Le premier navire de guerre de la MRC est célébré lors de la Journée du Niobe

Nouvelles de la Marine / Le 21 octobre 2020

Le 21 octobre 1910, le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Niobe est entré dans le port d’Halifax, où il est devenu le premier navire de guerre de notre jeune marine à arriver au Canada.

L’adoption de la Loi du service naval en mai 1910 a officialisé le Service naval du Canada, mais l’arrivée du Niobe en octobre et du NCSM Rainbow en novembre marque la véritable naissance de la Marine canadienne.

Les marins de la Marine royale canadienne (MRC) célèbrent encore l’évènement qui constitue un jalon important dans la genèse de notre marine.

Chaque année, le 21 octobre, la MRC célèbre la Journée du Niobe. Cette journée donne aux membres du personnel l’occasion de se rappeler leurs réalisations collectives depuis 1910, de réfléchir aux valeurs qui les animent en tant que membres de la profession des armes et à ce qu’ils doivent faire pour continuer de servir avec excellence, en mer et à terre, pour les années à venir.

Acquis de la Royal Navy (RN), le Niobe était un croiseur protégé de la classe Diadem mis à l’eau en 1897, qui a servi dans le monde entier, en particulier pendant la seconde guerre des Boers.

La date de l’arrivée du Niobe avait été soigneusement calculée afin de coïncider avec le 105e anniversaire de la bataille de Trafalgar, pour symboliser le transfert au Service naval du Canada du bagage intangible et inestimable de traditions de la Royal Navy. Il était naturel pour la jeune marine de prendre comme modèle la marine la plus en vue de l’époque.

Le ministre du Service naval d’alors, Louis-Philippe Brodeur (père et grand-père de deux futurs amiraux de la MRC), a accueilli le Niobe et son équipage avec la proclamation suivante :

« Cet évènement marque l’aube d’une nouvelle ère d’autosuffisance. Il proclame au monde entier que le Canada est désireux et fier de se doter d’une marine nationale aussi rapidement que les circonstances le permettent et de défendre sa part du commerce et des échanges de l’empire dont il est un fleuron glorieux ».

À la suite de leur transfert au Service naval du Canada, le NCSM Niobe et le NCSM Rainbow devinrent les deux premiers d’une longue et illustre lignée de navires et de sous-marins qui ont servi et continuent de servir le Canada avec excellence au pays et à l’étranger.

Durant les premiers mois de la Première Guerre mondiale, le Niobe patrouillait dans les abords du Saint-Laurent et la côte est de l’Amérique, pourchassant et interceptant les navires allemands. En juillet 1915, il est retourné à Halifax et a servi de bâtiment-base à quai, accueillant des marins enrôlés, des stagiaires et le quartier général de la marine canadienne.

Les membres de l’équipage du Niobe ont également joué un rôle de sauvetage dans l’explosion dévastatrice qui a frappé Halifax.

Le 6 décembre 1917, le Mont Blanc, un cargo français chargé d’explosifs, est entré en collision avec le navire norvégien Imo dans le port d’Halifax. Lorsqu’un incendie a éclaté à bord du Mont Blanc, le maître d’équipage intérimaire du Niobe, Albert Charles Mattison, a mené une tentative de sauvetage avec six autres hommes dans la pinasse du navire, un petit bateau à vapeur. Comme les hommes s’approchaient du Mont Blanc, celui-ci a explosé, les tuant instantanément, détruisant la pinasse, endommageant le Niobe et dévastant une grande partie d’Halifax.

En reconnaissance de leurs efforts de sauvetage lors de l’explosion, le maître d’équipage intérimaire Mattison et le chauffeur de 2e classe Ernest Edmund Beard ont reçu à titre posthume la médaille Albert. Les deux médailles sont conservées au Musée canadien de la guerre, à Ottawa.

Après avoir été réparé, le Niobe a repris son rôle de bâtiment‑base. Il a ensuite été déclaré excédentaire et a été vendu en 1920, puis mis à la ferraille.

Son histoire n’était cependant pas encore terminée.

Le 17 octobre 2014, on a découvert dans le port d’Halifax, lors de la rénovation d’un entrepôt sur une jetée, une ancre de 900 kilos que l’on croit être celle du Niobe.

« La découverte de l’une des ancres du NCSM Niobe dans le port d’Halifax une semaine seulement avant la proclamation de la Journée du Niobe, qui sera célébrée par la Marine royale canadienne le 21 octobre, est vraiment stupéfiante », a dit le vice‑amiral Mark Norman, commandant de la Marine royale canadienne au moment de la découverte. « Cette découverte est une vraie bénédiction et une occasion unique d’établir des liens entre nos ancêtres et les prochaines générations de marins de la Marine royale canadienne. »

Deux ans plus tard, la barre du Niobe a été rendue au Canada après 100 ans.

Le Musée canadien de la guerre a acheté la barrel au Camden Shipyard and Maritime Museum au New Jersey grâce au Fonds de la collection nationale, qui a été créé pour acquérir et conserver les artéfacts des navires ayant une importance pour le patrimoine canadien.

« Il s’agit du plus gros artéfact qui nous reste du Niobe », a déclaré Jeff Noakes, historien au Musée canadien de la guerre. « Nous avons eu la rare occasion de faire l’acquisition d’un objet d’importance pour l’histoire navale du Canada. Nous étions en mesure de profiter de cette occasion et nous sommes ravis de pouvoir préserver la barre pour les générations actuelles et futures ».

Ces artéfacts, représentatifs des tout débuts de la MRC, sont inestimables et précieux pour les marins qui, comme leurs ancêtres à bord du Niobe, vaillamment prennent la mer pour défendre le Canada.

Sources

https://www.vimyfoundation.ca/hmcs-niobe-day/

http://www.navy-marine.forces.gc.ca/fr/nouvelles-operations/nouvelles-operations-voir.page?doc=retour-au-pays-du-gouvernail-du-ncsm-niobe/iumuul5b

http://www.navy-marine.forces.gc.ca/fr/nouvelles-operations/nouvelles-operations-voir.page?doc=l-ancre-d-un-navire-militaire-historique-canadien-decouverte-dans-le-port-d-halifax/i1glvn0f

https://navy-marine.forces.gc.ca/fr/vie-marine/histoire-journee-du-niobe.page