Le GOTM tisse des liens et contribue à la sécurité maritime

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 12 avril 2017

Par le GOTM et le capitaine de corvette Kelly Williamson

Le Groupe des opérations tactiques maritimes (GOTM) de la Marine royale canadienne joue un rôle de plus en plus actif dans des activités de renforcement des capacités à l’échelle internationale afin de tisser des relations et de susciter la compréhension mutuelle de la sécurité maritime et la contribution à celle‑ci dans le monde entier. Le GOTM a tout récemment mené une série d’activités en Tunisie, au Libéria et en Sierra Leone dans le cadre de la stratégie d’engagement de la Marine.

« Le renforcement des capacités est important pour le GOTM, car non seulement il offre aux membres de notre groupe des occasions rares et uniques d’être exposés à de nouvelles cultures tout en perfectionnant leurs compétences en leadership et leurs techniques d’instruction, mais il permet à l’unité de contribuer à la stabilisation et au développement des pays que nous visitons », a souligné le capitaine de corvette Will Lund, commandant du GOTM. « Sur le plan individuel, les membres du GOTM sentent qu’ils jouent un rôle important dans le monde. »

À la fin de février, le détachement du GOTM qui se trouvait à bord du NCSM St. John’s a suivi de l’instruction pendant une semaine avec les 51e et 52e Regiments Commandos Marines (RCM) de la Marine tunisienne à Bizerte, en Tunisie. L’instruction a permis aux marins des deux pays d’acquérir des connaissances, de tisser des liens et de perfectionner leurs compétences.

« Dès midi, la première journée d’instruction, il était devenu clair que nous avions beaucoup plus de points en commun que nous croyions », a déclaré le lieutenant de vaisseau Jacob Killawee. « Tout comme les membres du GOTM, les membres des RCM appartiennent à des groupes professionnels variés (ingénieurs navals, personnel responsable de la logistique et des opérations) et doivent réussir un processus de sélection avant de se joindre à leur régiment spécialisé ».

Afin de briser la glace, on a consacré la première journée d’instruction avec les Tunisiens au maniement des armes légères. Les marins des deux pays ont participé à tour de rôle à des exercices de maniement des armes servant à améliorer la vitesse et l’exactitude avec lesquelles les marins de tous les pays doivent exécuter les opérations d’interdiction maritimes dans des milieux complexes et réduits à bord des navires en mer.

Plus tard dans la semaine, les membres du GOTM et des RCM sont passés de l’entraînement au tir vers d’autres activités comme le combat rapproché, les techniques d’infiltration et d’exfiltration au moyen d’embarcations pneumatiques à coque rigide à haute performance et la descente en rappel. Durant l’entraînement au combat rapproché, les marins ont examiné les procédures expliquant comment dégager en toute sécurité une salle ou une espace clos à bord d’un navire. Lors des exercices d’infiltration et d’exfiltration, les marins ont perfectionné leur aptitude à s’infiltrer dans un vaisseau visé et à s’en exfiltrer rapidement.

Les marins ont appris que même si les deux pays avaient des tactiques, des techniques et des procédures différentes, leurs motifs et leurs raisons de mener les opérations étaient les mêmes.  Les deux groupes avaient le même but et la même vision, et cela a contribué à la réussite de la mission.

En mars, le GOTM a déployé deux détachements, l’un à Monrovia, au Libéria, et l’autre à Freetown, en Sierra Leone, en appui à l’exercice OBANGAME EXPRESS 17, un exercice dirigé par les Forces navales des États‑Unis en Afrique qui a regroupé des participants venant de 20 pays qui cherchent à assurer la sécurité maritime en Afrique de l’Ouest. À Monrovia, les membres de l’équipe du GOTM ont agi à titre de mentors auprès de l’équipe d’arraisonnement de la Garde côtière du Libéria et, en Sierra Leone, ils ont joué le même rôle auprès de l’équipe d’arraisonnement et d’inspection des pêches du comité maritime.

Dans les deux pays, le GOTM a cherché à renforcer les capacités des partenaires sur les plans de la planification, du commandement et du contrôle, du mouvement tactique et des opérations multinationales exécutées avec d’autres pays. L’entraînement a commencé à terre et s’est poursuivi en mer où des scénarios plus complexes étaient prévus grâce à la présence du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Moncton au Libéria, et du NCSM Summerside en Sierra Leone, et aussi à l’appui de l’exercice OBANGAME EXPRESS 17.

« Nous sommes enthousiastes à l’idée d’utiliser cette capacité », a souligné le capitaine de corvette Lund. « Je suis ravi de pouvoir donner l’occasion à mon personnel de s’inspirer de nos partenaires du monde entier dans le domaine de la sécurité maritime et de jouer le rôle de mentor auprès d’eux. Non seulement cette collaboration nous permet d’avoir une meilleure connaissance des défis associés à la sécurité maritime dans différents milieux, mais elle nous offre la possibilité de faire valoir nos connaissances et nos expériences qui pourraient être utilisées par nos partenaires dans le but d’améliorer leurs résultats opérationnels. »

« Le travail avec d’autres pays nous permet d’exercer d’une façon typiquement canadienne une influence positive dans des régions où la démocratie et la stabilité en sont à leurs balbutiements et sont relativement fragiles », a-t-il ajouté. « C’est également une occasion de découvrir de nouvelles idées et méthodes de travail. Non seulement les pays avec lesquels nous collaborons profitent de cet engagement, mais nous en apprenons également beaucoup. »