Roy Baker-Falkner mène une attaque audacieuse contre un cuirassé allemand

Roy Baker-Falkner

DND

Roy Baker-Falkner

Le cuirassé allemand Tirpitz jette l'ancre dans un fjord norvégien, ne sachant pas ce  qui l'attend.

Lors d'une attaque surprise le 3 avril 1944, un jeune aviateur de la Marine canadienne faisant partie de l'unité aéronavale britannique, la Royal Navy Fleet Air Arm, mène un audacieux raid de bombardement en piqué à basse altitude contre le Tirpitz.

L'attaque est menée en deux vagues par 40 bombardiers en piqué Barracuda transportant des bombes de rupture de 730 kg et 40 chasseurs d'escorte. Le cuirassé est touché directement 15 fois.  

Au cours d’un bombardement en piqué, le capitaine de corvette Roy Sydney Baker‑Falkner, de Saanich (C.-B.), et son escadre aéronavale touchent le cuirassé 14 fois, le paralysent et l'empêchent de constituer une menace majeure lors de l'invasion de la Normandie par les alliés en juin. Le Capc Baker-Falkner est l'un des nombreux aviateurs de la Marine canadienne qui se sont démarqués tout au long de la guerre en tant que pilotes de combat compétents.

La frappe aérienne est couronnée de succès, causant des dommages importants à la superstructure du Tirpitz et faisant beaucoup de victimes.

Roy Baker-Falkner reçoit l'Ordre du service distingué le 25 juillet 1944, « pour le courage sans faille, les qualités et la détermination dont il a fait preuve lors des attaques audacieuses contre le Tirpitz ».

Roy Baker-Falkner est issu d'une famille de militaires et est né le 3 juin 1916 à Nottingham, en Angleterre, où son père était en poste au sein du 79e Bataillon du Corps expéditionnaire canadien. La famille rentre au Canada au début de 1918, pour finalement s'installer à Saanich, en Colombie-Britannique.

Au milieu de l'année 1929, Roy Baker-Falkner s’enrôle dans la MRC à Esquimalt (C.‑B.). Avec d'autres cadets de la MRC, il suit son instruction d'officier au Royal Naval College de Dartmouth. En 1934, il est affecté à bord du Navire de Sa Majesté (HMS) Kent, navire amiral de la flotte chinoise.

En 1937, il est muté avec plusieurs autres pilotes canadiens au sein de la Royal Navy Fleet Air Arm, où il termine sa formation de pilote dans la Royal Air Force (RAF). Il obtient son brevet de pilote en 1938, se spécialisant dans la reconnaissance des torpilles, et se voit affecter au sein d'un escadron opérationnel embarqué sur le HMS Glorious en Méditerranée.

Quand la guerre éclate en septembre 1939, son escadron de Fairey Swordfish (avion lance-torpilles et avion de reconnaissance) participe activement à la recherche du navire de guerre allemand Graf Spee dans l'océan Indien.

Roy Baker-Falkner retourne en Angleterre au printemps 1940, et est détaché dans un escadron à terre où il soutient l'évacuation des troupes de Dunkerque et participe plus tard à la bataille d'Angleterre. Il est l'un des rares officiers de marine canadiens à participer à cette bataille. Il est ensuite détaché au sein du Coastal Command de la RAF, où il pilote le vénérable biplan Swordfish au cours de missions de minage contre le littoral allemand.  

Ces actions lui valent la Croix du service distingué qui lui est décerné « pour son zèle, sa patience et son entrain remarquables, et pour avoir donné l’exemple d’un dévouement sans réserve au devoir, sans lequel la tradition d’excellence de la Royal Navy n’aurait pu se perpétuer ».

Par la suite, il est envoyé à l'escadron d'essais d'avions de la RN à Boscombe Down en tant que pilote d'essai, où il joue un rôle essentiel dans la mise à l’essai des avions de la marine avant leur utilisation en milieu opérationnel.

En tête de ces avions se trouve le bombardier en piqué Barracuda. Grâce à ses connaissances exceptionnelles du Barracuda, il est nommé commandant du 827e Escadron en août 1943, la première unité de la Royal Navy équipée de ce bombardier en piqué perfectionné.

Roy Baker-Falkner est bientôt nommé à la tête de la 8e Escadre aéronavale de reconnaissance (bombardiers torpilleurs), qui se compose principalement de jeunes membres du personnel navigant de la Réserve des volontaires des marines australienne, britannique, canadienne et néo-zélandaise. L'escadre rejoint le porte‑avions HMS Furious dans les îles Orcades au large de l'Écosse en février 1944.

Roy Baker-Falkner dirige l'escadre lors d'une attaque aérienne contre la navigation ennemie dans le nord de la Norvège, avec le soutien de la Home Fleet et de trois destroyers canadiens de la classe Tribal, à savoir les Navires canadiens de Sa Majesté Iroquois, Haida et Athabaskan.

Le 30 mars 1944, la 8e Escadre aéronavale partie de Hatston en Écosse est embarquée sur les porte-avions HMS Furious et Victorious pour diriger l'opération TUNGSTEN, l'attaque aérienne dévastatrice contre le Tirpitz.

Or, l'escadre de Baker-Falkner n'a pas encore terminé sa campagne contre le Tirpitz. Roy Baker-Falkner mènera encore une frappe qui sera sa dernière.

Le 17 juillet 1944, son escadre reçoit l'ordre d'entreprendre de nouvelles opérations contre le cuirassé à partir des porte-avions Formidable, Furious et Indéfatigable.

Baker-Falkner mène une frappe avec 92 avions environ, mais les sous-marins allemands repèrent l'armada qui avance et l'effet de surprise est perdu. L'écran de fumée qui entoure le Tirpitz empêche les avions d’effectuer des attaques précises, et la mission donne peu de résultats.

Le 18 juillet 1944, alors que la flotte est menacée par des meutes de sous-marins allemands au cours de la bataille de l'Atlantique, Roy Baker-Falkner participe à la première patrouille anti-sous-marine. Aux commandes d'un avion Barracuda II, il est assisté de son observateur, le lieutenant G. N. Micklem, et de son mitrailleur de bord, l'officier marinier A. H. Kimberley.

Un Corsair du 1841e Escadron piloté par le pilote principal, le sous-lieutenant (M) H.S. Mattholie, escorte son Barracuda. Malheureusement, le temps se dégrade et le Barracuda de Roy Baker-Falkner et le Corsair ne parviennent pas à retrouver la flotte et se séparent.

Roy Baker-Falkner et son équipage disparaissent en mer.

Le Slt(M) Mattholie effectue un atterrissage en catastrophe en Norvège, où il est ensuite fait prisonnier de guerre. Le pilote principal du 1841e Escadron qui succède au Slt(M) Mattholie, le lieutenant Robert Hampton Gray, de la Réserve des volontaires de la Marine royale canadienne, recevra à titre posthume la Croix de Victoria dans le Pacifique.

Roy Baker-Falkner reçoit l’Étoile de 1939-1943 avec la barrette de la bataille d’Angleterre, l’Étoile de l’Atlantique, l’Étoile d’Afrique, la Médaille de la Défense et la Médaille de la guerre de 1939-1945. Il est cité à l’ordre du jour pour « la bravoure, le leadership, le savoir-faire et le sens du devoir dont il a fait preuve sur les navires de Sa Majesté lors de frappes réussies contre les navires ennemis au large des côtes de la Norvège. »

Galerie de photos