Un trompettiste apporte une riche histoire à la Musique Naden

Nouvelles du Pacifique / Le 11 juillet 2014 / Numéro de projet : 07-02-Valdes

Il y a trois décennies de cela, Miguelito Valdes, âgé de 10 ans, a tenu son premier instrument de musique, une trompette usagée fournie par son école. Quand il l’a portée à ses lèvres et a soufflé de l’air dans l’instrument, le bruit produit était très loin d’être de la musique. Son manque de compétences ne l’a toutefois pas découragé.  Il s’agissait de l’instrument qu’il allait maîtriser.

Aujourd’hui, 29 ans plus tard, le trompettiste cubain est un matelot de 1re classe dans la Marine royale canadienne, et un pilier de la Musique Naden de la Marine royale canadienne. Derrière l’uniforme noir impeccable et la coupe de cheveux de style militaire se trouve un homme ayant une riche histoire musicale.

« On commence à jouer lorsqu’on est très jeune à Cuba, a-t-il déclaré, assis au milieu de piles de carnets de chants et de feuilles de musique, et entouré d’instruments dans une petite salle à l’arrière du quartier général de la Musique Naden. Ce n’est pas comme ici, où les enfants commencent leurs leçons à 12 ou 13 ans et jouent pendant quelques heures par semaine. À Cuba, on joue tous les jours. Cela fait partie de votre journée à l’école. Si vous étudiez les arts, cela devenait très rapidement une partie de votre vie. »

Sa formation officielle a débuté à l’âge de 11 ans quand il s’est inscrit à l’école élémentaire de musique Paulita Conception, et a pris fin à l’âge de 19 ans quand il a obtenu son diplôme de l’école de musique provinciale Amadeo Roldan.

« Les arts sont un style de vie à Cuba, a-t-il déclaré. J’ai appris les mathématiques, les sciences sociales, et tout ce qu’on apprend habituellement à l’école, mais j’ai joué de la trompette également pendant tout ce temps. »

À l’extérieur de l’école, il a formé le groupe « Jelengue », et lorsqu’il avait 19 ans, le groupe a enregistré un album et fait des tournées pendant un certain nombre d’années.

Il a également beaucoup joué au Club Tropicana, un cabaret de renommée mondiale à La Havane avec le groupe du club.

« L’établissement était énorme et toujours très achalandé, et jusqu’à 300 personnes y travaillaient en même temps, a-t-il déclaré. Il y avait des gens qui pouvaient nous remplacer si nous avions besoin de prendre congé, mais j’y ai joué la plupart des soirs pendant quatre ans et fait des tournées partout, même au Royal Albert Hall à Londres. C’était plutôt intense. »

Ce fut durant cette période au Tropicana que le Mat 1 Valdes a rencontré Omara Portuondo, Diva du Buena Vista Social Club. Après avoir joué avec elle quelques fois, il s’est joint officiellement à son groupe de tournée. Il a ainsi entrepris une tournée de sept ans avec cette chanteuse légendaire.

« Omara est excellente. Elle est incroyablement talentueuse et gentille, et a beaucoup aidé ma carrière, a déclaré le Mat 1 Valdes. J’ai encore de ses nouvelles de temps en temps. C’est agréable d’avoir ce genre de relation avec une telle légende. »

Ce trompettiste de la Musique Naden a également joué avec l’Afro-Cuba All-Stars, et partagé la scène avec la légende du jazz Herbie Hancock au festival de jazz de Tokyo en 2001.« Ce fut une expérience très étrange, a-t-il déclaré. Je ne suis pas principalement un musicien de jazz, et je pensais donc qu’il y avait peut-être d’autres personnes qui méritaient davantage ma place, vous voyez? Ce fut tellement surréaliste de jouer avec une telle légende, et j’étais dans un état d’admiration. Je vais toujours m’en souvenir. »

L’épouse du Mat 1 Valdes, Cynthia Rodriguez, une pianiste, est venue au Canada la première fois pour jouer avec un groupe entièrement composé de femmes à Toronto. On lui a donné l’occasion de rester à Vancouver pour une tournée de trois à six mois. Les lois cubaines strictes sur les voyages les ont forcés à envisager de rester au Canada.

« Si vous quittez Cuba et ne retournez pas dans un délai d’un an, vous perdez votre droit de résidence, a déclaré le Mat 1 Valdes. Même si vous y retournez, il y a beaucoup de paperasse et une approbation gouvernementale est requise pour quitter de nouveau le pays. Nous en avons parlé pendant un certain temps et avons décidé de tenter notre chance et de rester au Canada. »

Son épouse a demandé le statut d’immigrante admise, mais le Mat 1 Valdes est retourné à Cuba et a continué de faire des tournées pendant trois ans. En 2006, il a décidé de s’établir au Canada. « Ce fut difficile d’être séparés pendant si longtemps, a-t-il déclaré. Nous nous rencontrions parfois, mais pendant la majorité du temps, je voyageais en tournée. »

Il y a deux ans de cela, il voulait de la stabilité pour sa famille et il s’est joint à la marine et à la prestigieuse musique navale de la côte Ouest.  

« C’est un excellent travail, Pour un musicien, c’est un rêve. Nous avons la chance de jouer pour tellement de gens, d’appuyer la marine et la collectivité ainsi que de pratiquer un art que nous adorons, a-t-il déclaré. J’ai des amis dans la communauté musicale qui voient ce que je fais et ils veulent se joindre à nous. C’est fantastique. »