À l’horizon : la MRC regarde vers l’ouest

Galerie d'images

La Vigie - Printemps 2017 / Le 26 avril 2017

Par Ashley Milburn

Les acheteurs qui parcouraient les rues de Victoria, en Colombie-Britannique, en décembre dernier ont pu voir l’arrivée de trois navires, plus précisément, deux frégates et un navire de ravitaillement de la Marine de l’Armée populaire de libération de la Chine.

Pour certains, l’apparition de navires de la Marine chinoise sur fond de front de mer à Victoria peut sembler inusitée. Toutefois, pour les marines, quel que soit le temps de l’année, la visite des ports d’outre-mer et l’accueil d’homologues étrangers au pays font partie du métier.

Certes, les marines sont conçues, équipées et mandatées pour défendre leur pays contre les menaces extérieures, mais en temps de paix, elles constituent également un puissant instrument de politique étrangère. En effet, chaque fois que la Marine royale canadienne (MRC) participe à des activités avec ses partenaires internationaux, elle bâtit des liens et renforce la coopération, la bonne volonté et la confiance – tous des éléments essentiels pour assurer la sécurité et la prospérité des Canadiens au pays et à l’étranger.

C’est l’essence même de la diplomatie navale. Contrairement à tout autre outil de défense, les navires sont particuliers puisqu’ils peuvent être déployés presque partout dans le monde, afin d’exprimer la résolution d’un pays et de servir de plateforme d’engagement. À cette fin, les navires de la MRC traversent littéralement presque toutes les longitudes et latitudes, du cercle polaire arctique à l’équateur, afin de véhiculer les valeurs et les objectifs du gouvernement du Canada. De plus en plus, ces objectifs sont liés à la région Indo-Asie-Pacifique, un théâtre essentiellement maritime au cœur de l’économie mondiale.

Comme le souligne l’auteure Rose George dans son livre Ninety Percent of Everything, il y a une « industrie invisible » de 100 000 navires-porte-conteneurs qui fournit nos vêtements, l’essence pour nos voitures et la nourriture dans nos assiettes. Depuis 30 ans, l’Asie est au centre de ce phénomène et continue de donner la cadence : la région représente les deux tiers du produit intérieur brut de la planète, soit 40 % de la production mondiale, et abrite neuf des dix ports les plus achalandés au monde.

Les Canadiens dépendent de plus en plus du domaine maritime pour leur prospérité collective, tant en termes de bien-être économique que de souveraineté. La Marine a pour mission de défendre ce système mondial en mer.

Les liens économiques et commerciaux entre le Canada et l’Asie sont la principale source de notre intérêt national dans cette région. Mais il y a aussi des signes des parties prenantes en Asie qui indiquent que le Canada se doit d’être un partenaire de sécurité encore plus présent. C’est là un élément important des relations internationales, mais qui n’est pas sans défis.

Autrement dit, la région Indo-Asie-Pacifique est un théâtre sans pareil. La région, qui s’étend de l’Inde aux petits états insulaires d’Océanie, comprend plus de 60 % de la population mondiale, qui parle des centaines de langues différentes, adopte divers systèmes politiques et partage une histoire complexe de civilisations séculaires dans la région et ses diverses sous-régions.

De tels facteurs, jumelés à la grande distance entre les villes asiatiques et les côtes canadiennes, peuvent être décourageants et même sembler justifier un retrait. Toutefois, chaque défi comporte des possibilités, et c’est la raison pour laquelle le Canada collabore de façon réelle et significative avec ses partenaires de la région Indo-Asie-Pacifique.

C’est ici que la MRC, et plus précisément la Flotte du Pacifique, basée à Esquimalt, en Colombie-Britannique, peut et doit jouer un rôle bien réel. Pour faire suite à la visite de la Marine chinoise à Victoria, une frégate d’Esquimalt, le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Ottawa, se rendra à Shanghai cet été. Cette visite réciproque de bonne volonté coordonnée avec la Chine s’inscrit dans une mission plus importante de la MRC dans la région Indo-Asie-Pacifique en 2017. Sur une période de cinq mois, deux frégates – les NCSM Ottawa et Winnipeg – visiteront ainsi huit pays : la Chine, l’Inde, le Japon, la Malaisie, les Philippines, Singapour, la Corée du Sud et le Sri Lanka.

Pendant ce déploiement, les navires effectueront d’importants exercices navals avec nos partenaires régionaux et des marines alliées, exprimant la contribution de la MRC à la poursuite du bon ordre en mer et préparant les marins canadiens à répondre aux besoins potentiels du gouvernement du Canada.

C’est là le fondement même de la capacité de la MRC à optimiser l’utilisation opérationnelle et stratégique des ressources de la MRC à l’étranger. La réussite de ce concept a été prouvée lors de la mission du NCSM Vancouver dans la région en 2016, pour participer à de nombreux engagements diplomatiques et opérationnels prévus, en plus de venir en aide à la Nouvelle-Zélande après le passage du séisme de magnitude 7,8 survenu au large de l’île du Sud.

Cette réussite souligne et renforce la valeur inégalée que représente une ressource de la MRC compétente et adaptable sur place dans une zone aussi achalandée que la région Asie-Pacifique. Le rôle permanent de la Marine dans la défense du système mondial en mer commence par l’envoi d’une force déployée vers l’avant et le renforcement de nos partenariats.

Tel que mentionné dans la nouvelle perspective stratégique de la MRC, Point de mire 2050 : « Tous les déploiements de navires de guerre et les escales ont une signification symbolique et diplomatique. La présence d’un navire de guerre est une démonstration impressionnante et “en gros plan” de la “puissance dure” d’une nation, tandis que les actions de l’équipage… sont des exemples de “puissance souple”. Les missions (diplomatiques) canadiennes à l’étranger signalent pratiquement toujours dans les câbles diplomatiques que la visite d’un navire de guerre a permis de faire progresser et de renforcer concrètement les objectifs de la politique nationale grâce à la sympathie de nos marins. »

Alors que les citoyens canadiens voient leurs navires dépasser l’horizon, il est important de réaliser toute la gamme des capacités que les navires et les marins de la MRC représentent. Ce sont des guerriers, des pacificateurs et des diplomates. Et surtout, ce sont des Canadiens. Leur présence soutenue et significative dans une zone aussi fourmillante que la région Indo-Asie-Pacifique permet à la MRC de contribuer à transmettre le message que le Canada est un partenaire présent sur la scène internationale et de démontrer l’engagement du Canada à l’égard d’une région qui influe directement sur la sécurité et la prospérité des Canadiens de tout le pays.