Un militaire originaire de Moncton fait part de son expérience en Afrique

Profil de marin / Le 13 avril 2018

Le matelot de 1re classe Robert Bourque vit une expérience inouïe. Originaire de Moncton, au N.-B., il participe à un déploiement en Afrique occidentale à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Summerside depuis le 26 janvier 2018 à l’occasion de l’opération PROJECTION – un engagement stratégique avec les pays de la région pour soutenir le renforcement des capacités et favoriser des relations avec les marines des pays partenaires.

« Jamais je ne me suis senti aussi honoré de participer à une mission. Je dois admettre que je doute qu’aucun déploiement futur ne puisse surpasser celui-ci », raconte le Mat 1 Bourque.

Pendant l’Op PROJECTION, les équipages des NCSM Kingston et Summerside se sont rendus dans sept pays d’Afrique occidentale pour assurer les relations avec le public tout en faisant la promotion de la paix et la sécurité maritimes dans la région. Les activités d’établissement de relations avec le public comprenaient la promotion des droits et de l’égalité des femmes, des rencontres avec les membres de la communauté et des dons aux écoles primaires.

« Je crois que nous avons une incidence directe avec cette mission. Nous rencontrons des gens et nous apportons une aide concrète. S’occuper de petits travaux dans les écoles et les garderies, comme la peinture, la plomberie et la réparation des pupitres, et voir les sourires et la joie que cela leur inspire, c’est extraordinaire à mes yeux. J’ai le sentiment d’avoir grandement aidé des enfants à avoir accès à une meilleure éducation », explique le Mat 1 Bourque.

Questionné sur son expérience favorite au cours de l’Op PROJECTION, le Mat 1 Bourque fait part d’une anecdote vécue lors de son escale au Cap-Vert : « Pendant que j’aidais à peindre dans une école primaire locale, j’ai vu un petit garçon de sept ou huit ans s’occuper de son frère cadet d’environ trois ans, et ils se sont approchés de notre groupe, par curiosité, j’imagine. Je ne sais pas pourquoi, mais je voulais faire la connaissance de ces enfants. Je suis donc allé à leur rencontre, j’ai sorti mon calepin et mon stylo et j’ai dessiné un visage souriant pour chacun d’eux et le leur ai donné. Les mots me manquent pour décrire l’excitation dans leurs yeux pour un simple visage souriant sur un bout de papier! J’ai fait quelques dessins de plus, qu’ils ont emportés pour les offrir à leurs parents. L’aîné est revenu un peu plus tard avec des amis, et nous avons fait connaissance. Nous avons joué au lancer de la bouteille pendant les pauses ce jour-là et il m’a même aidé à peindre. C’est le genre de souvenir que je n’oublierai jamais. »

Le Mat 1 Bourque s’est enrôlé dans la Marine royale canadienne en 2011 comme technicien de marine – électricien. « Je me suis d’abord enrôlé pour apporter ma contribution au Canada et servir la patrie. C’était quelque chose que je voulais faire depuis l’école secondaire. Au final, l’expérience est beaucoup plus riche que cela. J’ai compris qu’une formation professionnelle payée, des avantages sociaux et une sécurité d’emploi revêtaient aussi une grande importance pour moi. »

En tant que technicien de marine, le Mat 1 Bourque croit que chaque jour au travail est une aventure. Il suit un cours d’instruction pour obtenir la certification d’officier mécanicien de quart, qui s’accompagne des fonctions de surveillance et de contrôle des machines, appareils et dispositifs permettant de s’assurer que le navire fonctionne correctement et qu’il peut accomplir sa mission.

« J’aime devoir user de logique et de raisonnement, et sortir des sentiers battus pour diagnostiquer les problèmes de l’équipement inutilisable, et réparer cet équipement moi-même », ajoute le Mat 1 Bourque.

Cependant, comme tous les membres de l’équipage d’un navire, il est d’abord et avant tout marin. « Mon titre professionnel est technicien de marine, mais je suis marin d’abord; je m’occupe de la manœuvre des amarres, de la récupération des petites embarcations et de l’entretien du navire. Chaque jour peut réserver des surprises et des situations d’urgence peuvent se produire : être pompier lors d’incendies, se mouiller pour isoler ou bloquer une conduite d’eau fissurée, ça provoque une poussée d’adrénaline. J’ai la chance de vivre ces belles expériences liées à mon travail tout en rencontrant les nouveaux membres de l’équipage et en parcourant le monde, ce qui me fait voir des endroits où je n’aurais jamais pensé aller. »

Bien qu’il soit établi à Halifax aujourd’hui, le Mat 1 Bourque entretient des liens étroits avec la région de Moncton. Il passe ses fins de semaine dans une tente-roulotte achetée près de la plage Parlee à Shediac, qui est maintenant un lieu d’évasion pour lui, son épouse Jill et ses deux enfants, Anika et Nathan.

Le Mat 1 Bourque revient d’Afrique occidentale après l’Op PROJECTION à la fin avril 2018.