Biographie : Vice-amiral Harry DeWolf, CBE, DSO, DSC, CD

Vice-amiral Harry George DeWolf , DSO, DSC, CBE, CD

MDN

Vice-amiral Harry George DEWOLF, DSO, DSC, CBE, CD

Ses premières années

Le Vice-amiral Harry DeWolf naît à Bedford, en Nouvelle-Écosse, en 1903. Il se joint à la Marine royale canadienne (MRC) en 1918 en tant qu’élève-officier et fréquente le Collège naval royal du Canada situé à Esquimalt, en Colombie‑Britannique. De 1921 à 1925, il reçoit son instruction dans la Royal Navy (RN) à bord du navire de guerre de Sa Majesté (HMS) Resolution, après quoi il suit des cours dans des établissements de la RN et sert en mer dans la RN et la MRC. En 1928, il se spécialise en navigation en suivant le cours avancé de navigation au HMS Dryad, en Angleterre, avant de recevoir d’autres affectations en mer et affectations d’état-major au sein de la RN et de la MRC.

Au commandement du Navire canadien de Sa Majesté St. Laurent

En 1939, il prend le commandement du Navire canadien de Sa Majesté St. Laurent et participe à l’escorte du convoi de l’Atlantique ainsi qu’à l’évacuation des troupes à partir de la France en 1940. Il a été cité à deux reprises à l’ordre du jour (une distinction nationale pour services insignes) pour récompenser son leadership à titre de commandant au cours des deux premières années de la Deuxième Guerre mondiale.

Au commandement du Navire canadien de Sa Majesté Haida

En 1943, au terme d’affectations à des postes d’état-major à Halifax et à Ottawa, il prend le commandement d’un destroyer de classe Tribal, le Navire canadien de Sa Majesté Haida, navire qui déterminera son héritage de combattant et qui deviendra lui-même reconnu comme étant le « navire de guerre le plus combatif de la Marine royale canadienne ». Pendant les 14 mois de son commandement, au cours desquels il a notamment participé aux convois de l’Arctique et aux opérations des destroyers dans la Manche, le Navire canadien de Sa Majesté Haida a contribué à couler 14 navires ennemis. C’est ainsi que le Vice-amiral DeWolf est par la suite décoré de l’Ordre du service distingué (OSD) pour sa bravoure devant l’ennemi, de la Croix du service distingué (DSC) pour son courage et son habileté contre les destroyers allemands, et qu’il fait l’objet de deux citations à l’ordre du jour pour sa bravoure, son courage et sa détermination face à l’ennemi.

Leader consommé à la fois à terre et en mer, son service exceptionnel en temps de guerre a été souligné par l’obtention des titres de Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique (CBE) et d’Officier de la Légion du mérite des É.-U.

Après la guerre

Après la guerre, il a continué à exceller en acceptant le commandement du Navire canadien de Sa Majesté Warrior, un porte-avions, et du Navire canadien de Sa Majesté Magnificent. Promu contre-amiral en 1948, il a été nommé officier général de la côte du Pacifique, puis vice-chef d’état-major de la Marine. Il a reçu la Décoration des Forces canadiennes (CD) en 1950, peu après sa création, qui soulignait sa bonne conduite tout au long de sa carrière. En 1952, il est nommé conseiller militaire principal de l’ambassadeur canadien aux États-Unis d’Amérique et président de l’état-major interarmées de l’Armée canadienne, à Washington D.C. En 1956, promu au rang de vice-amiral, il est nommé chef d’état-major de la Marine, poste qu’il occupe jusqu’à son départ à la retraite, en 1960.

Il est décédé à Ottawa le 18 décembre 2000 et ses cendres ont été dispersées en mer à partir du Navire canadien de Sa Majesté Ville de Québec en 2001.