Le NCSM Harry DeWolf met à l’essai de nouvelles capacités en mer

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 7 décembre 2020

Par Ryan Melanson

Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Harry DeWolf a pris la mer sous le commandement de la Marine royale canadienne (MRC) pour la première fois au début du mois d’octobre 2020. Depuis, il navigue régulièrement, et son équipage effectue des entraînements, des tests et des essais sur ce nouveau navire.

Ce travail fait partie d’un processus normal visant à tester progressivement Harry DeWolf et ses systèmes. Le commandant du navire a expliqué qu’au fur et à mesure que les marins acquièrent de l’expérience avec ce premier navire de la classe, ils ont également une incidence immédiate sur les activités de la MRC.

« Les tests et les essais peuvent être une description limitative. Le navire est en service naval depuis le 31 juillet 2020 », a déclaré le capitaine de frégate (Capf) Corey Gleason, en référence à la date officielle à laquelle Harry DeWolf a été livré au ministère de la Défense nationale (MDN) l’été dernier. Cette livraison a été suivie d’une première période de travail à quai avant de prendre la mer.

Le Capf Gleason a ajouté que les essais se poursuivront au cours des 12 prochains mois, mais ceux-ci se dérouleront parallèlement aux opérations navales. Par exemple, lors de la dernière navigation de compétence vers Terre-Neuve-et-Labrador, le navire a contribué à la connaissance du domaine maritime du Canada, et l'équipage a également acquis des compétences liées à la nouvelle plateforme.

« Nous assurons notre souveraineté par notre présence dans les voies navigables nationales. Lorsque nous avons rencontré des aéronefs et des navires de surface, nous les avons répertoriés, nous avons relié les renseignements diffusés à leur registre et nous avons comparé notre propre tableau de la situation maritime avec celui de notre composante de commandement maritime à terre », a-t-il indiqué, précisant que le navire est également prêt à intervenir comme ressource locale de recherche et de sauvetage de réserve.

Pendant le reste de l’automne et de l’hiver, Harry DeWolf subira des essais par temps froid et par temps chaud, et on continuera à renforcer sa capacité opérationnelle. Les membres de l'équipage du navire travailleront avec des hélicoptères Cyclone et des véhicules aériens sans pilote PUMA, mettront à l'essai son canon principal de 25 millimètres et continueront à faire fonctionner ses petites embarcations, entre autres tests. Au printemps, l’équipage prévoit de procéder à son premier ravitaillement en mer, ce qui prouvera sa capacité à rester en mer pendant des mois.

« Chaque nouvelle étape ne fait qu’augmenter les capacités du navire », a mentionné le Capf Gleason.

Les travaux se poursuivront au printemps, en vue d’une cérémonie de mise en service du NCSM Harry DeWolf à l’été 2021, et d’un déploiement ultérieur dans le cadre de l’opération NANOOK, la principale opération annuelle du Canada dans le Nord.

L’augmentation des capacités de la MRC dans le Nord est l’une des principales caractéristiques de la classe Harry DeWolf, et le NCSM Harry DeWolf ainsi que ses navires jumeaux seront au cœur d’une présence accrue du Canada dans l’Arctique au cours des prochaines années. Ces navires à coque épaisse peuvent naviguer dans des glaces de mer de première année pouvant atteindre 120 centimètres et disposent d’un espace suffisant pour accueillir des hélicoptères, de petits véhicules et des conteneurs de marchandises, ce qui est particulièrement utile lorsqu’ils opèrent dans des régions éloignées. Les navires seront également disponibles pour appuyer d’autres organismes gouvernementaux comme la Garde côtière canadienne.

En plus des missions dans le Nord, la classe mènera également des opérations au large des côtes et à l’échelle internationale, complétant ainsi les capacités des autres navires de guerre actuels et futurs de la MRC. Ils seront en mesure de mener des opérations de lutte contre la contrebande et la piraterie, contribuant ainsi à la sécurité et à la stabilité internationales, et sont également équipés pour intervenir dans des situations d’aide humanitaire, d’intervention d’urgence et de secours en cas de catastrophe, tant au pays qu’à l’étranger.

Dotés d’une liste impressionnante de capacités opérationnelles modernes, le NCSM Harry DeWolf et le reste de la classe sont conçus pour répondre aux besoins d’une marine moderne et pour assurer le bien-être des marins. Ils disposent de logements individuels pour l’équipage, de toilettes réservées aux hommes et aux femmes et d’espaces communs flexibles qui permettent de respecter le calme et l’intimité pour se conformer à diverses pratiques religieuses ou culturelles.

Le Capf Gleason a affirmé que les membres de son équipage et lui-même étaient fiers de naviguer pour la première fois sur ce navire, et cette fierté ne fait que s’accroître à mesure qu’ils mettent la plateforme en service.

« Mon équipage et moi avons travaillé sans relâche pour devenir des experts en la matière dans le tout nouveau navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique du Canada. Chacun des marins de mon équipage a contribué à l’élaboration des procédures et des politiques nécessaires à l’exploitation en toute sécurité du NCSM Harry DeWolf. Pour nous tous, la mise en œuvre de nos propres procédures et politiques est incroyablement satisfaisante. »