La MRC met l’accent sur la qualité de vie des marins

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 16 avril 2019

La force et la réussite de la Marine royale canadienne (MRC) ont fondamentalement leurs racines dans son personnel.

Afin d’appuyer à fond son personnel, la MRC est constamment en train d’élaborer de nouvelles initiatives qui visent à en améliorer la qualité de vie et l’instruction et à faciliter le recrutement de nouveaux membres.

Dans le cadre de ces initiatives, elle favorise une culture qui met l’accent sur la résilience, sur la bonne condition physique et sur le concept global de la santé et du mieux-être; elle surveille mieux la qualité de vie des marins quand ils sont loin de leur famille et se préoccupe davantage des effets de cet éloignement; elle enrichit et modernise son système d’instruction; elle munit ses navires de Wi-Fi et d’autres technologies et elle axe le recrutement sur la diversité et l’inclusion.

Ces nouvelles politiques sont mises en application par la chaîne de commandement d’un océan à l’autre.

« Cette mentalité a permis à nos marins de produire des effets remarquables dans le cadre d’opérations partout dans le monde, depuis la région Indo-Asie-Pacifique, le golfe de Guinée, la région euroatlantique et la Méditerranée jusqu’au golfe Persique, au Pacifique oriental et au bassin des Caraïbes », de dire le vice‑amiral Ron Lloyd, commandant de la MRC.

En fait, la MRC a récemment été reconnue par Forbes Media comme étant un des meilleurs employeurs du Canada.

« Cette réussite témoigne de l’ardeur au travail et du dévouement de l’État‑major de la Marine qui a su adapter et mettre en œuvre des stratégies, des politiques et des cadres – en particulier les politiques qui ont un effet direct sur nos effectifs – qui encouragent nos marins à exceller et qui les rendent capables de le faire », ajoute le Vam Lloyd.

Le concept global de la santé et du mieux‑être

Afin de garantir à leurs membres un état global et continu de santé et de mieux-être, les Forces armées canadiennes (FAC) ont élaboré une nouvelle Stratégie de performance physique appelée « ÉQUILIBRE » pour offrir une approche exhaustive de la condition physique opérationnelle et liée à la santé, adaptée aux besoins particuliers des FAC.

La Stratégie met l’accent sur les opérations, elle établit un équilibre entre le leadership et les responsabilités de la personne, et elle favorise activement l’amélioration de la gamme existante de programmes et de pratiques menant au succès.

« Pour la MRC, la Stratégie de performance physique est un élément clé qui encourage la poursuite continue de l’excellence dans les opérations et à l’instruction, en mer ou à terre, en faisant en sorte que les militaires parviennent au niveau le plus élevé de santé et de mieux-être sur les plans physique et mental afin de fournir un rendement optimal », explique le capitaine de corvette Tracy Versteeg, membre de la Direction – Personnel et instruction de la Marine (DPIM), à Ottawa.

Plus précisément, la Stratégie de performance physique des FAC met l’accent sur l’amélioration de la performance physique des marins, des soldats et des aviateurs en en faisant un volet essentiel de l’état de préparation opérationnelle et du mieux‑être tout au long de la vie. Elle s’appuie sur les principes suivants : l’activité physique, le rendement, la saine alimentation, le sommeil et le repos, et la prévention des blessures.

Pour la Marine, cela signifie qu’il lui faut notamment créer une culture qui encourage les marins à consacrer du temps au conditionnement physique en mer, quand ils ne sont pas de service.

« La MRC adopte pleinement la Stratégie de performance physique des FAC, de dire le Capc Versteeg. Elle ne se rapporte pas uniquement à la condition physique : elle fait valoir que nous devons favoriser une culture qui met en valeur tous les aspects de la santé, qui encourage l’adoption de mesures pour prévenir le mal, qui accroît le mieux‑être et qui procure soins et soutien aux malades et aux blessés. »

La MRC mène déjà de nombreuses initiatives stratégiques qui appuient la stratégie ÉQUILIBRE, y compris la création d’un espace réservé au gymnase à bord des navires; le Défi-vélo annuel de la Marine; la Course de la Marine aux bases des Forces canadiennes Halifax et Esquimalt (C.‑B.); le programme Santé et mieux-être des Forces maritimes du Pacifique; des études sur les habitudes de sommeil et la fatigue des marins; l’offre de choix alimentaires plus sains dans les bases et à bord des navires; l’installation de nouveaux fours à vapeur qui facilitent une alimentation plus saine à bord des navires. 

Diversité et inclusion

La MRC a aussi refondu ses stratégies de recrutement. Comme dans l’ensemble du Canada, les principes de la diversité et de l’inclusion constituent pour elle des valeurs clés qui contribuent au mieux‑être de l’équipe et aident à faire en sorte que les forces navales soient le reflet de la société canadienne.

Chaque personne a une place dans l’organisation et peut poursuivre une carrière dans toute une gamme de spécialités qui la mèneront à bord de navires et de sous‑marins. La MRC s’est fixé des objectifs ambitieux pour attirer plus de femmes, de membres des minorités visibles et de membres des Premières Nations.

La vie à bord des navires de guerre s’est améliorée considérablement à la faveur des innovations adoptées. Par exemple, la MRC est en train d’installer des connexions Wi‑Fi dans ses flottes de frégates de la classe Halifax et de navires de défense côtière de la classe Kingston. Par conséquent, les marins auront accès à Internet et pourront communiquer avec leur famille et leurs amis, ce qui réduira les difficultés et l’isolement inhérents à la vie des marins. C’est aussi pour la chaîne de commandement une nouvelle façon de communiquer ses directives à l’interne.

« Combiné aux nouvelles initiatives axées sur la condition physique, cela aide à attirer des membres du public cherchant à améliorer leur forme physique et à la maintenir à un haut niveau, et montre que la MRC se soucie de respecter l’équilibre entre la qualité de vie et le travail », explique le Capf Dave Mercer, de la DPIM. « Ainsi, la MRC ajoute de l’équipement de conditionnement physique ultramoderne à bord de ses navires et elle dresse les horaires à bord de manière à accommoder les marins et leur famille. L’adoption de formules novatrices de roulement des quarts de veille permet aussi aux marins de mieux se reposer et se détendre pendant qu’ils ne sont pas de service. »

Afin d’attirer de nouvelles recrues, la MRC a aussi adopté de nouveaux produits reflétant le monde virtuel d’aujourd’hui. Qu’il s’agisse des visites virtuelles tous azimuts faites « à bord » de navires et de sous-marins, des vidéos et des sites Web qui mettent en lumière les spécialités dans lesquelles existent des postes, ou des indemnités d’enrôlement destinées aux candidats possédant déjà des qualifications, ou encore des salons de l’emploi et des visites dans les écoles, voilà autant de moyens par lesquels la MRC cherche à renforcer ses relations avec le public canadien.

Une carrière dans la MRC est exigeante et oblige le marin à vivre pendant de longues périodes loin de sa famille, mais cette dernière pourra aussi compter sur de nombreuses ressources offertes dans les bases de la Marine. Ces bases fournissent une aide personnalisée aux familles afin de cerner leurs besoins et de leur faire découvrir la gamme de services mis à leur disposition, y compris le service de garde d’enfants, les cours de langue seconde, les activités artistiques et sportives, et bien plus encore.

Une équipe de la Marine

Une fois qu’une personne se joint à l’équipe de la Marine, ses études, la gestion de sa profession et son entraînement sont conçus pour faire en sorte que son emploi ajoute à la valeur de la MRC et du Canada.

« La reconnaissance des diplômes et de l’expérience de chaque recrue éventuelle permet à la MRC de mettre en lumière ce que cette personne lui apporte », déclare le Capf Dennis Witzke, à la DPIM.

Il ajoute que, grâce à la reconnaissance des titres scolaires et de l’expérience et au renforcement des liens avec les établissements d’enseignement, la MRC peut cerner la valeur de ce que chaque recrue éventuelle lui apporte.

« Cela peut réduire la répétition d’études faites antérieurement et le temps qu’il faut pour acquérir les qualifications de la MRC, voire celui qui est nécessaire pour obtenir une promotion, dit‑il. Les groupes professionnels militaires (GPM) évaluent d’avance les études antérieures des marins et, quand cela est justifié, ils amorcent le processus de reconnaissance des acquis au nom du marin pour lui accorder des qualifications. »

La MRC a adopté le régime de l’instruction par modules pour améliorer le calendrier des études, réduire la durée de l’attente et permettre l’accès à distance à des cours nécessaires. Le « modèle des deux côtes » fait complément à ce régime et permet aux marins de recevoir l’instruction là où ils vivent, de sorte qu’ils ne passent pas autant de temps loin des leurs.

Le nombre de jours qu’un marin passe loin de sa famille est enregistré, et la supervision d’un officier général est nécessaire dans le cas des marins qui sont en déploiement pendant plus de 180 jours au cours d’une période de 12 mois. En outre, pour donner aux marins et à leur famille la capacité de dresser des plans à plus long terme et d’avoir confiance dans le programme de leur navire, les dirigeants ont étendu la portée du calendrier et des plans opérationnels et ont déclassifié le calendrier même.

L’amélioration continue des structures des GPM et la rationalisation du processus faciliteront aussi le passage d’un emploi à temps partiel à un autre à temps plein.

« Ainsi, les citoyens canadiens pourront occuper d’abord un poste à temps partiel dans la Réserve navale, y acquérir des qualifications et une expérience, puis passer à la Force régulière, s’ils le désirent, avec les compétences ainsi obtenues », affirme le Capf Witzke.

Cependant, la MRC est résolue à faire en sorte que la Réserve navale fasse partie intégrante de l’équipe de la Marine unie.

Si les marins décident de rester dans la Réserve navale, leurs possibilités d’emploi ne seront limitées que par leurs qualifications et la disponibilité des postes, et ils auront l’occasion de servir en mer et à terre, y compris dans l’Équipe de sécurité navale. La création de composantes de la Réserve dans les GPM de la Force régulière élargira également la gamme des possibilités d’emploi pour les membres de la Réserve et aussi pour les membres de la Force régulière qui souhaitent être libérés et passer à la Force de réserve.

Toutes ces nouvelles initiatives visent carrément à améliorer la qualité de vie des marins servant actuellement dans la MRC et celle des Canadiens qui veulent se joindre à l’équipe.

« Nous possédons une force navale dynamique et en bonne santé dont nos marins sont fiers, affirme le Vam Lloyd. Dans l’avenir, nous devons continuer de nous adapter de manière à dynamiser et à soutenir nos marins et leur famille pour faire en sorte que nous demeurions prêts à aider, prêts à diriger, prêts à combattre. »