Les séances d'exercice « House of Pain » du maître de 1re classe Goodwin permettent d’assurer l’aptitude au combat des membres d’équipage du Regina

Nouvelles du Pacifique / Le 2 juillet 2014 / Numéro de projet : 07-01-Pain

Tous les deux jours, la zone de travail que constitue le pont d’envol du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Regina devient la zone d’entraînement physique, surnommée à juste titre la « House of Pain » (la maison de la douleur) du maître de 1re classe (M 1) Matthew Goodwin.

Actuellement en déploiement dans la Méditerranée dans le cadre des mesures de réassurance du Canada auprès de ses alliés de l’OTAN en Europe, le Regina et ses quelques 250 membres d’équipage s’efforcent de rester en forme durant leur séjour en mer. « Les exercices au sein de la classe change tous les deux jours afin que les participants restent motivés », a dit le M 1 Goodwin.

Les séances d’exercice du « House of Pain » varient en fonction du groupe de participants, et c’est le M 1qui détermine du niveau de difficulté auquel le groupe devra faire face. Divers équipements peuvent être utilisés au cours des routines d’exercice : poids d'entraînement avec poignées intégrées (kettle balls), haltères, tapis, sacs de sable et même équipement du navire. « Tout peut être utilisé », a indiqué le M 1 Goodwin.

Après avoir terminé le Cours de moniteur adjoint d’éducation physique – Niveau élémentaire, le M 1 Goodwin a commencé ses séances de conditionnement physique il y a environ huit ans, sous la supervision du personnel du Programme de soutien du personnel (PSP). Lors des déploiements prolongés, le M 1 Goodwin constatait que « les membres d’équipage avaient besoin de réduire leur stress, de renforcer l’esprit d’équipe et de s’encourager mutuellement afin d’atteindre leurs objectifs de conditionnement physique ».

Le M 1 Goodwin rappelle que, malgré leurs jurons à son encontre, les membres d’équipage du Regina n’ont pas cessé de participer aux séances d’entraînement, qui se terminaient en rires et en sourires. Ainsi, les séances d’exercice ont permis d’améliorer le moral et la condition physique au sein de l’équipage. « Les transformations que j’ai observées à bord du Regina sont remarquables; elles touchent toutes les personnes à bord, depuis le commandant jusqu’au matelot de 3e classe ».

Le Regina est en mer depuis plus de cinq mois consécutifs. Il a quitté d’abord son port d’attache d’Esquimalt (C.-B.) en janvier pour un déploiement dans le cadre de l’opération Artemis dans la mer d’Oman, avant d’être redéployé en Méditerranée à la mi-avril 2014.