Un couple de la Marine a en commun la famille et le commandement d’un même navire

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 4 décembre 2017

Par Darlene Blakeley

Ils sont entrés dans l’histoire comme un couple de la Marine qui commande le même navire de guerre, mais les capitaines de corvette Chris et Victoria Devita, jonglent avec leurs carrières au sein de la Marine royale canadienne (MRC), même si le bonheur de la famille demeure leur principal objectif.

Pendant deux ans, soit de 2013 à 2015, Victoria commandait le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Glace Bay, alors que son époux Chris prenait les commandes de ce même navire au début d’août. Les historiens de la Marine leur ont récemment annoncé que c’était la toute première fois qu’un même navire de guerre était commandé par des partenaires mariés.

Le couple habite à Bedford, N.-É., en compagnie de ses deux enfants, Kassandra et Alexander. Ils forment une famille occupée normale dans la Marine et ne voient rien de particulier ou même d’important dans le fait qu’ils commandent un navire de guerre participant aux opérations antidrogues en mer un jour, puis observent leurs enfants faire de la danse ou du soccer le lendemain.

En fait, Victoria a passé plus de la moitié des 24 mois en mer en tant que commandant du Glace Bay, prenant part à l’ensemble des opérations navales, depuis les patrouilles de pêches jusqu’aux exercices internationaux, en passant par la poursuite de navires d’intérêt. Au moment où elle acceptait les commandes du navire, ses enfants avaient neuf et onze ans.

« À cet âge, les deux enfants comprenaient l’importance de l’emploi que moi et Chris occupions et approuvaient de me voir aux commandes », rapporte Victoria.

Elle ajoute que pour assurer un équilibre sain entre ses priorités professionnelles et familiales, elle a dû avoir recours à de nombreux réseaux de soutien, incluant les forces militaires, sa famille élargie et sa communauté.

« Avant tout, nos gestionnaires de carrière comprenaient l’importance de notre situation », explique-t-elle. « Dans cette optique, le gestionnaire des carrières au sein de la Force régulière et celui de la Réserve ont fait tout en leur pouvoir pour qu’un seul de nous deux se retrouve en mer à la fois, mais ce n’était pas toujours possible. »

Par exemple, alors que Victoria était commandant en second à bord du NCSM Goose Bay, Chris a été envoyé en mer comme officier de l’armement à bord du NCSM Charlottetown. La famille s’est retrouvée confrontée à des problèmes importants lorsque le Charlottetown a été envoyé en Libye, alors que le Goose Bay participait à des patrouilles de pêche et à d’autres courtes missions.

« Pour que tout fonctionne, nous avons dû recourir à un deuxième réseau de soutien, soit la famille », ajoute Victoria. « Ni Chris, ni moi ne sommes originaires des Maritimes; nos familles habitent en Ontario, en Saskatchewan et (à l’époque) en Suisse. Cependant, nous avons eu la chance inouïe de les voir se serrer les coudes pour venir s’occuper de nos enfants alors que je devais naviguer même si Chris était toujours en mission. Sans leur appui, nous n’aurions jamais pu réussir. »  

Elle déclare que leur troisième réseau de soutien regroupe leur église, leur communauté et leurs amis. « Pendant que j’étais au commandement, Chris a eu le malheur de se casser un bras et pendant quelque temps, il était incapable de faire des choses toutes simples, comme acheter l’épicerie ou conduire les enfants à leurs nombreuses activités. Nos voisins et nos amis ont offert leur aide afin que je puisse rester en mer pour terminer ma mission. »

À l’instar de la plupart des couples de militaires, Chris et Victoria ont dû imaginer des façons de répondre à leurs demandes professionnelles et familiales. Ils ont décidé au début de leur relation que le travail était le travail et qu’ils n’en parleraient pas à la maison.

« Lorsque je suis chez moi en compagnie des enfants, j’essaie de me concentrer sur ce qui est important pour eux en m’assurant qu’ils se sentent valorisés et qu’ils savent qu’on les aime. De plus, je gère mon temps au travail de manière à ne pas devoir travailler après les heures dans la mesure du possible. Cela prouve que j’accorde autant d’importance à la vie familiale qu’à l’envoi d’un autre courriel. Cette philosophie convient parfaitement à mes supérieurs qui partagent la même optique. »

Victoria déclare que les Forces armées canadiennes ont fait énormément de progrès lorsque vient le temps d’assurer un équilibre entre les exigences familiales et professionnelles. En fait, la nouvelle politique que la Défense a adoptée cette année, soit « Sécurité, Protection, Engagement », permet aux militaires et à leurs familles de jouir d’un soutien sans précédent.

« Il s’agit certainement d’un pas vers une gestion du personnel généralement meilleure que par le passé, ce qui s’est révélé très efficace pour nous », explique Victoria.

Victoria est on ne peut plus fière d’avoir confié à son mari les commandes du Glace Bay, même si elle lui a fait la blague : « Fais attention à ma peinture! ».

Quant à Chris, il a trouvé « formidable » de se retrouver aux commandes du Glace Bay, qui avait été son premier navire sur la côte Est comme jeune officier. Il y avait occupé tous les postes d’officier, sauf celui de commandant, avant de quitter la Réserve navale pour entrer dans la Force régulière de la Marine.

« Le fait que mon épouse ait déjà assumé le commandement du Glace Bay m’a vraiment aidé à me sentir chez moi », déclare-t-il. « Quelques membres de l’équipage du navire m’ont affirmé qu’ils avaient vraiment aimé “naviguer avec maman et avec papa” et que c’était amusant, mais je me suis évidemment demandé si j’étais aussi bon qu’elle. Je mentirais par omission en ne disant pas qu’elle est difficile à remplacer. »

Chris sait qu’aucune relation n’est exempte de défis, peu importe le domaine. Il répond cependant que, dans la plupart des cas, ils sont parvenus à relever ces défis grâce à leur travail acharné et une planification minutieuse. 

« La clé réside dans la communication, entre Victoria et moi, ainsi que notre famille élargie, mais également avec la chaîne de commandement. Ce qui apparaît comme un problème insurmontable peut parfois se gérer avec une facilité relative si tout le monde affiche une attitude positive et un esprit ouvert en plus de faire preuve d’un peu de flexibilité », souligne Chris.

Il croit également qu’il est avantageux d’évoluer dans le même domaine, puisqu’ils peuvent partager leurs expériences et profiter mutuellement de conseils et d’un soutien particuliers. 

« Même si nous avons fait des choix de carrière différents, les genres de problèmes et de solutions que nous avons vécus se ressemblent. Cela nous a aidés sur le plan professionnel, mais également au niveau de la famille. Lorsqu’un de nous s’absente, c’est à l’autre que revient la tâche de s’occuper des enfants. » 

Chris considère qu’il est important pour les enfants de voir les efforts qu’ils déploient pour réussir au travail autant qu’à la maison. « Alors qu’ils grandissent, ils en viennent à mieux comprendre ce qui se passe et sont évidemment mieux en mesure d’exprimer leurs besoins et d’aider. À la fin, tout devient possible lorsqu’on désire vraiment quelque chose, qu’on est prêt à travailler pour y parvenir et qu’on a une famille ou une équipe sur laquelle on peut compter. »

Pendant ce temps, sur la passerelle du NCSM Glace Bay, Chris fait tout ce qu’il peut pour ne pas égratigner la peinture.