Le conditionnement physique en haute mer

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 11 février 2016

Il n’est que 5 h 45, et les membres du NCSM Fredericton affectés à l’opération REASSURANCE sont déjà en train de grogner et de suer. C’est l’ambiance qui règne durant les séances matinales d’exercices aérobiques que dirige Alyssa Jesson, instructrice de conditionnement physique des Programmes de soutien du personnel (PSP). Les trois séances quotidiennes durent de vingt minutes à une heure. Les participants y suivent un programme d’entraînement de style militaire et y font des circuits d’entraînement cardiovasculaire, un entraînement par intervalles à haute intensité, des exercices selon la méthode Tabata (un autre style d’entraînement à haute intensité), des exercices de stabilisation du tronc et des exercices axés sur la vitesse et l’agilité. Les cours sont adaptés à divers niveaux de condition physique pour encourager tout le monde à participer.

Grâce aux rappels qui lui sont envoyés tous les jours, à des séances de consultation sur le conditionnement physique et aux activités sportives organisées avec le personnel d’autres navires du groupe opérationnel de l’OTAN amarrés au port, l’équipage du Fredericton reste bien informé et enthousiaste à l’égard de son programme de conditionnement physique et entretient un climat de camaraderie avec les alliés de l’OTAN.

L’espace est réduit à bord du navire, qui transporte un équipage de 250 marins. Les séances d’entraînement se déroulent sur le pont d’envol lorsqu’il fait beau et qu’aucun drill n’y est prévu, sinon, dans la section arrière ou le hangar. Les intéressés doivent faire preuve de souplesse et d’ingéniosité pour ce qui est de l’équipement, car les séances d’entraînement consistent souvent en des exercices de musculation de base exploitant le poids du corps. Maintenir un milieu d’entraînement sécuritaire, particulièrement en haute mer, est toujours prioritaire. Les muscles sont douloureux et le corps est fatigué à la fin des séances d’entraînement, mais le nombre de participants augmente de jour en jour durant le déploiement.

« Les cours de conditionnement physique sont toujours bien organisés. Ils sont intéressants, et il y a quelque chose de nouveau chaque jour, raconte le matelot‑chef Heather Whiteway, technicienne de mécanique navale. Il n’est pas toujours possible d’utiliser le pont d’envol, parce que d’autres activités d’entraînement s’y déroulent, mais lorsqu’un cours est donné à cet endroit, nous pouvons être certains que les membres d’équipage seront nombreux à y participer avec enthousiasme. » Lorsque le navire est dans un port, les cours sont donnés sur la jetée, ce qui nous donne plus de liberté et la possibilité d’augmenter la taille des groupes. Le Matc Whiteway et ses collègues sont heureux d’avoir des séances d’entraînement et font leur possible pour participer à une séance tous les jours.

Les personnes qui préfèrent s’entraîner toutes seules peuvent avoir recours à quelques solutions originales pour contourner le problème du manque d’espace. Il y a une salle de poids et haltères dans le navire, qui est équipée de divers types d’haltères et de bancs pour les développés couchés. Pour l’entraînement cardiovasculaire, il y a un tapis roulant, et des vélos stationnaires sont rangés ici et là dans des coins non utilisés du navire.

Toute cette activité physique fait en sorte que l’équipage est gonflé à bloc, alerte et plein d’énergie pour le reste de la journée. Les personnes qui participent régulièrement aux séances de conditionnement physique en retirent des bienfaits. Par exemple, elles deviennent plus souples, apprennent à mieux connaître leur corps et se sentent plus fortes. À titre d’instructrice de conditionnement physique, Mme Jesson dit : « L’idée n’est pas d’atteindre la perfection. Tout est dans l’effort. Lorsque l’effort est répété tous les jours, nous vivons une transformation. Un changement s’opère. »

Il est évident qu’un entraînement physique régulier contribue à améliorer la santé et le bien‑être de l’équipage et à accroître le niveau de préparation, et par conséquent, à assurer le succès global de la mission du NCSM Fredericton.