La MRC et la Garde côtière canadienne signent un important accord pour mener des opérations conjointes dans l’Arctique

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 7 juin 2018

Par Darlene Blakeley

Un accord important sur l’exécution d’opérations conjointes dans l’Arctique a été signé par la Marine royale canadienne (MRC) et la Garde côtière canadienne.

Le 22 mai 2018, le vice‑amiral Ron Lloyd, commandant de la MRC, et Jeffery Hutchinson, commissaire de la Garde côtière canadienne, ont signé le concept des opérations (CONOPS) conjointes dans l’Arctique, qui détermine la façon dont la MRC et la Garde côtière canadienne coordonneront les opérations maritimes dans l’archipel Arctique et les eaux arctiques du Canada en vue d’accroître leur interopérabilité.

Compte tenu de l’engagement pris par le gouvernement du Canada d’assurer une présence de plus en plus forte dans les régions arctiques, la MRC et la Garde côtière canadienne demeurent les principales organisations maritimes présentes dans ces régions durant la saison de navigation estivale. La MRC et la Garde côtière canadienne se voient confier des missions et des tâches différentes qui leur sont propres certes, mais cela ne les empêchera pas de réaliser une synergie fructueuse et des gains d’efficacité sur le plan opérationnel si elles collaborent ensemble.

« Les opérations maritimes dans l’Arctique canadien sont complexes et en évolution constante, a fait remarquer le vice‑amiral Lloyd. Même si la Garde côtière canadienne et la MRC jouent des rôles différents, leur détermination à accroître leur interopérabilité témoigne de leur volonté d’atteindre leurs objectifs communs fixés par le gouvernement. En définissant notre partenariat, nous renforçons et solidifions le lien qui existe entre la Garde côtière canadienne et la MRC et nous profitons des expériences, des ressources, ainsi que des sphères de responsabilité distinctes et étroitement liées, de chacun. »

La Garde côtière canadienne envoie chaque année au moins six navires dans l’Arctique pour la saison de la navigation, et la MRC y envoie un ou deux navires pour quelques semaines. Grâce à l’arrivée prévue du premier navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique cette année, la MRC sera en mesure de prolonger ses opérations et ses missions dans l’Arctique.

Il existe des possibilités de collaboration dans des domaines tels que l’établissement du calendrier opérationnel, le soutien logistique, l’entraînement, l’interopérabilité et l’exécution des opérations dans le Nord, sans oublier la recherche et le sauvetage, la protection de l’environnement et la sécurité maritime.

« Les situations d'urgence dans les eaux arctiques sont une réalité et la Garde côtière canadienne se tient prête à intervenir. Il est essentiel d’établir ce genre de partenariats pour qu’on puisse continuer à répondre aux besoins de ceux qui utilisent les eaux arctiques du Canada, a précisé le commissaire Hutchinson. La Garde côtière et la MRC prévoient d’importants investissements visant à renforcer nos capacités dans l’Arctique, comme la mise à l’eau d’un nouveau brise-glace polaire et de nouveaux navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique. Les mesures contenues dans le Plan de protection des océans permettront elles aussi de renforcer le système d'intervention en cas d'urgence en mer, la présence de la Garde côtière canadienne et la sécurité de la navigation dans l’Arctique. »

La MRC a mené des opérations dans les eaux nordiques pendant de nombreuses années afin de remplir les missions et le mandat que lui a confiés le gouvernement du Canada. Ses principales missions comprennent la surveillance, la présence et le contrôle, le soutien d’autres ministères, l’intervention en cas d’urgence et le renforcement des relations dans la région.

En général, la MRC est responsable de la programmation, de la formation et de la gestion liés au soutien logistique de ses forces affectées aux opérations maritimes dans l’Arctique, de la coordination des forces maritimes dans le Nord par l’intermédiaire du commandement de composante maritime à Halifax, et de l’exécution de toutes les missions nordiques que lui confient le Commandement des opérations interarmées du Canada et le gouvernement du Canada.

Depuis plus de 50 ans, la Garde côtière canadienne mène des opérations dans les eaux de l’Arctique, y assure une présence dominante et y joue le rôle maritime principal. Elle fournit d’importants services de déglaçage et de services liés à la sécurité de la navigation, ainsi qu’un soutien aux projets scientifiques du gouvernement et à réapprovisionner les collectivités éloignées. Elle contribue aussi largement à la connaissance du domaine maritime dans l’Arctique.

« L’Arctique est un milieu maritime complexe et dynamique. Il présente toutes sortes de défis pour les marins qui ont bravé ces eaux au fil des siècles, a expliqué le vice‑amiral Lloyd. En prévision de l’arrivée du Harry DeWolf, le premier navire de patrouille extracôtier et de l’Arctique, la MRC envoie plus de marins rejoindre nos partenaires de la Garde côtière canadienne afin d’en savoir davantage sur ce milieu particulier. »

Le navire Harry DeWolf prendra la mer cette année pour effectuer des essais. Il intégrera officiellement la flotte en 2019.

Le CONOPS a été élaboré dans le but d’aider les planificateurs, les opérateurs et les groupes d’instructeurs des deux organisations à discuter des activités conjointes de façon régulière. Ce travail de planification peut ne pas incomber uniquement aux signataires de ce CONOPS, étant donné que l’ensemble du gouvernement s’intéresse activement au développement durable de l’Arctique, et qu’il compte à cette fin sur l’engagement, la participation et la contribution des peuples autochtones, des habitants de la région et des gouvernements locaux.

« La MRC et la Garde côtière canadienne sont les deux faces d’une même médaille; elles sont indissociables lorsqu’il s’agit de la sécurité et de la défense de notre grand pays, a ajouté le vice‑amiral Lloyd. Nos deux organisations demeurent déterminées à renforcer leurs liens au moyen des projets conjoints énoncés dans le CONOPS afin de veiller au développement du Nord du Canada, ainsi qu’au maintien de la présence et du contrôle dans la région. Nos missions sont à la fois distinctes et complémentaires. »