Naissance d’un groupe formé de membres d’une même culture

Galerie d'images

Style de vie - La vie en mer / Le 11 décembre 2019

Par le capitaine Jenn Jackson

Au moment où le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Ottawa effectue son déploiement à l'appui des opérations NEON et PROJECTION, il s’est formé à bord un petit groupe de personnes ayant des liens personnels avec certains des nombreux ports visités.

Le NCSM Ottawa compte actuellement à son bord six membres nés en République de Corée, dont la plupart ont encore de la famille proche à Pyeongtaek, Incheon et Busan, trois des ports visités pendant le déploiement.

« L'un des moments forts de ce déploiement pour moi a été de pouvoir accoster à Busan. Je suis heureuse que le NCSM Ottawa ait eu la chance de connaître la ville natale de ma famille et cela m'a rendue fière d'être Canadienne d’origine coréenne », a déclaré l'enseigne de vaisseau de 1re classe (ens 1) Hyunji (Ann) Lee, officier de quart à la passerelle en formation.

« Un autre moment marquant du déploiement pour moi a été l'entrée à Pyeongtaek, a‑t‑elle ajouté. Cette période a été difficile, car j'ai été exposée à un niveau de coréen beaucoup plus élevé que celui auquel je suis habituée, mais le travail de traductrice a été une expérience enrichissante et m'a vraiment fait apprécier les efforts que mes parents avaient déployés pour s'assurer que je n'oublie pas la langue coréenne. »

Les six Canadiens d'origine coréenne à bord du NCSM Ottawa parlent le coréen et ont grandi en le parlant à la maison. Il n'est pas rare de les entendre parler coréen dans les couchettes ou les mess du navire.

« J'ai grandi en parlant coréen à la maison, mais mon vocabulaire gagnerait à être enrichi, a expliqué l'Ens 1 Jong Won Joseph Hahm, officier du génie des systèmes de marine. Il est bon de pouvoir parler coréen sur le navire et cela a contribué à la formation de notre groupe. »  

Pour le matelot de 1re classe (mat 1) Guyeon Kim, technicien - Génie des armes (sonar), ses origines coréennes lui ont permis de tisser des liens solides au sein de la Marine royale canadienne (MRC) et au Canada.

« J’ai forgé un lien solide avec les autres Canadiens d’origine coréenne, car nous avons beaucoup de choses en commun, notamment les mêmes origines, a-t-il expliqué. J'en ai fait l'expérience non seulement à bord du NCSM Ottawa, mais aussi sur d'autres navires. »

« Je garde des liens très étroits avec la Corée, a-t-il ajouté. Mes trois enfants sont nés en Corée et ont le coréen pour langue maternelle. J'ai passé une partie de mon congé parental en Corée, et quand je participe à un déploiement, ma femme et mes enfants restent en Corée chez mes beaux-parents. »

Ils ont tous encore de la famille en Corée, entretiennent des liens étroits avec la Corée et attribuent cet esprit de solidarité à leur compréhension de leur culture commune certes, mais les groupes professionnels auxquels ils appartiennent au sein des Forces armées canadiennes (FAC) et les raisons pour lesquelles ils se sont enrôlés ne sont pas les mêmes.

Les six, trois sont des officiers et trois sont des militaires du rang, appartiennent à des groupes professionnels différents : officier de guerre navale (Ens 1 Lee), officier du génie des systèmes de marine (Ens 1 Hahm), officier des systèmes de combat naval (Ens 1 Joo Whan [Kevin] Yun), technicien - Génie des armes (sonar) (Mat 1 Kim), manœuvrier (Mat 1 Isaac Moon) et steward (matelot de 2e classe [Mat 2] Thomas Park).

Les familles, tant coréennes que canadiennes, ont joué un rôle dans la décision de plusieurs d’entre eux de s’enrôler.

« Mon père était officier d'infanterie dans l'Armée coréenne, et j'ai grandi dans un foyer où on me racontait des histoires, entouré des vieilles médailles militaires de mon père. Je suppose qu’inconsciemment j'ai pris la décision de me joindre aux FAC, a expliqué le Mat 2 Park. J’ai accumulé jusqu’à présent 3 ans et demi de service dans cette magnifique institution qu’est la MRC et j'ai hâte de voir ce que l'avenir me réserve. »

« Je me suis enrôlé grâce à mon frère aîné, a précisé le Mat 1 Kim. Il est devenu membre des FAC avant moi et m'a parlé de tous les avantages qu'il recevait et des programmes d'études subventionnées. J'ai décidé de tenter ma chance et je me suis joint à la MRC. »

Par ailleurs, c’est le goût de l’aventure qui a poussé certains à prendre la décision de s’enrôler.

« J'ai décidé de m’enrôler pour vivre l'expérience, a dit le Mat 1 Moon. En plus de l'expérience professionnelle, j’avoue que la MRC m'a offert des expériences de vie, des voyages et des possibilités inédites, comme celle de faire partie de l’équipe d’arraisonnement des navires. »

Comme dans les autres sphères de vie, le travail au sein de la MRC comporte son lot de défis. Par exemple, bien qu'ils ne soient pas courants, des cas de racisme peuvent se produire.

« J’ai vécu une expérience teintée de racisme pendant la Semaine de la flotte de San Francisco en 2018. J'étais guide à bord du NCSM Vancouver avec d'autres stagiaires quand un touriste s'est approché de moi et m'a demandé quel genre d'Asiatique j'étais. Quand je lui ai répondu, il m'a dit : ‘Vous êtes aussi mauvais que la Marine australienne’. J'ai alors répliqué : ‘Que voulez-vous dire, monsieur ?’, il a continué à montrer du doigt les autres membres asiatiques de la MRC en service et a dit que c'était très négatif d'avoir du personnel ‘de couleur’ à bord », nous a confié l’Ens 1 Hahm.

« Ce genre d’incident survient de temps en temps, et nous apprenons qu’il vaut mieux en rire, a-t-il ajouté. C’est difficile cependant de garder son sang-froid dans ce genre de situation quand on est uniforme. À mon avis, la seule façon de résoudre ces situations est d’aller de l’avant et de ne pas regarder en arrière. Il semble que l’attention exacerbe les comportements dédaigneux. »

Malgré ces difficultés, les membres du groupe estiment que le déploiement et le temps passé à bord du navire sont rendus plus faciles grâce aux liens de solidarité qu'ils ont formés. Ils encourageraient tous les autres, qu’ils soient d’origine coréenne ou non, à se joindre à eux.

« Il existe un véritable esprit de solidarité entre tous les Canadiens d'origine coréenne à bord du NCSM Ottawa, malgré les différences sur le plan de l’âge et des groupes professionnels, a précisé l'Ens 1 Yun. Nous avons beaucoup de choses en commun, comme notre amour de la cuisine coréenne, nos similitudes culturelles et notre bagage. Cela dit, j'ai rencontré beaucoup de personnes de diverses origines au sein de la MRC. J’encourage tous ceux qui le souhaitent à s’enrôler, à condition qu’ils soient absolument certains de leur décision. »

Bien qu'il s'agisse de l'un des nombreux petits groupes qui existent à bord du NCSM Ottawa, les multiples escales qui ont eu lieu en République de Corée pendant l'opération PROJECTION ont offert aux Canadiens d'origine coréenne des possibilités inédites et opportunes. C'est le plus jeune qui résume le mieux la situation :

« J'ai bien aimé me rendre en Corée dans le cadre de ce déploiement. J'ai eu l'occasion de rendre visite à ma famille et à mes amis... ah, et je n'oublie pas la nourriture », a insisté le Mat 2 Park. Il a enchaîné en souriant : « J'adore la cuisine coréenne et j’aime partager chaque soir des nouilles ramen avec le Mat 1 Kim et le Mat 1 Moon dans le Mess des matelots…comment ne pas tisser des liens étroits dans ce cas? »