Le NCSM Victoria fait l’objet de tests de plongée cruciaux

Nouvelles de la Marine / Le 1 avril 2020

Par Peter Mallett

Le Sous-marin canadien de Sa Majesté (NCSM) Victoria et son équipage ont franchi une étape cruciale des préparatifs en vue des opérations sous-marines de 2020.

Le sous-marin a effectué une plongée dans la darse à la Base des Forces canadiennes Esquimalt, en Colombie-Britannique, où il s’est immergé pour vérifier l’intégrité de l’étanchéité à l’eau, ainsi que la fonctionnalité de plusieurs systèmes sous-marins clés.

Afin de s’assurer qu’un sous-marin possède les capacités requises pour reprendre le service opérationnel, il doit être certifié après avoir réussi les essais d’acceptation au port et les essais en mer. Une fois certifié, le sous-marin doit être doté d’un équipage qualifié et expérimenté, et être jugé apte à prendre la mer en toute sécurité, ce qui lui permet de procéder à des essais et d’exécuter des opérations.

Pendant une période combinée de 20 heures, les 48 membres de l’équipage du NCSM Victoria ont effectué avec succès trois plongées à des profondeurs de 11 mètres.

« C’était la quatrième plongée dans la darse à laquelle j’ai participé dans ma carrière, et je peux dire d’après mon expérience que le sous-marin, et surtout son équipage, ont réalisé des performances exceptionnelles tout au long de cette manœuvre », a déclaré le capitaine de corvette (Capc) Eric Isabelle, commandant du Victoria. « Divers systèmes ont été testés pour s’assurer que le sous-marin peut être utilisé en toute sécurité en plongée ».

Des experts en la matière de l’Installation de maintenance de la Flotte Cape Breton et de la Direction– Gestion du programme d’équipement maritime (Sous-marins) faisaient partie d’un équipage de 11 passagers qui ont enregistré des données et des analyses à l’appui de toutes les fonctions d’essai du sous-marin.

Parmi les systèmes évalués lors de la plongée dans la darse, il y avait les systèmes d’assiette et de ballast du sous-marin.

Le système de ballast permet au sous-marin de plonger ou de faire surface grâce à des réservoirs qui stockent la bonne proportion d’air ou d’eau au moyen de souffles principaux, de souffles d’urgence et de la soufflante basse pression. Pendant ce temps, le système d’assiette compense les changements de profondeur lorsque le sous-marin est en plongée. Ce processus, connu sous le nom d’assiette et d’inclinaison, est un test très sensible où même les plus petits mouvements à bord peuvent influer grandement sur l’enregistrement des données. La précision et la minutie sont essentielles pour assurer l’exactitude du test, car le moindre mouvement du personnel à bord du sous-marin provoque une perturbation suffisante qui entraîne un changement d’équilibre du sous-marin.

« Tout type de mouvement peut influer considérablement sur l’assiette du sous-marin, et dans ce cas, le déplacement ordonné de cinq personnes depuis l’axe central du navire vers la salle des machines a suffi pour modifier délibérément la position du sous-marin de 2,5 degrés, et ce, bien qu’aucune compensation avec de l’eau n’ait été utilisée », a déclaré le Capc Isabelle.

Le NCSM Victoria et son équipage se préparent à participer à l’activité multinationale RIMPAC (Rim of the Pacific) cet été au large des côtes d’Hawaï.

« RIMPAC devrait être dans l’avenir du Victoria, la priorité immédiate de mon équipage étant de mener à bien les exercices préparatoires et les essais en mer afin de s’assurer que le Victoria puisse être utilisé en tirant pleinement parti de ses capacités nouvellement mises à niveau, selon les besoins tant au pays qu’à l’étranger », a déclaré le Capc Isabelle.