Légion d’honneur : il n’est jamais trop tard pour une distinction bien méritée

Nouvelles de la Marine / Le 17 avril 2020

Par Peter Mallett

Des membres de la Marine et de l’Armée canadienne ont contribué à égayer davantage l’heure de gloire de M. Ron Bath, un vétéran âgé de 95 ans, récipiendaire de la Légion d’honneur.

Le matelot de 2e classe (retraité) et résident du centre Graystone Manor de Maple Ridge, en C.-B., a participé au débarquement des Alliés au jour J, en tant que membre de la Marine royale canadienne (MRC).

Il a reçu le plus prestigieux ordre du mérite de France du Consul général Philippe Sutter, lors de la cérémonie qui a eu lieu le 9 mars 2020.

Il était accompagné de membres du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Vancouver, de l’Unité de la Réserve navale NCSM Discovery, ainsi que du 15e Régiment d’artillerie de campagne.

« C’est un sentiment incroyable et je suis très fier de recevoir cette médaille. J’ai été à la fois surpris et touché de voir le nombre de militaires qui assistaient à la cérémonie », a ajouté M. Bath.

La Légion d’honneur a été créée par Napoléon Bonaparte en 1802 et a été remise à plus de 93 000 personnes à l’échelle mondiale. En 2015, le gouvernement français a commencé à rendre hommage à 1 000 vétérans canadiens en leur remettant cette distinction afin de souligner le 75e anniversaire du débarquement du jour J.

M. Bath a participé directement à de nombreux débarquements sur les plages de Normandie le 6 juin 1944, et dans les jours qui suivirent, à titre de signaleur à bord d’une péniche de débarquement de la 262e Flotille de la MRC. Face au tir nourri de l’ennemi et à de grands périls, ces marins ont transporté les troupes sur les plages de Normandie, y compris Juno et Omaha.

« Recevoir cette distinction m’a rappelé des souvenirs de ceux avec qui j’ai servi sur les péniches de débarquement et lors du jour J », a déclaré M. Bath.

Durant les derniers mois de la guerre, il a servi à bord de la frégate canadienne NCSM La Hulloise comme timonier, ainsi que comme manœuvrier d’avions à bord du porte-avions NCSM Warrior

M. Bath est né à Blyth, en Angleterre. Sa famille a déménagé en C.-B., dans le village minier de Michel, près de Nelson. La Marine n’était pas le premier choix de M. Bath. Lorsque la guerre a éclaté en Europe, ce dernier n’avait que 14 ans, ce qui ne l’a pas empêché d’essayer de s’enrôler dans l’Armée canadienne deux fois avant que sa mère ne s’en mêle. Le jour de son 18e anniversaire, lorsqu’il a enfin eu l’âge pour s’enrôler, il a joint les rangs de la MRC et il a effectué une partie de son instruction préalable au déploiement à la BFC Esquimalt, en C.-B.

Le sergent Colin Barrett, cornemuseur du corps de cornemuses du Service de police Delta, a joué pendant que M. Bath faisait son entrée dans la salle commune où se tenait la cérémonie.

Deux membres de l’équipage du NCSM Vancouver se sont rendus sur place au centre Graystone Manor : le premier maître de 1re classe (PM 1) Steven Wist, capitaine d’armes du navire, et le maître de manœuvre intérimaire, le maître de 1re classe James Sunderland.

« La présence de marins pendant la cérémonie était très importante, puisque M. Bath est un vétéran de la Marine qui a assuré la réussite des débarquements en Normandie », a affirmé le PM 1 Wist. « C’était un grand honneur pour nous d’assister à cette grande occasion. »

Article publié avec l’autorisation du journal Lookout