pour la University of Western Ontario, a déjà créé six bustes pour la MRC, personnifiant tous des personnalités navales mémorables mais souvent oubliées, dont cinq ont été dévoilés officiellement. Outre celui de l’amiral Kingsmill, il y a aussi les bustes du premier maître de 1re classe Max Bernays (l’un des deux seuls membres de la MRC à avoir reçu la Médaille pour actes insignes de bravoure (C.G.M.) de l’Amirauté britannique au cours de la Deuxième Guerre mondiale), du capitaine de frégate Adelaide Sinclair, directrice du Service féminin de la Marine royale du Canada, du vice‑amiral Ralph Hennessy (décoré de la Croix du service distingué pour la destruction du sous-marin U-210 en août 1942); et de l’aspirant de marine William Palmer (l’un des premiers militaires canadiens morts au cours de la Première Guerre mondiale).

Au printemps 2016, un buste du matelot de 2e classe Leander Green, premier Terre‑Neuvien à avoir reçu la Médaille du service distingué, sera dévoilé. M. Corbet a également entamé le travail d’un septième buste, celui du Dr. Margaret Brooke, qui a été nommée membre (Division militaire) de l’Ordre de l’empire britannique au cours de la Deuxième Guerre mondiale pour avoir effectué des actes héroïques à la suite du torpillage et du naufrage du SS Caribou le 13 octobre 1942, dans le détroit de Cabot, au large de Terre‑Neuve. Dr. Brooke est décédée à Victoria le 9 janvier 2016 à l’âge de 100 ans.

« Je crois que les arts visuels jouent un rôle important pour nous aider à voir et à comprendre notre histoire et notre patrimoine » a déclaré M. Corbet. Il a ajouté qu’à son niveau, son travail ne consiste pas à recréer les visages à l’image d’une photographie mais surtout, à insuffler à l’œuvre une partie de leur personnalité. Comme je sculpte des bustes, ce qui n’est pas chose commune au Canada, je crois être à la bonne place dans mon rôle et je me sens honoré de le jouer.  

M. Sutton croit aussi fermement qu’en célébrant les figures importantes de l’histoire de la MRC, le PSR honore le sacrifice et les réalisations passés, tout en rappelant au public la contribution essentielle de la MRC, en temps de guerre comme en temps de paix, pour protéger les frontières et les routes commerciales – vitales pour l’économie canadienne. 

Il ajoute que nous avons le devoir de rappeler au public notre passé et notre rôle. Comme la plupart des Canadiens vivent loin des côtes, il leur est facile d’oublier l’importance et la valeur de la Marine.

Le PSR est renouvelable chaque sept ans, mais M. Sutton affirme qu’il se peut que la Marine envisage y associer d’autres formes d’art. « Comme il s’agira d’un nouveau programme, toutes les possibilités seront explorées pour en arriver à un programme durable au profit de la MRC, des artistes canadiens, et ultimement, de tous les Canadiens », a-t-il expliqué.