Le NCSM Windsor se prépare à reprendre la mer avec un système de torpilles modernisé

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 10 novembre 2020

L’excitation monte au sein de l’équipage du sous-marin canadien de Sa Majesté (NCSM) Windsor alors que le navire termine la dernière phase de sa période de transition en cale sèche et s’apprête à prendre la mer pour la première fois en deux ans.

« Plus le moment approche, plus mon équipage et moi-même sommes excités », a déclaré le capitaine de corvette (Capc) Drew Matheson, commandant du Windsor.

Le Windsor est entré dans le hangar à sous-marins de Halifax en octobre 2018, où il a fait l’objet d’importants travaux d’entretien et de mises à niveau visant à préparer ce sous-marin de la classe Victoria pour son nouveau cycle de disponibilité opérationnelle de neuf ans qui seront suivis de trois ans de maintenance.

L’approche en deux temps a consisté en des travaux sur des pièces de maintenance clés pour réparer l’usure découlant d’une période chargée de quatre ans de navigation qui s’est terminée en 2018. Au cours de cette période, le Windsor a été déployé à de multiples reprises en Europe où il a participé aux exercices JOINT WARRIOR et TRIDENT JUNCTURE et à plus de trois mois d’opérations en Méditerranée.

En plus de l’entretien et des réparations, le navire a fait l’objet de travaux de modernisation, notamment une mise à niveau du système de sonar d’étrave à la fine pointe de la technologie.

« Ce nouveau système de sonar de pointe améliorera radicalement notre capacité à détecter, à classer et à suivre les navires de guerre et les sous-marins furtifs. Il change la donne pour la classe », a déclaré le capitaine de vaisseau (Capv) Ouellet.

Le Windsor, dont les systèmes d’armes ont également bénéficié d’une révision, sera désormais équipé de la torpille Mark 48 MOD 7AT, une mise à niveau par rapport à l’ancienne Mark 48 MOD 4M.

« Pour utiliser cette torpille, nous avons dû apporter des améliorations significatives à nos procédures de maniement et de décharge des armes ainsi qu’à nos systèmes de conduite de tir », a ajouté le Capc Matheson.

Comme la plupart des autres unités de la Marine royale canadienne et des Forces armées canadiennes, le Windsor a connu une interruption du travail au printemps 2020 alors que le pays s’est confiné pour lutter contre la pandémie de la COVID‑19. Toutefois, grâce au travail dévoué du personnel de l’Installation de maintenance de la flotte Cape Scott et des marins du Capc Matheson, la période de transition en cale sèche n’a pas eu à être prolongée.

La plateforme a été retirée du hangar à sous-marins et remise à l’eau dans le port d’Halifax au début du mois d’août. Des travailleurs de la Cape Scott sont toujours à bord maintenant que le Windsor est de retour à l’eau. Ils mettent la touche finale aux dernières pièces de maintenance pendant que l’équipage commence à mettre en marche ses principaux systèmes et à effectuer des essais à quai.

« Ils ont tout remonté et maintenant nous devons prouver que tout fonctionne. L’ajout de nouvelles capacités à bord s’accompagnera toujours d’essais et de tests intensifs pour vérifier que nous disposons de toutes les fonctionnalités du système », a ajouté le Capc Matheson.

« Si tout se passe bien, nous effectuerons une plongée dans la darse pour prouver son étanchéité à quai, puis nous prendrons la mer. »

Le Capc Matheson a également remercié l’équipe de la Sécurité de la Formation pour son soutien depuis que le Windsor est retourné à l’eau, soulignant qu’elle a été largement présente à bord et s’assurait que les politiques relatives à la COVID‑19 les plus récentes sont suivies conformément à l’objectif du commandant de la Force sous-marine canadienne de fournir un environnement de travail sûr à toute personne travaillant dans un sous-marin de la classe Victoria.

Le sous-marin entreprendra en mer son programme de préparation opérationnelle échelonnée après avoir prouvé son étanchéité, ce qui permettra au Windsor et à son équipage de se remettre en état de combat.

Par ailleurs, les mouvements des sous-marins canadiens sont classifiés, mais le Capc Matheson a déclaré que son équipage est impatient de mener ses activités en mer à bord d’une plateforme modernisée.

« La Politique de défense du Canada exige que nous modernisions les sous-marins de la classe Victoria et que nous les exploitions au pays et à l’étranger à l’appui des intérêts nationaux du Canada et de la défense continentale. C’est ce que nous avons l’intention de faire ».