L’héroïsme de Ralph Hennessy dans la lutte contre un incendie a aidé à sauver le NCSM Assiniboine

Ralph Hennessy

DND

Ralph Hennessy à son bureau dans les années qui ont suivi, au service de la Marine royale canadienne.

La Marine royale canadienne a commencé une nouvelle série appelée Héros canadiens de la Marine pour honorer les actions courageuses des héros de notre histoire, de même que leurs contributions à l’histoire de la MRC, à ses victoires, au sauvetage de vies, et à la paix et la sécurité dont la population canadienne jouit aujourd’hui. Nous publierons une nouvelle histoire tous les mois.

Alors que le feu faisait rage à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Assiniboine, le lieutenant Ralph Hennessy a mené la lutte contre l’incendie qui menaçait de couler le destroyer.

Ralph Hennessy, à peine âgé de 24 ans, était le commandant en second de l’Assiniboine en août 1942 lorsque ce navire fut chargé de protéger un convoi de navires marchands contre les sous-marins allemands prédateurs dans l’Atlantique. À l’époque, un navire allié coulait toutes les six heures.

Pendant la traversée de l’océan, l’Assiniboine a entrepris une bataille de surface avec le sous-marin allemand U-210 dans un brouillard dense. Le destroyer a été incendié lorsque les canons de pont du sous-marin ont criblé de balles la passerelle.

« C’était assez spectaculaire parce que l’entreposage de l’essence pour les deux bateaux à moteur se trouvait juste en dessous de la passerelle, et c’est ce qui a causé l’incendie », a déclaré M. Hennessy.

« L’incendie était si intense que je n’arrivais pas utiliser l’une ou l’autre des échelles pour descendre jusqu’au pont supérieur – il n’y avait qu’une mer de feu qui traversait directement la structure de la passerelle. J’ai donc sauté sur le mât depuis l’arrière de la passerelle et je suis descendu en m’agrippant, et j’ai organisé les équipes de lutte contre l’incendie. Par la suite, je suis descendu dans les entrailles du navire pour faire réparer les dommages causés par les tirs d’obus. »

« Et j’y étais encore pour accomplir ce travail quand Johnny (le capitaine Stubbs) a éperonné le sous-marin! ».

Ralph Hennessy a dirigé la lutte de l’équipage contre l’incendie alors que Johnny Stubbs dirigeait l’attaque contre le U-210, d’abord avec des obus de 120 mm, puis avec la proue du navire. L’Assiniboine a envoyé le sous-marin au fond de l’Atlantique en l’éperonnant deux fois.

« Nous avons appris plus tard que nous avions tué le capitaine (de l’U-210 – Rudolf Lemcke) », a déclaré M. Hennessy.

« Je pense que ce qui m’a le plus impressionné, ce n’est pas que Johnny Stubbs ait éperonné le sous-marin... mais que le sous-marin ait refait surface et ait encore utilisé ses canons. C’est tout un exploit de la part des Allemands. »

Dix prisonniers ont été capturés par l’Assiniboine et 28 par le Navire de Sa Majesté Dianthus, dont six ont été transférés plus tard à l’Assiniboine. Il y avait parmi eux le commandant en second et l’officier ingénieur du sous-marin.

« Nous les avons mis tête-bêche dans la couchette de la cabine du médecin, qui était brûlée, avec une sentinelle coriace à la porte qui avait une arme à feu chargée à la main. J’avais donné mes ordres – n’importe quel problème – ouvre le feu! ».

Les autres marins étaient retenus dans la chaufferie et de la soupe était descendue jusqu’à eux dans de grands bols avec des tasses.

« Nous avons été gentils avec eux », a déclaré M. Hennessy.

En raison des dommages subis par sa proue pendant l’altercation, l’Assiniboine a quitté le convoi et est retourné à St. John’s pour y être réparé. Il est ensuite revenu au combat.

Ralph Hennessy a reçu la Croix du service distingué du roi George VI pour ses actions héroïques dans la lutte contre les incendies pendant l’affrontement.

Mais pour lui, cela était normal au plus fort de la bataille de l’Atlantique.

« Chaque convoi dont nous avons pris le contrôle était un groupe de navires marchands, a-t-il expliqué. Normalement, ces convois étaient composés de 40 ou 50 navires et nous n’avions réellement pas suffisamment d’escortes contre un groupe de sous-marins allemands si nous en rencontrions un. Notre tâche principale et celle de nos autorités à terre consistait donc à nous orienter afin que nous ne rencontrions pas un groupe de sous-marins allemands. Eh bien, cela n’a pas toujours fonctionné. Nous en rencontrions parfois, et l’enfer se déchaînait. »

Ralph Hennessy a survécu à 80 missions d’escorte de convois pendant la guerre.

Parmi les autres actions notables en temps de guerre, mentionnons la participation aux premières étapes de la poursuite du cuirassé allemand Bismarck, la création d’un écran de protection du cuirassé HMS Prince of Wales avec le premier ministre Winston Churchill à bord pour la réunion historique au large d’Argentia (T.-N.-L.), qui a eu lieu pour rédiger la Charte de l’Atlantique, et deux nominations comme commandant de l’Assiniboine.

À la fin de la guerre, en 1945, M. Hennessy a été le premier commandant du destroyer NCSM Micmac lors de sa mise en service. Il a ensuite connu une illustre carrière dans la Marine royale canadienne, dont il est devenu l’officier supérieur de la Marine de 1966 à 1968. Il a pris sa retraite lorsqu’il était chef du personnel des Forces armées canadiennes en 1971, après 35 ans de service.

Ralph Hennessy est décédé le 13 juin 2014.

Sources

http://www.thememoryproject.com/stories/2187:vice-admiral-ralph-hennessy/

Battle of the Atlantic: Assiniboine versus U-210: www.youtube.com/watch?v=11EX9tjgcAs

https://www.legacy.com/obituaries/dailybreeze/obituary.aspx?n=ralph-hennessy&pid=171437634

Image Gallery