La MRC célèbre le 75e anniversaire de la bataille de l’Atlantique

Nouvelles de la Marine / Le 14 novembre 2019

Le 3 mai 2020, tous les services au Canada et à l’étranger célébreront le 75e anniversaire de la fin de la bataille de l’Atlantique. En ce jour important, le Canada et le monde auront l’occasion de commémorer le passé glorieux de notre Marine et de célébrer son avenir prometteur.

La fière histoire navale et maritime du Canada ne saurait être mieux représentée que par le succès de la Marine royale canadienne (MRC) dans la bataille de l’Atlantique. C’est pourquoi la célébration annuelle du service naval et maritime en porte le nom. Bien entendu, les célébrations annuelles de la bataille de l’Atlantique ont une portée beaucoup plus vaste et englobent les héros exceptionnels qui sont au cœur des 109 années d’histoire de la MRC (110 ans en 2020).

La bataille de l’Atlantique, la plus longue bataille ininterrompue de la Seconde Guerre mondiale, a fait rage de 1939 à 1945 et le Canada y a joué un rôle central. Pendant 2 075 jours, plus de 70 000 membres des forces alliées, à savoir des marins, des marins marchands et des aviateurs, ont perdu la vie, dont 4 600 Canadiens.

Le Canada s’est engagé dans la bataille avec 6 destroyers, 3 500 marins, dont le tiers étaient des réservistes, et moins de 40 navires marchands. À la fin de la guerre, grâce à un énorme projet de construction de navires, la marine canadienne était quatrième en importance au monde avec plus de 400 navires de guerre, 400 navires marchands, 95 000 marins, dont 6 000  femmes membres du Service féminin de la Marine royale du Canada, et 12 600 employés civils.

Plus de 25 000 trajets ont été réalisés pendant la guerre. Le Canada a payé cher la victoire. Ses pertes se sont chiffrées à 33 navires de guerre et plus de 2 000 personnes pour la MRC, 350 aéronefs et plus de 900 personnes pour l’Aviation royale canadienne, 73 navires et plus de 1 700 personnes pour la marine marchande du Canada. Une personne sur sept ayant servi dans la bataille de l’Atlantique, en mer ou dans les airs, a perdu la vie. Il s’agit du pourcentage de pertes le plus élevé enregistré dans les Forces armées canadiennes.

La tradition veut que le premier dimanche de mai soit l’occasion d’honorer collectivement tous ceux qui ont consenti le sacrifice ultime pour défendre le Canada et ses intérêts dans l’Atlantique Nord. Or cette année, des activités commémoratives auront lieu tout au long de 2020 dans le but de rafraîchir notre mémoire collective et de mieux faire connaître le rôle important que la Marine canadienne avait joué dans le façonnement de notre identité nationale.

En l’honneur des navires de l’époque, on a peint sur les Navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Moncton et Regina le dessin de camouflage utilisé par l’Amirauté pendant la Seconde Guerre mondiale. Appelé parfois dans le jargon « peinture de camouflage », ce dessin patrimonial est un rappel émouvant de l’histoire de notre Marine et un hommage silencieux à nos camarades de bord d’hier et d’aujourd’hui.

Des services officiels sont prévus autour de monuments et dans les installations de la Marine partout au pays pour le dimanche 3 mai 2020. Tous les Canadiens et toutes les Canadiennes sont  invités à participer à un rassemblement et à s’arrêter pour réfléchir aux sacrifices consentis par nos prédécesseurs.

En commémorant les efforts et les sacrifices de tous ceux et celles qui ont servi dans ce conflit houleux, la MRC profite également de l’occasion pour saluer ceux et celles qui ont servi au cours des 75 ans qui ont suivi la fin du conflit et tous ceux et celles qui servent encore aujourd’hui au sein des Forces armées canadiennes.

Grâce à la livraison des navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique, à l’intégration aux opérations de l’hélicoptère Cyclone et de l’avion patrouilleur Aurora du bloc IV, et à l’arrivée prochaine de ses navires de soutien interarmées et de ses navires de combat canadiens, la MRC continue d’évoluer afin d’être en mesure de relever les défis non négligeables qui l’attendent avec la même détermination dont elle a fait preuve en temps de guerre, dans les situations les plus difficiles.