Profil de marin : Ltv Taylor Workman, officier de guerre navale

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 14 mai 2019

Le lieutenant de vaisseau (ltv) Taylor Workman est officier de navigation et officier de quart à la passerelle principal à bord du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Regina. Originaire de London, en  Ontario, le Ltv Taylor participe à l’opération ARTEMIS, la contribution continue des Forces armées canadiennes à la lutte contre le terrorisme et aux opérations de sécurité maritime dans les eaux du Moyen-Orient et de l'Afrique orientale.

Jusqu'à présent, le NCSM Regina a saisi plus de 9 000 kg de stupéfiants dans le nord de la mer d'Oman, dans une zone appelée « route du haschisch », une ancienne route maritime qui traverse l'océan Indien et qui est connue depuis des siècles pour la contrebande de haschisch. Les profits tirés de la vente des stupéfiants passés en contrebande sont une source connue de financement pour les organisations terroristes et criminelles dans la région.

Pour le Ltv Workman, c’est l’un des aspects passionnants de son travail.

« Lorsqu'un navire suspect que nous avons repéré est fouillé par l'équipe d'arraisonnement et que celle-ci vous appelle pour vous dire qu’elle y a trouvé de la drogue illégale, c’est fantastique »,  a expliqué le Ltv Workman.

« Quand je me rends compte que je change les choses et que je peux en parler à mes amis et proches en soulignant ce que je fais ici et pourquoi je suis en mission depuis si longtemps, cela me rend fier de mon navire et de la Marine pour tout ce qu’ils accomplissent à l’échelle internationale. » Comment quelqu'un d'une petite ville de l'Ontario s'est-il retrouvé à chasser des trafiquants de drogue dans la mer d'Oman avec la Marine royale canadienne (MRC)?

« Je voulais voir le monde et voyager, mais je voulais aussi servir mon pays et faire partie de quelque chose de plus grand que moi. Mon grand-père était un pilote qui a formé d'autres pilotes pendant la Seconde Guerre mondiale, et l'idée de servir le pays m’a toujours trotté dans la tête »,  a répondu le Ltv Workman.

En 2010, le Ltv Workman s'est joint à la MRC grâce au NCSM Prévost, la division de la Réserve navale à London, en Ontario. Une fois qu'il a terminé l'instruction de base, il a été emballé par l’expérience et a demandé à être transféré dans la Force régulière dans les six mois.

« J’ai été admis au sein du Programme de formation des officiers - Force régulière (PFOR) et j'ai fait mes études de premier cycle à l'Université de Guelph. » Nous connaissons la suite. Depuis, le Ltv Workman a participé deux fois à l’opération CARIBBE, s’est rendu en Antarctique avec la Royal Navy dans le cadre d’un programme d’échange d’officiers et a pris part à un déploiement dans la région de l’Asie-Pacifique.  « J'adore les gens et j’aime vivre de nouvelles expériences », a précisé le Ltv Workman.

« J'ai des amis dans tout le pays et dans le monde entier grâce à la Marine. »

Mais, comme tous les emplois, celui-ci n’est pas sans son lot de difficultés.

« C’est toujours difficile d’être loin de chez soi. Le travail lui-même comporte beaucoup de responsabilités et peut parfois être très exigeant sur le plan mental, physique et même émotionnel. Comme officier de quart à la passerelle et officier de navigation, j'ai l'énorme responsabilité d'assurer la sécurité de tout le personnel à bord et du navire lui-même, pendant mes quarts, et d'amener le navire au bon endroit au bon moment pour que nous puissions remplir notre mission », a ajouté le Ltv Workman.

Le NCSM Regina participe à l'opération ARTEMIS jusqu'au 30 mai 2019, après quoi le navire passera à l'opération PROJECTION, qui consiste à travailler avec les marines partenaires et à établir des rapports avec des dirigeants clés afin de renforcer la coopération et les partenariats militaires à l'appui des efforts diplomatiques du Canada dans la région Asie-Pacifique.

Le navire de guerre retournera à son port d'attache de Victoria, en Colombie-Britannique, en août, après six mois en mer. Même si le Ltv Workman habite actuellement à Victoria, il retourne dans sa ville natale aussi souvent qu'il le peut pour voir sa famille, ses amis, ses anciens professeurs et ses collègues dans la région de London. Il aura beaucoup d'histoires à raconter après un tel déploiement.« J’adore raconter les récits de mes déploiements à mes amis et proches, et faire la lumière sur le travail que nous effectuons. C'est toujours merveilleux de voir et d'entendre l'intérêt des gens quand j'explique quelque chose qui est habituel et routinier pour moi dans ce travail. »