Retour de deux navires après un déploiement

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 22 août 2017

Par Peter Mallett

Un premier baiser plein d’émoi, ainsi que deux demandes surprises en mariage ont marqué le retour des Navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Ottawa et Winnipeg à leur port d’attache à Esquimalt, en C.-B., le 8 août 2017, après une absence de cinq mois.

La première à franchir la passerelle de débarquement a été l’enseigne de vaisseau de 1re classe Kassandra O’Rourke, pour se précipiter tout droit dans les bras de sa partenaire depuis sept ans, Eleni Holmes.

« Tous les petits détails de sa personne m’ont manqués », rapportait Mme Holmes, quelques instants avant de courir sur la passerelle pour étreindre l’Ens 1 O’Rourke. « Je suis tellement nerveuse et fébrile en ce moment. J’ai peur que les larmes me montent aux yeux et que je me mette à pleurer lorsque nous nous embrasserons. »

Le prochain marin à descendre du navire était le cuisinier, le caporal Robert Basso, qui s’est accroupi devant sa petite amie, Kacie Sutton.

« Je préparais mon coup depuis quelque temps; elle ne se doutait de rien », a-t-il expliqué après avoir fait la grande demande devant une horde de médias locaux et une foule de plus de 1 000 personnes réunies pour accueillir les navires qui rentrait au pays.

Lorsque la jeune femme a dit oui, la foule et l’équipage à bord du navire ont bruyamment acclamé le couple qui s’embrassait.

« Lorsque le navire s’est approché du quai, je ne voyais que lui sur le pont qui me saluait, a rapporté Mme Sutton. Lorsqu’il m’a fait la demande, j’étais complètement surprise. »

Quelques moments après la demande en mariage, le commandant du NCSM Ottawa, le capitaine de frégate Sylvain Belair, est passé féliciter les fiancés.

« Arriver au quai est toujours un moment haut en émotions pour tout l’équipage, mais pouvoir être témoin d’un moment familial de la sorte est absolument extraordinaire, a souligné le Capf Belair. Le Cpl Basso a pensé à son projet de demande en mariage pendant toute la durée de la mission outremer. Tous ses compagnons de bord savaient ce qui allait se passer et tout le monde appuyait pleinement sa démarche. »

Le commandant du Winnipeg, le Capf Jeff Hutchinson, a lui aussi été gagné par l’émotion du retour à la maison. Il a affirmé qu’il avait bien hâte de passer du temps précieux avec son épouse, Jin.

« La joie d’être de retour à la maison va durer assez longtemps, a-t-il affirmé. Nous trouvons ça difficile de partir, mais les membres de notre famille ont également à supporter cette épreuve; ils sont encore plus aux prises avec tous les fardeaux. C’est là une immense part de la force de nos marins : leurs êtres chers qui s’occupent de tout à la maison. »

L’émotion et l’excitation ont atteint leur comble après une autre demande en mariage, lorsque le matelot de 1re classe Kyle Pillar, premier marin à descendre du Winnipeg, s’est agenouillé sur la passerelle de débarquement devant sa petite amie, Emily Norman, pour lui demander sa main.

Les deux navires ont pris part à POSEIDON CUTLASS 17, lors duquel ils ont mené des exercices en mer avec des marines partenaires de la région Indo-Asie-Pacifique, en plus de participer à des activités importantes dans des ports de la région.

Pendant leur mission, les navires de guerre canadiens ont visité 14 ports en Chine, à Guam, en Inde, au Japon, en Malaisie, aux Philippines, à Singapour, en Corée du Sud, au Sri Lanka et aux États-Unis.

Article publié avec l’autorisation du journal Lookout