La MRC révise les mesures de qualité appliquée aux travaux accomplis dans des navires de la flotte de la côte ouest

Nouvelles de la Marine / Le 18 janvier 2016

Dans l'accomplissement de ses missions diverses, la Marine royale canadienne (MRC) est consciente que la sécurité et la protection de son personnel sont primordiales et que la disponibilité opérationnelle de son équipement est essentielle. La MRC a fixé des normes élevées en matière de maintenance et de rendement de l'ensemble de son équipement. En commentaire au sujet de cet enjeu, le commandant de la MRC a insisté sans réserve qu’aucun navire ni sous-marin ne prendra la mer tant qu'on a des raisons de croire qu'il existe un danger en lien avec l'équipement qui risquerait de nuire à l'accomplissement des tâches de l'équipage.

Pendant l'automne 2014, la Marine et le Groupe de matériels du ministère de la Défense nationale sont intervenus lorsque des vérifications de contrôle de qualité routinière, effectuées par la MRC à bord d'une frégate de la classe Halifax stationnée sur la côte ouest, ont démontré que les mesures de qualité appliquée par l'entrepreneur envers certaines soudures de haute valeur n'étaient pas conformes aux normes de la MRC. Trois frégates de la classe Halifax, les navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Vancouver, Winnipeg et Ottawa, ont finalement été examinés de nouveau afin de vérifier l'état des soudures en question et de corriger les anomalies soulevées.

« J'ai ordonné que ce processus soit entamé il y a plus d'un an afin de déterminer précisément l'ampleur du problème et de m'assurer que la Marine royale canadienne règle la question une fois pour toutes », a affirmé le vice-amiral Mark Norman, commandant de la Marine royale canadienne.

Parmi les 684 soudures ayant fait l'objet d'une nouvelle inspection, 16 d'entre elles (2% du total) exigeaient des réparations Les réparations à bord des trois frégates concernées ont été achevées dans le cadre du programme actuel de modernisation de la classe Halifax. En janvier de la même année, la possibilité que le problème existe également à bord des sous-marins de la MRC de la côte ouest a été soulevée. Pour cette raison, le sous-marin de Sa Majesté Chicoutimi a subi de nouvelles inspections étalées sur une longue période; celles-ci se sont poursuivies malgré les opérations régulières du sous-marin, jusqu'en décembre de la même année.

Tandis que les nouvelles inspections se poursuivent, le NCSM Chicoutimi sera placé en cale sèche plus tard ce mois-ci. C'est alors que se dérouleront toutes les réparations de soudures requises, parallèlement à la maintenance planifiée, afin de minimiser l'impact des travaux de réparation et de remettre le Chicoutimi en service d'ici la fin du printemps 2016. Les nouvelles inspections et toutes les réparations de soudures sont menées en vertu de la garantie par Babcock Canada Inc., l'entrepreneur chargé d’assurer le soutien en service de la classe Victoria. Entre-temps, une évaluation est aussi en cours à bord du NCSM Victoria.

L'officier responsable de la gestion de ces évaluations croit fermement que ces nouvelles inspections et réparations feront en sorte que les normes rigoureuses relatives à l'équipement fixées par la MRC seront respectées :

« La résolution des problèmes qu'ont engendrés les soudures à bord des navires de la côte ouest s'est révélée une activité très complexe nécessitant une gestion de projet consciencieuse ainsi qu'un engagement important des personnes concernées », a déclaré le commodore Simon Page, directeur général de la Gestion du programme d'équipement maritime pour le ministère de la Défense nationale. « Nous avons étroitement collaboré avec nos partenaires de l'industrie afin de mener à bien les nouvelles inspections des soudures et les réparations qui en ont résulté en vue de rendre de nouveau disponibles ces navires et sous-marins pour les besoins opérationnels futurs. »

Le commandant de la MRC est d'accord. « Nous allons prendre les mesures que je juge nécessaires afin de voir à ce notre personnel soit en sécurité et que le problème soit totalement résolu, soutient le vice-amiral Mark Norman. Le bon côté des choses ici est que nous avons prouvé que nos mesures de surveillance et de contrôle de la qualité sont très efficaces. Maintenant, nous poursuivrons le travail en vue de régler le problème; un problème qui est lié aux procédures et mesures de contrôle de la qualité, et non à l'état matériel ou aux capacités de nos sous-marins. J'ai bien hâte au retour du Chicoutimi en mer ce printemps. »

La flotte de la côte est de la MRC n'est pas touchée par le dossier des inspections de soudure qui a cours sur la côte ouest. Le NCSM Corner Brook est à quai au chantier Victoria Shipyards Co. Ltd., à Esquimalt (C.-B.), où il se soumettra à sa période en cale sèche prolongée dans le cadre du contrat de soutien en service de la classe Victoria avec Babcock Canada Inc. Il restera en cale sèche jusqu’en 2018. Le NCSM Windsor, stationné sur la côte est, est disponible pour les opérations, où qu'il doive se rendre.