Le capitaine de frégate Michele Tessier au palmarès des 100 femmes les plus influentes du Canada

Nouvelles du Pacifique / Le 19 décembre 2017

Par le lieutenant de vaisseau Melissa J. Kia

Le capitaine de frégate Michele Tessier de la Marine royale canadienne a été nommée au palmarès des 100 femmes les plus influentes du Canada du Réseau des femmes exécutives à Toronto, le 23 novembre 2017.

Le prix est remis aux femmes dans des postes de chef dont les efforts de réussite continuent de motiver les autres.

« Recevoir un tel prix est une expérience extrêmement gratifiante et je n’aurais jamais imaginé un tel honneur, souligne le Capf Tessier. Je me trouve très chanceuse d’avoir pu faire ce que j’ai accompli au fil de ma carrière dans la Marine royale canadienne. Je crois que dans bien des cas, je me trouvais au bon endroit au bon moment. »

Elle se dit « émue » d’avoir été choisie pour faire partie d’un groupe aussi prestigieux de dirigeantes, surtout lorsqu’elle se compare aux femmes qui ont été choisies et aux femmes militaires qui ont reçu ce prix par le passé.

« Il y a tant de femmes formidables sur cette liste, affirme-t-elle. Je ne suis qu’une fille de Grand Bank à Terre-Neuve qui passe au Tim Horton’s tous les matins dans ses vêtements de sport. Je suis sincèrement honorée de faire partie de ce groupe. »  

Le Capf Tessier sait pertinemment bien comment surmonter les obstacles. À cinq ans, elle a subi une chirurgie importante afin de corriger un défaut de la hanche qui lui causait des problèmes depuis la naissance. La procédure l’a immobilisée dans un plâtre intégral pendant huit mois, après quoi elle a dû réapprendre à marcher.

« J’imagine que j’ai dû développer une grande persévérance en surmontant des obstacles dès le début, et je crois que je n’ai jamais cessé de persévérer », ajoute-t-elle.

À un tout jeune âge, le Capf Tessier s’intéressait à la structure et aux occasions de la Marine. Après des études de premier cycle à l’Université Memorial, elle a décidé, en 1996, de s’enrôler dans la Réserve navale au Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Cabot, à St. John’s.

« Je suis allée au NCSM Cabot et j’ai décidé de tenter ma chance dans la Marine. Jamais je n’aurais cru que cette chance me mènerait à assumer un commandement en mer! »

Le prix des 100 femmes les plus influentes inspire les femmes à atteindre des niveaux supérieurs d’excellence en prouvant que la détermination et le dévouement augmentent les occasions pour les femmes de briller dans les plus hautes sphères opérationnelles.

On peut certainement parler de briller dans les hautes sphères opérationnelles quand on parle de la carrière navale du Capf Tessier. Cette dernière a effectué des périodes de commandement de 2010 à 2013 en mer à bord du NCSM Nanaimo et à terre, au NCSM Griffon, une Division de la Réserve navale à Thunder Bay, en Ontario. Elle a également servi à Victoria, dans la Flotte canadienne du Pacifique comme commandant des Forces côtières (Pacifique) et elle rentre de son deuxième voyage en Arctique avec la Garde côtière canadienne. Elle a très hâte à son affectation de commandant du nouveau navire de défense extracôtier et de l’Arctique, le NCSM Margaret Brooke, en 2018.  

« Ce n’est que lorsque j’ai navigué en Arctique avec la Garde côtière canadienne cette année que j’ai vraiment pu comprendre l’ampleur du privilège qui m’était accordé avec mon affectation prochaine au NCSM Margaret Brooke, souligne le Capf Tessier. Je commence à comprendre l’isolement, la difficulté logistique, la beauté et enfin la fragilité de l’Arctique. Je me rends compte également quel honneur formidable cela représente d’avoir la possibilité de commander un navire qui évoluera dans cet environnement, puisque peu de Canadiens auront l’occasion de se rendre dans ce coin de notre pays. »

Au moment où le Capf Tessier se tourne vers l’avenir et souhaite continuer d’occuper des rôles de direction dans la Marine, elle est déterminée à continuer d’exercer une influence positive et d’aider les marins qui sont sous son aile à s’épanouir en tant qu’individus.

« Le conseil que j’offrirais à toute personne qui souhaite exceller dans son domaine est de suivre ses forces et de faire ce qu’elle aime. Nous avons la chance de vivre et de travailler dans un pays où une personne peut devenir ce qu’elle veut si elle y met suffisamment d’efforts. En tant que commandant de navire, ou dans tout autre poste que j’ai occupé, j’ai toujours voulu voir mes collègues réussir et je veux qu’ils sachent que j’ai à cœur leur bien-être. Il y aura toujours des missions à accomplir, mais sans personnes en santé, heureuses et informées pour les réaliser, c’est peine perdue. »