Le conditionnement physique en haute mer

La Vigie - Printemps 2016 / Le 25 avril 2016

Par le lieutenant de vaisseau Tim Woodworth

En haute mer, l’accès au conditionnement physique n’est pas toujours aussi simple que d’enfiler des espadrilles et d’aller courir. En raison d’obstacles comme le va-et-vient du navire, les horaires de travail comprimés et les espaces clos, il est beaucoup plus tentant de se glisser dans une couchette que de s’exercer pendant les heures de repos.

Néanmoins, les marins surmontent de tels obstacles et réussissent à s’entraîner pendant qu’ils participent à des déploiements outre-mer à bord du NCSM Fredericton.

La culture de conditionnement physique à bord des navires attire des gens qui possèdent diverses expériences. Certains souhaitent retrouver un mode de vie sain et établir des habitudes durables, d’autres essaient de conserver leur forme physique et leur bien-être psychologique, et les athlètes passionnés de course à pied, de ski de fond, de cyclisme et de randonnée veulent améliorer leur forme physique.

Un des marins, qui souffrait de maux de dos depuis longtemps, affirme que sa santé s’est améliorée grâce à son programme d’entraînement à bord et aux séances de physiothérapie auxquelles il a participé pendant un an avant de quitter Halifax : « Mon dos n’a pas été aussi bien  depuis des années. »

Les participants peuvent mesurer les résultats de leur programme d’entraînement de différentes façons. Certains n’ont pas vérifié leur poids ou leur tour de taille depuis qu’ils ont quitté Halifax, mais ont remarqué qu’ils se sentaient moins endoloris après l’entraînement, qu’ils dormaient mieux et qu’ils avaient plus d’énergie. Un des participants se disait heureux de porter de nouveau des pantalons de taille 36.

Quand on leur a demandé s’ils avaient d’autres objectifs, certains participants ont précisé qu’ils voulaient fortifier leurs jambes et perdre du poids en vue de participer à un marathon relais, et d’autres ont indiqué qu’ils voulaient travailler la force musculaire de leur tronc et leur musculature en général.

Un des marins s’entraînait pour des triathlons déjà depuis trois ans. En ce qui le concerne, l’entraînement à bord diffère de son programme d’entraînement habituel. Avant son déploiement, ce marin suivait un programme CrossFit et d’escalade. Depuis qu’il est à bord, il s’efforce de s’entraîner tous les jours et quand le navire est à quai dans un port, tous les deux jours.

L’entraînement en circuit est une approche qui a permis à certains, dont l’entraînement se limitait généralement à courir sur un tapis roulant, d’accroître leur souplesse. Une meilleur forme physique offre de nombreux avantages et permet notamment aux marins de mieux s’acquitter de leurs tâches, de mieux communiquer et de mieux dormir la nuit.

C’est un défi pour les marins de mieux gérer leur temps tout en réussissant à accomplir leur travail, communiquer régulièrement avec leur famille, conserver la forme et bien dormir. Ils s’accommodent en échangeant ou prolongeant des quarts de travail afin de pouvoir participer à des séances de conditionnement physique offertes trois fois par jour afin de permettre à tous de s’entraîner quotidiennement.

Peu d’équipement est nécessaire pour la plupart des formes d’entraînement. Les marins font de la course à pied sur le pont d’envol en plein air et utilisent quelques tapis et barres de traction pour s’entraîner à leur rythme. Parmi d’autres solutions astucieuses, mentionnons l’entraînement pendant les quarts de travail tranquilles comme un défi de pompes sur la passerelle. Un des marins a choisi de passer toutes ses heures de repos à s’entraîner en combinant les cours du Programme du soutien du personnel à la course sur un tapis roulant. De tels programmes d’entraînement équipent les membres d’équipage d’énergie et les rendent en forme pour  exécuter leurs tâches.

Après une bonne période d’entraînement, la plupart des marins effectuent des exercices d’étirement, notamment des positions de yoga, pour aider leur corps à récupérer. La souplesse et l’agilité des marins s’en trouvent accrues. « Généralement, je fais quelques étirements de plus avant de rentrer rapidement au mess pour prendre une douche et me changer », a expliqué un marin. « Je prends un repas léger, plusieurs verres d’eau et un fruit lorsqu’il y en a », a déclaré un autre marin. 

Tout professionnel de conditionnement physique vous le dira, l’entraînement ne constitue que la moitié du défi. La nutrition va de pair avec l’entraînement et les cuisiniers du NCSM Fredericton réussissent à offrir une sélection de fruits et légumes à chaque repas. Le même programme ne convient pas à tous, mais tous sont en mesure de prendre en main leur alimentation et de faire des choix santé.

Grâce au soutien mutuel et au conditionnement physique, les membres d’équipage du NCSM Fredericton s’encouragent à travailler un peu plus fort qu’ils avaient prévu et finalement, à atteindre leurs objectifs.