Matelot-chef Curtis Kostin, membre de la Réserve navale : Un privilège de servir

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 16 mai 2019

Lorsque l’eau du lac des Deux-Montagnes a créé une brèche dans la digue naturelle protégeant la collectivité de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, 2 000 maisons ont été inondées et environ 6 000 résidents ont dû évacuer les lieux le plus rapidement possible.

« J’ai pu voir l’endroit exact où la digue protégeant la ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac s’est rompue, a déclaré le matelot-chef (Matc) Curtis Kostin. J’ai vu le point d’impact, et la force que l’eau a exercée sur une maison mobile en la détachant de ses fondations et en l’emportant dans la rue. »

« C’était un moment très surréaliste; je pouvais imaginer la panique et la confusion que les résidents de cette collectivité ont dû ressentir cette nuit-là. »

Le Matc Kostin est membre de la Réserve navale depuis 29 ans. Actuellement basé à bord du NCSM York à Toronto, en Ontario, il a été déployé pour appuyer les efforts de secours aux victimes des inondations dans le cadre de l’opération (Op) LENTUS 2019.

Sainte-Marthe-sur-le-Lac est une banlieue à l’extérieure de l’île de Montréal, au Québec, et compte environ 18 000 habitants.

Les membres de la Réserve navale ont eu de nombreuses occasions d’aider les habitants de cette collectivité dévastée. Il y avait aussi beaucoup d’émotions.

« J’avais des émotions contradictoires. Je me suis senti bouleversé par la perte subie par les gens dans ces situations incontrôlables, a déclaré le Matc Kostin. Mais j’étais aussi reconnaissant de pouvoir aider à soulager leur anxiété et à leur fournir des secours durant cette période difficile. »

Il y avait un résident en particulier qui avait une demande unique. Il devait rentrer chez lui pour récupérer sa vaste collection de reptiles. Puisqu’il avait été évacué la nuit précédente, la Réserve navale a donné au résident la possibilité d’accéder à sa maison pour sauver ses précieux animaux de compagnie.

« L’accès par petit bateau était la seule méthode disponible pour se rendre chez lui. Il y avait de nombreux obstacles à éviter dans l’eau, comme des voitures garées, des billes de bois et des débris. Nous avons fini par atteindre la terrasse avant de sa demeure, que nous avons utilisée comme quai pour accoster », a déclaré le matelot-chef.

« En entrant dans sa maison pour l’aider, nous avons remarqué que son sous-sol était presque entièrement inondé, ce qui rendrait la récupération difficile. »

Mais l’aspect le plus difficile du déplacement de nombreux reptiles a été de déterminer comment les maîtriser, les séparer et les transporter. Les réservistes ont dû faire preuve de beaucoup de débrouillardise et improviser des récipients pour le transport en utilisant des contenants de stockage de nourriture, des sacs isothermes en tissu et des plats de service.

« J’ai remarqué à plusieurs reprises, chez l’homme qui regardait par la fenêtre de sa maison, le choc qu’il ressentait et la difficulté qu’il avait à croire ce qui se passait. C’était la première fois qu’il voyait de telles images et la région avait changé pour toujours », a déclaré le Matc Kostin.

Une fois terminé le déchargement de tous les reptiles dans le véhicule du propriétaire, ce dernier était très reconnaissant et ne pouvait pas s’empêcher de remercier les réservistes. Il n’avait pas tout perdu.

« Ce jour-là, nous avons fourni de l’aide. Mais plus que cela, nous avons procuré un sentiment de soulagement. »

Il s’agissait de la quatrième fois que le Matc Kostin était déployé dans le cadre d’efforts de secours aux victimes d’inondations. Auparavant, il a contribué à l’Op LENTUS lors des inondations de 2017 au Québec et a également été déployé deux fois à Winnipeg. Une fois en 2009, et plus tôt en 1997 lors de l’« inondation du siècle ».

« Sans hésitation, j’ai mis ma vie civile en veilleuse pour devenir un membre actif de la Marine, ce qui m’a permis d’être guidé par le devoir et l’honneur. C’est avec privilège que je sers. »