La Marine royale canadienne fait ses adieux au NCSM Protecteur

Nouvelles du Pacifique / Le 3 juin 2015 / Numéro de projet : 05-04-PRO

Rachel Lallouz
Rédactrice attitrée

« Si les frégates et les destroyers sont nos yeux, nos oreilles et nos mains, on peut dire sans hésitation que le Protecteur était le cœur de la flotte », a déclaré le capitaine de corvette Blair Brown, dernier commandant du navire, aux personnes venues assister au désarmement du Protecteur jeudi dernier.

Derrière lui, se dessinait la coque grise du navire, haute sur l’eau parce que le navire ne contenait plus le carburant et la cargaison qui servaient habituellement à ravitailler les autres navires de guerre.

Mis en service le 30 août 1969, le Protecteur a servi pendant 46 ans sur les deux côtes en tant que pétrolier ravitailleur fournissant aux navires canadiens et alliés les provisions nécessaires pour mener à bien des opérations de combat.

« Pendant ses 46 années de service, le Protecteur a accompli bien plus que ce qui était à sa portée », a expliqué le Capc Brown, 33e commandant du navire. « Il a bien servi son pays. »

Devant le Capc Brown se trouvaient des invités composés d’anciens marins du Protecteur, de personnalités et de civils, assis en rangées bien alignées, réunis pour marquer ce moment historique. La Musique Naden de la Marine royale canadienne était là pour cette célébration. Non loin de là, en vol stationnaire, un hélicoptère Sea King attendait, prêt à exécuter un salut aérien en survolant le navire.

L’histoire du Protecteur est longue et variée, remplie de récits colorés et de moments héroïques. En 1982, le navire et son équipage, avec l’aide du Sea King embarqué, ont secouru 28 marins norvégiens qui se trouvaient à bord de l’Essi Silje, un navire transporteur de produits chimiques en détresse à cause d’un incendie qui s’était déclaré dans la salle des machines bâbord. Le Protecteur a participé à des missions de combat pendant la première guerre du Golfe, en 1991, à l’occasion de l’opération Bouclier du désert. Un an plus tard, il a été déployé en Floride pour les opérations de secours après l’ouragan Andrew. En 1999, à la suite de violents troubles au Timor-Oriental, le Protecteur a été déployé pour faire partie de la force opérationnelle de maintien de la paix dirigée par l’Australie.

En 2014, la Marine a décidé de mettre fin au service du vieux navire. Cependant, la date du désarmement a été avancée à cause d’un incendie dans la salle des machines qui a désemparé le navire au large d’Hawaii le 27 février 2014. L’équipage a combattu l’incendie pendant plus de 11 heures.

Au podium, le commodore Bob Auchterlonie, commandant de la Flotte canadienne du Pacifique, a parlé de cette terrible nuit.

« Dans la plus pure tradition de la Marine royale canadienne (MRC), l’équipage du Protecteur, seul en haute mer, en pleine nuit, sans électricité, a lutté contre un violent incendie, faisant preuve d’un leadership inspirant, d’un courage inépuisable et d’une excellente préparation. »

Plus de 10 000 marins et aviateurs ont servi à bord du Protecteur, qui a parcouru plus de 800 000 milles marins pendant son service dans la MRC.

« Pendant plus de 45 années d’un service extraordinaire dans la Marine royale canadienne, le navire et ses équipages ont montré qu’ils avaient le même esprit et la même attitude volontaire, et qu’ils accordaient la même importance à la mission », a ajouté le commodore.

Après les discours, l’équipage, aligné sur l’un des bords du navire bien au-dessus de la foule, a lancé trois derniers hourras avant de débarquer pour la dernière fois.

La Musique Naden jouant Auld Lang Syne, la flamme de mise en service, le pavillon de beaupré et le pavillon du navire ont été amenés et le pavillon de bâbord a été hissé.

Ce fut un hommage bien mérité au navire de guerre et à ses marins qui ont servi avec distinction pendant 46 ans.