Profil de marin : Maître de 1re classe Charles Bressette

Nouvelles de la Marine / Le 20 mars 2019

Le 26 mars se tiendra la Journée lavande à la BFC Halifax grâce à ce marin dévoué. Le maître de 1re classe (M 1) Charles Bressette a un horaire de travail bien rempli à la BFC Halifax. Directeur du cours sur le génie des armes à l’École navale (Atlantique), il gère huit instructeurs qui enseignent aux marins de la Marine royale canadienne le fonctionnement de l’équipement de communication et de l’équipement radar. Outre ce rôle, il donne aussi le cours de gestion que doivent suivre tous les militaires promus au grade de M 1 et exerce les fonctions de représentant de la promotion de la santé au campus de l’Atlantique.  

Il est tout aussi occupé dans sa vie personnelle. Afin de cultiver sa passion pour les soins de santé et l’activité physique, le M 1 Bressette fait partie du groupe de karaté World Kanreikai Karate d’Halifax et du groupe de combat avec des sabres laser The Eastern Watchmen. Quand sa femme Lyndsay a reçu un diagnostic d’épilepsie en décembre 2016, il a ajouté le bénévolat au sein de l’Epilepsy Association of Nova Scotia (EANS) à la liste de ses activités personnelles.

L’épilepsie, qui est un trouble du cerveau caractérisé par des crises récurrentes, est un sujet sur lequel le M 1 Bressette et sa femme ne cessent d’approfondir leurs connaissances. « Je suis en couple avec Lyndsay depuis plus de dix ans, mais ce n’est que récemment que Lyndsay a reçu son diagnostic officiel », a-t-il précisé. Il a ensuite parlé de l’incidence que ce diagnostic a eue sur sa famille : « Ça complique la vie, et sa sécurité demeure au cœur de mes priorités. Les médicaments sont coûteux, et comme il n’est pas facile de trouver un emploi dans son cas, cela occasionne des problèmes financiers aussi. »

Grâce à l’EANS, le M 1 Bressette et Lyndsay ont participé à des activités locales et y ont travaillé bénévolement. Pendant ces activités, ils ont pu obtenir des renseignements fort utiles sur l’aide offerte aux familles touchées par l’épilepsie. Nombre des grandes activités publiques de l’EANS ont lieu à l’occasion de la Journée lavande, une journée internationale pour la sensibilisation à l’épilepsie qui se tient tous les ans le 26 mars. L’an dernier, Lyndsay a prononcé un discours au gala de la Journée lavande de l’EANS, et le couple a assisté à une cérémonie de lever des couleurs, à la même occasion, à l’hôtel de ville d’Halifax.

Désormais célébrée à l’échelle internationale, la Journée lavande a connu de modestes débuts en 2018, en Nouvelle‑Écosse, quand sa fondatrice, Cassidy Megan, native d’Halifax, a puisé sa motivation dans son propre combat. « J’ai fait la connaissance de Cassidy grâce à l’EANS. Elle est probablement l’une des grandes défenseures de la sensibilisation à l’épilepsie. Elle n’avait que 8 ans lorsqu’elle a lancé la Journée lavande. Je la considère à présent comme une amie et une source d’inspiration », a ajouté le M 1 Bressette.

C’est cette source d’inspiration qui pousse le M 1 Bressette à sensibiliser l’équipe de la Défense de la BFC Halifax à l’épilepsie. Le 26 mars, au cours de la cérémonie de lever des couleurs qui aura lieu à 8 h, Le M 1 Bressette, Lyndsay et des représentants de l’EANS seront présents pour voir le lever du drapeau de la Journée lavande au quartier général de la Base (bâtiment S90). Tous les membres de l’Équipe de la Défense y sont invités. Après la cérémonie, les représentants se réuniront dans la chapelle de Stadacona pour parler de l’épilepsie à ceux et celles qui souhaitent en apprendre davantage.  

« L’éducation et la sensibilisation aideront les gens à trouver des ressources et de l’aide, et réduisent la stigmatisation », a expliqué le M 1 Bressette, qui est originaire de Honey Harbour, en Ontario,  mais qui n’a que des choses positives à dire à propos de l’aide offerte aux personnes épileptiques en Nouvelle-Écosse. « Si vous, un membre de votre famille ou un ami souffrez d’épilepsie, n’hésitez pas à demander de l’aide. C’est une maladie très pénible, mais il existe une foule de ressources en Nouvelle‑Écosse pour vous aider, dont la magnifique Epilepsy Monitoring Unit du centre Queen Elizabeth II. Ne souffrez pas en silence. »