Robert Hampton Gray : sang-froid contre vents et marées

Robert Hampton Gray

MDN

Robert Hampton Gray

Alors que la deuxième bombe atomique tombait sur Nagasaki dans le sud du Japon, le lieutenant Robert Hampton Gray dirigeait deux avions Corsair en direction des terrains d’aviation de la région de Matsushima dans le nord de Honshu.

C’était le 9 août 1945 et la Seconde Guerre mondiale était presque terminée.

Gray, pilote de la Marine canadienne servant dans l’aéronavale de la Royal Navy, volait avec le 1841e Escadron à partir du porte-avions His Majesty’s Ship (HMS) Formidable.

Il y avait peu d’activité ennemie, une première frappe du Formidable avait laissé les cibles en ruines.

Comme Gray avait pour mission la cible secondaire des navires militaires dans la baie voisine d’Onagawa, il a décidé d’attaquer de nouveau.

Les autres membres de l’équipage se souviennent de l’entendre dire qu’il s’apprêtait à foncer et se sont alors détachés de la formation pour le suivre à toute vitesse.

Alors que Gray stabilisait son Corsair, il a été atteint par des tirs de canons et de mitrailleuses.

L’avion a été incendié et l’une de ses bombes de 500 livres a été détruite. Il a stabilisé l’avion et a largué sa dernière bombe. Elle a heurté l’escorteur océanique Amakusa sous la tourelle arrière du canon, faisant exploser le casier à munitions et faisant sauter le côté de tribord du navire.

L’Amakuza chavira et coula immédiatement.

Gray a continué à voler, mais quelques secondes plus tard, son avion en flammes s’est renversé, a percuté l’eau à grande vitesse et s’est détruit. Gray a été tué, devenant ainsi l’un des derniers Canadiens à mourir au combat pendant la Seconde Guerre mondiale.

Malgré le choc d’avoir perdu leur chef et malgré l’ordre d’effectuer un seul passage par cible, les pilotes restants ont mené deux autres attaques réussies contre les navires japonais ciblés.

Pour ses actions, Gray a reçu à titre posthume la Croix du service distingué le 31 août 1945 et la Croix de Victoria (VC) le 13 novembre 1945, la médaille la plus prestigieuse pour actes de bravoure du Commonwealth britannique.

Tiré de sa recommandation pour la VC :

« Pour bravoure exceptionnelle alors qu’il dirigeait une attaque en s’approchant à moins de 50 pieds d’un contre-torpilleur japonais, sous un barrage d’artillerie antiaérienne intense. Il a réussi à couler le contre-torpilleur, bien que son appareil touché fût en flammes et qu’il ait été tué dans l’attaque. »

« Il faisait partie du groupe vaillant de pilotes de l’aéronavale qui, à partir de décembre 1944, s’étaient battus avec succès contre les Japonais de Palembang jusqu’à Tokyo. Le fait d’armes relaté ici a eu lieu le 9 août 1945 dans la baie d’Onagawa. Hampton Gray menait une attaque qu’il n’a pas abandonnée malgré les tirs des batteries côtières et d’au moins huit navires de guerre. Son avion était en flammes, mais il a réussi à atteindre l’objectif au moins une fois, et ce coup au but a coulé le bâtiment ennemi. »

Dans une lettre de condoléances écrite à la mère de Gray, le capitaine de corvette Richard Bigg-Wither, commandant du 1841e Escadron, déclarait que le « sang-froid et la détermination de Gray face à une situation très difficile et la perte de leur chef avaient inspiré les autres à poursuivre deux autres attaques permettant d’éliminer le premier contre-torpilleur le faisant chavirer et couler. Les deux contre-torpilleurs ont été touchés et gravement endommagés ».

Bigg-Wither mentionnait que l’équipage du Formidable était dévasté par la perte. « Tout semblait s’être effondré à bord, et même lorsqu’était venu le temps de célébrer la victoire, celle-ci semblait vide de sens. Tout le monde l’aimait et il répandait la bonne humeur partout où il allait. »

Gray est né à Trail, en Colombie-Britannique, et s’est enrôlé en 1940. En septembre 1941, il était pilote de marine au grade de sous-lieutenant. Il a été envoyé sur le théâtre d’opérations africain où il a passé près de deux ans à piloter des Hurricanes et d’autres avions pour divers escadrons côtiers de la Royal Navy. Avide d’action, il est nommé au 1841e Escadron à bord du HMS Formidable comme pilote principal en août 1944.

Après quatre ans de service, Gray s’en allait au combat.

Sa première action a consisté en quatre attaques contre le cuirassé allemand Tirpitz alors que le navire de 42 500 tonnes s’était retranché dans un fjord norvégien. Lors de la quatrième attaque, le 18 août 1944, Gray a mené son vol dans une audacieuse attaque à basse altitude contre des navires protégeant le cuirassé. D’autres cibles comprenaient l’hydrobase et les terrains d’aviation adjacents afin de dévier les tirs des bombardiers en piqué Barracuda qui attaquaient. Les bombardements ont échoué. Six Corsair sont tombés au combat et trois Barracudas se sont écrasés à l’atterrissage.

La frappe finale a eu lieu le 29 août 1944, lorsque Gray a répété son attaque audacieuse à basse altitude contre trois contre-torpilleurs allemands lourdement blindés de la classe Narvik. Son avion et 16 autres Corsair ont été endommagés par des tirs antiaériens. Un autre Corsair est tombé au combat.

Gray s’est vu décerner une citation à l’ordre du jour pour « le courage sans faille, les qualités et la détermination dont il a fait preuve lors des attaques audacieuses contre le Tirpitz. »

La mission suivante du HMS Formidable était dans le Pacifique. En avril 1945, le porte-avions s’est joint à la British Pacific Fleet. La première grande action a consisté en des frappes contre les bases aériennes japonaises soutenant la défense d’Okinawa par le Japon. Les pertes de personnel navigant ont été lourdes : les Britanniques ont perdu 47 avions à cause des tirs ennemis et dans le cadre d’opérations.

Le tempérament de Gray durant cette période se reflète dans une lettre adressée à ses parents. Pour apaiser leurs craintes, il a banalisé les opérations aériennes en les qualifiant de « vols assez difficiles, mais pas dangereux ».

De même, il a dédramatisé l’effet des attaques kamikazes meurtrières sur son navire et la terrible perte de personnel et d’avions.

La capacité de Gray à diriger sous une pression aussi forte tout en restant détendu était remarquable et il était bien connu pour son caractère imperturbable face au stress du combat.

En juillet 1945, les flottes alliées combinées attaquaient la partie continentale du Japon, frappant toute cible sur leur passage. Gray a continué à mener ses vols lors de frappes lourdes. En plus de mener avec succès des attaques à basse altitude contre des terrains d’aviation, il a dirigé une attaque contre la base navale japonaise de Maisuru. C’est là qu’il a frappé directement un contre-torpilleur japonais, l’a incendié et l’a finalement coulé au fond de l’océan.

Son leadership dans cette action contre les navires bien défendus a été si remarquable que l’amiral Philip Vian, alors aux commandes du groupe aéronaval, a envoyé ses félicitations au Formidable.

Gray n’avait que 28 ans quand il a été tué au combat.

Il a été le dernier Canadien à recevoir la Croix de Victoria.

Un monument à la mémoire de Gray fait partie du Monument aux Valeureux près de la Colline du Parlement à Ottawa, tout comme à l’aéroport Norman Rogers de Kingston, en Ontario, où il a suivi une partie de sa formation de pilote en 1941. De plus, son nom est inscrit sur le Monument commémoratif des marins du parc Point Pleasant à Halifax.

La ville d’Onagawa a également érigé un monument commémoratif sur la côte de la baie d’Onagawa en 1989, près de l’endroit où l’avion de Gray s’est écrasé. Il est le seul membre d’une armée étrangère à être ainsi honoré par le Japon.

Sources

https://navalandmilitarymuseum.org/archives/articles/local-heroes/lieutenant-hampton-gray

https://militarybruce.com/canadas-last-victoria-cross-winner-lieutenant-n-robert-hampton-gray-vc-dsc/

Image Gallery