Le NCSM Regina effectue un tir de missiles durant l’exercice RIMPAC 2020

Nouvelles de la Marine / Le 31 août 2020

Les navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Regina et Winnipeg étaient au large des côtes d’Hawaï plus tôt cette semaine et participaient à l’exercice Rim of the Pacific (RIMPAC) 2020, le plus grand exercice maritime au monde.

Cet exercice visait à donner aux marins l’occasion d’acquérir de l’expérience dans les domaines de la collaboration avec des forces internationales, de l’application de tactiques de groupe et de force opérationnelle et de l’utilisation d’armes et d’équipements importants.

L’équipage du Regina a participé à un exercice de sabordage, également appelé SINKEX, le 29 août. Un SINKEX est réalisé quand la carcasse d’un navire hors service et propre sur le plan environnemental est coulée délibérément afin de fournir une occasion unique d’améliorer la disponibilité opérationnelle des partenaires de notre coalition.

« Avec un environnement mondial complexe et en constante évolution, l’interopérabilité avec les pays partenaires est essentielle pour maintenir l’ordre international fondé sur des règles, a déclaré le lieutenant de vaisseau Mike Vanderveer, officier de l’armement à bord du HCMS Regina.

Cette activité a prouvé non seulement l’état de préparation technique du Regina et de la Marine royale canadienne, mais elle a offert l’occasion de se concentrer sur l’application de la force dans le cadre d’une action cinétique coordonnée avec des pays partenaires. »

Le système d’armes utilisé par le Regina pour cet exercice était le missile surface-surface (MSS) RGM-84 Harpoon, qui est un missile antinavire tout temps transhorizon utilisé par la plupart des États membres de l’OTAN.

Le missile est lancé à partir d’une plateforme située sur le navire. Il a la capacité de se déplacer à des vitesses subsoniques élevées et frôle la surface de l’eau afin de réduire les chances d’être intercepté par les systèmes de défense antiaérienne.

« C’est une compétence difficile qui se perd, donc toute possibilité de planifier et d’exécuter des exercices avec des forces interalliées augmente nos compétences, notre habileté et notre capacité globale », a déclaré le Ltv Vanderveer.

Il s’agit du plus récent exercice de sabordage mené par la Marine royale canadienne (MRC) à RIMPAC. Lors de l’exercice RIMPAC 2018, le NCSM Ottawa a participé à un SINKEX en utilisant le même système d’armes avec beaucoup de succès.

La maîtrise de ce système est impérative pour les frégates de la MRC, car il permet au commandant du navire de faire face aux menaces transhorizon tout en maintenant une distance qui assure une sécurité accrue pour le navire et l’équipage.