Les civils et la bataille de l’Atlantique

Bien que nous parlions habituellement des efforts déployés par les militaires pendant la bataille de l’Atlantique, celle-ci n’aurait pas pu être gagnée sans les efforts et les sacrifices des Canadiens qui ne portaient pas l’uniforme et qui travaillaient sur le front intérieur.

Des civils ont travaillé à l’arsenal de la Marine royale canadienne pour entretenir les navires afin qu’ils puissent prendre la mer, ainsi que dans les chantiers navals de tout le pays afin de produire des navires de guerre pour le Canada et l’Angleterre. Des hommes et des femmes ont travaillé dans des usines partout au pays pour produire des munitions et de l’équipement. Ils étaient tous essentiels à l’effort de guerre.

Essentiellement, les contributions des civils ont permis aux marins d’aller en mer.

On estime que plus de trois millions de Canadiens ont été employés dans diverses industries pour soutenir l’effort de guerre, dont 57 000 pour la construction de navires marchands et 27 000 dans le domaine de la construction navale, ce qui comprend la construction de destroyers, de frégates, de corvettes et de dragueurs de mines.

Sur le front intérieur, les femmes et les enfants veillaient au rationnement de la nourriture et d’autres matériels. Ils recueillaient du métal, du caoutchouc et des os pour l’effort de guerre, et tricotaient des foulards et des chaussettes pour les marins qui bravaient l’Atlantique Nord glacial. De plus, le rôle des femmes dans la société, en particulier, a changé radicalement afin de permettre aux hommes de prendre part au service militaire. Pendant que les hommes étaient en mer, les femmes travaillaient dans tous les secteurs de l’économie et dans tous les domaines au pays, et jetaient ainsi les bases de la lutte pour l’égalité des femmes dans les décennies qui ont suivi.

Les pilotes de port civils ont travaillé pendant de nombreuses heures pour veiller à ce que les navires de charge qui transportaient des fournitures cruciales jusqu’en Europe puissent entrer dans les ports et en sortir en toute sécurité.

Des familles d’Halifax, de Sydney et de St. John’s ont accueilli chez elles des marins de la marine et de la marine marchande, et ont partagé leurs maigres rations pour fournir des repas maison et recevoir les marins pendant leur séjour à terre trop bref.

La guerre a touché tous les aspects de la vie canadienne, et la victoire n’aurait pas été possible sans les efforts de tous les Canadiens, qu’ils aient ou non porté l’uniforme.