La MRC accroît sa présence en Afrique

Nouvelles de la Marine / Le 30 mai 2018

Par le lieutenant de vaisseau Linda Coleman

L’enthousiasme était au rendez-vous, le 11 mai 2018, lorsque les membres de la Marine royale du Canada (MRC) ont serré la main de membres de marines partenaires d’Afrique du Nord lors de la cérémonie de clôture de l’exercice PHOENIX EXPRESS 2018 (PE18) à la baie de Souda, en Grèce.

La cérémonie marquait non seulement la conclusion de la première participation de la MRC à PHOENIX EXPRESS 18, mais aussi aux trois exercices de la série EXPRESS du Commandement des États-Unis en Afrique cette année.

« Ce fut un privilège de faire partie de PE18 avec la MRC, afin de poursuivre l’excellent travail et le renforcement des capacités en Afrique cette année dans le cadre de la série EXPRESS, y compris CUTLASS EXPRESS en Afrique de l’Est et OBANGAME EXPRESS en Afrique de l’Ouest », a déclaré le capitaine de corvette Paul Smith, dirigeant supérieur représentant la MRC pour PE18.

Dirigés par le Commandement des États-Unis en Afrique et menés par les forces navales des États-Unis en Afrique, les exercices de la série EXPRESS consistent en une suite de missions de sécurité maritime conçues pour former et évaluer les procédures normalisées de connaissance de la situation du domaine maritime et de transmission d’informations pour les opérations d’interdiction maritime multinationales etinterarmées.

En janvier, la MRC a envoyé des conseillers en Afrique de l’Est pour participer à CUTLASS EXPRESS. Cette contribution comprenait des engagements stratégiques au Mozambique et en Tanzanie pour promouvoir le renforcement des capacités en matière de sécurité maritime dans les centres d’opérations maritimes (COM) de Tanzanie et du Mozambique. Les conseillers de la MRC ont offert du soutien et du mentorat en matière de sensibilisation à la sûreté maritime, transmettant l’expertise canadienne dans ce domaine.

En mars, les Navires canadiens de Sa Majesté Kingston et Summerside, ainsi qu’un détachement du Groupe des opérations tactiques maritimes et une équipe de mentorat de COM étaient en Afrique de l’Ouest pour participer à OBANGAME EXPRESS 2018 (OE18). Cet exercice est axé sur l’amélioration de la coopération entre les pays ouest-africains participants et le renforcement des opérations d’interdiction maritime, afin d’accroître la sécurité et la sûreté maritimes dans le golfe de Guinée, une région attirant l’attention de la communauté internationale en raison d’une récente montée d’activités maritimes illégales. Il s’agissait de la première visite de la MRC au Nigéria depuis un demi-siècle.

La MRC participait à OE18 pour la deuxième année consécutive, et elle s’est d’ailleurs engagée à se rendre dans la région pendant trois à cinq autres années pour continuer à établir des relations dans la région de l’Afrique occidentale, tout en faisant la promotion de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée.

En avril, les observateurs et les évaluateurs de la MRC ont œuvré dans des COM à Bizerte, en Tunisie, et dans la baie de Souda, en Grèce, où ils ont agi à titre d’observateurs, d’évaluateurs et de mentors dans le domaine de la sensibilisation à la sécurité maritime, en plus de fournir une expertise dans les opérations d’interdiction maritime pour PE18.

« Ces possibilités de leadership à l’échelle mondiale aident à renforcer les relations et les partenariats avec des marines aux vues similaires et, dans le cas de PE18, contribuent également à surmonter les défis actuels qui menacent la sécurité maritime en Méditerranée », a ajouté le Capc Smith.

La sécurité maritime en Méditerranée est d’une importance vitale en raison des routes maritimes qui relient l’Europe et l’Afrique du Nord. Depuis 2015, un nombre record de migrants clandestins traversent la Méditerranée en provenance d’Afrique, ce qui pose un problème de sécurité maritime dans la région.

Les partenaires nord-africains de PE18 comprenaient l’Algérie, la Mauritanie, le Maroc et la Tunisie. Ces pays ont dirigé la planification et l’exécution de scénarios d’entraînement, notamment en matière d’interdiction des activités illicites et de mise à disposition de navires, d’équipes et de dirigeants pour permettre les opérations combinées d’un groupe d’action de surface et d’un COM. Parmi les autres pays présents, on trouvait le Canada, la Grèce, l’Italie, Malte, l’Espagne, les États-Unis, la Libye, les Pays-Bas et le Danemark.

« C’est gratifiant de pouvoir aider un pays aux vues similaires à renforcer sa propre capacité de sécurité maritime tout en augmentant l’interopérabilité avec ce dernier », a mentionné le lieutenant de vaisseau Andrew Brumwell au sujet de son expérience au COM de la base navale de Bizerte en Tunisie. « Le défi initial dans les exercices courts comme PE18 est de comprendre rapidement les capacités et les besoins de l’équipe que l’on est là pour conseiller et évaluer, et de trouver la meilleure façon d’utiliser ses propres compétences pour les aider. Ce qui est gratifiant, c’est lorsque cette équipe est capable d’exécuter efficacement la mission présentée. On en tire un sentiment d’accomplissement et de fierté dans ce qu’on a pu atteindre en si peu de temps. »

La participation de la MRC à la série EXPRESS incarne la nouvelle politique de défense du Canada, Protection, Sécurité, Engagement, qui valorise la capacité des Forces armées canadiennes à prévoir les nouveaux défis, à s’adapter aux circonstances changeantes et à agir avec une capacité et un professionnalisme exemplaires tout en soutenant la paix et la sécurité dans le monde entier.