La Marine royale canadienne conclut sa participation à CUTLASS EXPRESS 2018

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 16 février 2018

Par le lieutenant de vaisseau Linda Coleman

Ce n’était pas une mission internationale de routine pour quatre marins de la Marine royale canadienne (MRC) des Forces maritimes de l’Atlantique.

Vêtus de leur tenue de combat du désert, le capitaine de corvette Paul Smith, le premier maître de 2e classe Dale Yerardi, le lieutenant de vaisseau Ted Marr et le lieutenant de vaisseau Linda Coleman ont participé à CUTLASS EXPRESS 2018, un engagement mené par les forces navales américaines en Afrique conçu pour aider à améliorer la capacité d’application de la loi maritime et promouvoir la sécurité nationale et régionale en Afrique de l’Est.

Après avoir quitté Halifax à la fin du mois de janvier, les marins ont parcouru la moitié du globe jusqu’en Afrique du Sud-Est. Le Capc Smith et le Ltv Coleman se sont rendus à Maputo, au Mozambique, tandis que le PM 2 Yerardi et le Ltv Marr ont voyagé jusqu’à Dar es-Salaam, en Tanzanie. 

Le Capc Smith, évaluateur principal de la MRC pour CUTLASS EXPRESS 18, était le commandant de la Force opérationnelle pendant le déploiement des Navires canadiens de Sa Majesté Summerside et Moncton en Afrique de l’Ouest l’an dernier. Leur mission consistait à favoriser les relations, à renforcer les capacités de sécurité maritime dans la région du golfe de Guinée, ainsi qu’à participer à l’exercice OBANGAME EXPRESS.

« Je suis honoré d’être de retour en Afrique avec la MRC afin d’y poursuivre l’excellent travail que nous avons commencé l’an dernier en Afrique de l’Ouest », a déclaré le Capc Smith.

La contribution de la MRC à CUTLASS EXPRESS 18 cette année comprenait des engagements stratégiques avec le Mozambique et la Tanzanie pour promouvoir le renforcement des capacités en matière de sécurité maritime dans les centres des opérations maritimes de Tanzanie et du Mozambique. Envoyés comme conseillers, les membres de la MRC ont fourni du soutien et du mentorat sur la sensibilisation à la sécurité maritime, transmettant ainsi l’expertise canadienne dans ce domaine. L’objectif était d’encourager l’engagement et la coopération, et d’informer leurs centres des opérations maritimes des nouvelles façons d’appliquer les concepts modernes de sécurité maritime. Les séances ont eu lieu du 31 janvier au 8 février 2018, et les séances d’information de la MRC ont porté sur des sujets comme le droit de la mer, le rôle de la MRC dans les opérations de recherche et sauvetage et les opérations d’arraisonnement.

« Au cours des séances de renforcement des capacités, nous avons écouté les opérateurs militaires et civils locaux afin de comprendre comment ils gèrent leurs centres d’opérations maritimes, a déclaré le Capc Smith. Cela nous a permis de mieux comprendre comment ils fonctionnent actuellement, de prendre connaissance de leurs besoins ou de l’aide qu’ils veulent obtenir, et de les conseiller. Nous sommes ici pour écouter et aider. »

En Tanzanie, les participants représentaient les principaux acteurs de la sécurité maritime, y compris la Force de défense du peuple tanzanien, la Police maritime de Tanzanie, l’Organisation maritime internationale, le Centre de coordination maritime de Tanzanie et l’administration portuaire de Dar es-Salaam. Au Mozambique, les participants comprenaient des membres des forces navales mozambicaines et de l’Autorité maritime nationale du Mozambique (INAMAR). 

Les séances de renforcement des capacités ont permis aux organisations maritimes locales de se réunir et d’échanger. La diffusion de l’information entre les organisations est un défi qu’ils espèrent surmonter un jour.

« Les séances ont connu un immense succès », a déclaré le PM 2 Yerardi, en ajoutant à quel point le dialogue entre les différentes organisations n’a pas été facile au début. Or, cela a rapidement changé après le premier jour. « Par exemple, nous avons jumelé une personne du ministère des Pêches avec la police navale. Ensuite, l’un d’eux a expliqué comment l’autre tirerait profit de l’échange de renseignements, et vice versa. Nous avons procédé ainsi avec un groupe de plus de 40 personnes, et c’était formidable. Cela a permis aux gens de se parler et a constitué pour eux un excellent outil de réseautage. Je crois que nous avons contribué à éliminer certains obstacles à l’échange de renseignements entre les différents ministères. Nous avons aussi écouté les préoccupations des participants et nous leur avons donné des conseils lorsque nous le pouvions. »

Lorsqu’on l’a interrogée sur la valeur de CUTLASS EXPRESS 18 pour les intervenants maritimes locaux, Sara Nhacuongue, coordonnatrice des interventions d’urgence à l’INAMAR, a affirmé que cette participation est bénéfique. « Cette expérience nous aide à améliorer nos procédures en cas d’urgence et à organiser notre façon de travailler en équipe avec les autres organisations afin d’intervenir plus rapidement et plus efficacement. »

La participation de la MRC à CUTLASS EXPRESS 18 a également permis aux marins de se familiariser avec la culture de la Tanzanie et du Mozambique. Pendant l’heure du déjeuner, les membres de la MRC et les participants locaux ont échangé des anecdotes illustrant les modes de vie de nos différents pays. Le Capc Smith et le Ltv Coleman ont également visité le quartier historique de Mafalala à Maputo, au Mozambique, et ont fait don de fournitures scolaires à l’école primaire locale.

« C’était formidable de dialoguer avec les représentants de la collectivité locale et d’apprendre à connaître leur culture et leur patrimoine. Maputo est une ville riche en histoire maritime. Prendre connaissance de son contexte nous a permis de mieux comprendre comment ils fonctionnent aujourd’hui, ce qui nous aide à améliorer notre rôle de conseillers pendant CUTLASS EXPRESS », a déclaré le Capc Smith.

Le 8 février, CUTLASS EXPRESS 18 a pris fin et les participants ont reçu des certificats de participation. Le haut-commissaire du Canada en Tanzanie, Ian Myles, le haut‑commissaire du Canada au Mozambique, Antoine Chevrier, ainsi que des représentants de l’ambassade des États-Unis et des organisations maritimes locales étaient présents. 

Le Commandement des États-Unis en Afrique parraine la série d’engagements EXPRESS, qui comprend CUTLASS, OBANGAME et PHOENIX. Les NCSM Kingston et Summerside, un détachement du personnel du Groupe des opérations tactiques maritimes ainsi qu’une équipe de mentorat du Centre des opérations maritimes participeront à OBANGAME EXPRESS en mars 2018.