Telle mère, telle fille : des membres d’une même famille participent ensemble à un déploiement à bord du NCSM Toronto

Nouvelles de l’Atlantique / Le 31 janvier 2019

par Ryan Melanson,équipe du Trident

Pour la plupart des membres des Forces armées canadiennes (FAC), la séparation de la famille et des êtres chers peut être l’un des aspects les plus difficiles d’un long déploiement international. Pour deux membres de l’équipage du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Toronto, cependant, un appareillage à venir à destination du lieu de l’opération REASSURANCE prendra en fait quelque peu l’allure d’une réunion de famille.

            Le matelot de première classe (mat 1) Melanie Shering, une opératrice d’équipement d’informations de combat (Marine) [OP EICM] membre de l’équipage du Toronto depuis près de trois ans, vient récemment d’accueillir à bord la nouvelle technicienne en imagerie du navire, le caporal-chef (Cplc) Manuela Berger, qui est aussi sa mère. Les deux femmes, qui ont quitté Halifax avec le reste de la compagnie du navire le 19 janvier, seront camarades de bord pour les six prochains mois dans la mer Méditerranée.

« Je sais que d’autres personnes vont pleurer et s’ennuyer de leur famille, tandis que j’aurai une partie de la mienne ici avec moi. Je suis donc très chanceuse », a mentionné le Cplc Berger.

La famille vient de l’Ontario, mais le Cplc Berger n’a commencé à travailler que récemment pour les Services d’imagerie de la formation Halifax. Elle a auparavant passé six ans à la 4e Escadre Cold Lake pendant que sa fille était postée à des milliers de kilomètres sur la côte est; elles n’ont donc pas eu souvent l’occasion de se voir au cours des dernières années. Elle est arrivée à Halifax à la fin de l’automne, ce qui a permis à la mère et à la fille de rattraper le temps perdu. Maintenant qu’elle fait partie de l’équipage du Toronto et qu’elle a la chance de voir sa fille en pleine action, il est difficile de cacher sa fierté de mère à certains moments.

« Je suis tellement fière. Le seul fait de voir à quel point elle est professionnelle sur le navire, sans compter les commentaires des personnes qui travaillent avec elle, c’est merveilleux », a-t-elle dit.

« Elle m’a aussi beaucoup aidé à m’adapter au style de vie dans la Marine, m’a présenté des membres du navire et m’a donné des trucs et astuces ».

Depuis 1982, le Cplc Berger a occupé par intermittence des postes dans la Force de réserve et la Force régulière, tandis que le mat 1 Shering s’est officiellement enrôlée dans les FAC en 2013. Le mat 1 Shering a indiqué que c’est une visite à bord du NCSM Montréal, pendant que le navire se trouvait à Toronto dans le cadre de la tournée des Grands Lacs de la Marine royale canadienne, qui l’a inspirée à travailler dans la Marine.

« Je savais que je voulais être membre des Forces, mais je ne savais pas vraiment quel domaine choisir », a-t-elle dit.

« Ma mère croyait qu’elle me détournerait de la Marine en me faisant visiter un navire de guerre, mais c’est tout le contraire qui s’est produit. J’ai tout de suite adoré cela ».

La mère et la fille disent que leurs camarades de bord et de mess, hormis quelques taquineries amicales, ont été d’un grand soutien depuis que le Cplc Berger s’est jointe à l’équipage et que l’équipe de commandement, y compris le commandant, le capitaine de frégate Martin Fluet, ont indiqué à quel point il était intéressant d’avoir un élément familial à bord. On ne sait pas s’il s’agit du premier cas d’une mère et d’une fille participant ensemble à un déploiement sur un navire de guerre canadien, mais il s’agit d’un scénario à la fois unique et improbable.

Elles ont vraiment hâte aux escales et attendent avec impatience d’avoir d’autres occasions de passer du temps ensemble, bien qu’elles insistent toutefois toutes deux sur le fait que la mission passe en premier. Le Cplc Berger affirme avoir extrêmement hâte de vivre un dépaysement et d’exercer de nouvelles tâches, après avoir occupé des postes dans l’Aviation royale canadienne (ARC) pendant six ans, tandis que le mat 1 Shering, qui dit aimer exercer un métier propre à la marine d’OP EICM, ajoute qu’elle a surtout hâte de collaborer avec les alliés de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord dans la Méditerranée.

« Nous allons collaborer avec un grand nombre de marines différentes et j’ai toujours adoré cela. C’est intéressant de voir comment elles font les choses, de relever les différences et de trouver des façons d’apprendre les uns des autres ».

Le Cplc Berger indique qu’elle s’ennuiera de son autre fille et de son fils pendant son déploiement et qu’elles envieront peut-être même un peu les membres de leur famille qui restent sur la terre ferme. La jumelle du mat 1 Shering, qui espère terminer bientôt son instruction de base elle aussi, aimerait occuper un poste dans l’ARC, ce qui signifie que les FAC pourraient prendre une place encore plus importante dans leur famille à l’avenir.

Pour l’instant, elles profiteront de cette expérience de déploiement commune afin de soutenir la mission de l’OTAN dans la mer Méditerranée, et tous les moments passés ensemble seront pour elles un avantage supplémentaire.

« Cette expérience est vraiment spéciale et je profiterai de chaque moment », a mentionné le Cplc Berger.