Biographie : Maître William Hall, VC

William Hall (baptisé William Neilson), marin et fermier, né le 25 avril 1829 en Nouvelle-Écosse, probablement à Horton Bluff (Lockhartville), fils de Jacob et de Lucinda Hall, qui avaient plusieurs autres enfants ; décédé célibataire le 25 août 1904 à Avonport, Nouvelle-Écosse.

William Hall grandit sur les bords de la rivière Avon. Son père, un des réfugiés noirs amenés en Nouvelle-Écosse pendant la guerre de 1812, se fit marin ; il travaillait aux chantiers navals de Half-Way River (Hantsport). En 1844, le jeune William se joignit à l’équipage d’un navire qui quittait Half-Way River. Vers la fin des années 1840, il servit, semble-t-il, dans la marine américaine. Il s’est enrôlé dans la marine royale en février 1852 à titre de gabier breveté, et passa quatre ans à bord du cuirassé Rodney. Pendant la guerre de Crimée, il fut chef de pièce dans les batteries du siège de Sébastopol (Ukraine) et assista à la bataille d’Inkerman. En 1856, on le muta sur la frégate Shannon.

Quand la révolte des cipayes éclata, en mai 1857, le Shannon fut dépêché à Calcutta, car l’armée britannique avait un urgent besoin de renforts de la marine. Hall fit partie des matelots et fusiliers du Shannon qui furent réunis en une brigade navale et envoyés avec les troupes qui marchaient au secours de la ville de Lucknow, assiégée par les mutins. Le 16 novembre 1857, l’expédition arriva devant Lucknow. On confia aux hommes du Shannon deux pièces de 24 en leur ordonnant d’ouvrir une brèche dans les murs de l’un des meilleurs postes de défense des mutins, une mosquée. Peu après, les six servants de l’une des pièces étaient hors de combat ; parmi les servants de l’autre canon, seuls Hall et le lieutenant Thomas James Young étaient encore debout. Les deux hommes continuèrent de tirer sous une pluie de balles jusqu’à ce qu’ils aient ouvert une brèche et que les soldats britanniques aient franchi les murs. Comme ils avaient contribué, par leur courage, à la levée du siège, ils eurent droit à la croix de Victoria. Hall la reçut le 28 octobre 1859 ; il était le premier Noir, le premier Néo-Écossais et le premier marin canadien à avoir cette décoration. À l’époque, il était chef de hune.

Hall quitta la marine le 10 juin 1876 avec d’officier de manoeuvre et un certificat de bonne conduite. Il s’établit sur la ferme familiale près de Hantsport. Au moment d’un entretien avec lui, en 1900, sa gloire passée ou la croix de Victoria ne l’inspiraient plus tellement. « Ça ne vaut pas grand-chose [...] après tout, déclara-t-il, seulement dix livres par année. Si la marine ne me donnait pas, en plus, ma pension régulière de quarante livres, je me demande comment on se débrouillerait ici. La ferme n’est pas grande, et mes deux sœurs vivent avec moi. » En octobre 1901, il sortit de l’ombre pour un moment : on le présenta au duc et à la duchesse de Cornwall, en visite à Halifax. À sa mort, il fut inhumé sans cérémonie particulière à Lockhartville. En 1945, on transféra ses restes sur le terrain de l’église baptiste de Hantsport. En 1947, la Légion canadienne éleva un cairn à sa mémoire sur un terrain acheté par elle. Plusieurs plaques commémoratives, dont certaines ont été installées par la communauté noire de la Nouvelle-Écosse, perpétuent le nom de William Hall, décoré de la croix de Victoria.