L'histoire de la Bataille de l'Atlantique

L'histoire de la MRC / Le 23 avril 2015

La campagne de la bataille de l’Atlantique s’est déroulée en mer de 1939 à 1945 et avait comme objectif stratégique le contrôle des voies maritimes de l’Atlantique Nord. Elle a été la campagne la plus longue, la plus étendue et la plus complexe de la Seconde Guerre mondiale. Sur une période de 2 075 jours, les forces alliées navales et aériennes ont livré plus de 100 batailles de convois et engagé peut‑être un millier de combats de navires individuels contre les sous-marins et les bâtiments de guerre des marines allemandes et italiennes. Les navires ennemis ciblaient principalement les convois de navires marchands transportant du matériel et des troupes essentiels pour assurer la liberté des peuples de l’Amérique du Nord et de l’Europe.

C’est tous les jours que des convois de 125 navires marchands voguent dans l’Atlantique Nord. Et c’est durant ces traversées tumultueuses et semées d’embûches que la Marine du Canada se développe, grandit et se forge une réputation de service professionnel. La Marine royale du Canada escortera plus de 25 000 navires marchands transportant quelque 182 000 000 tonnes de cargaison en Europe, soit l’équivalent de 11 trains de marchandise qui s’étaleraient de Vancouver à Halifax. Sans ces approvisionnements, l’effort de guerre aurait été anéanti.

Des milliers d’hommes et de femmes – membres de la Marine royale du Canada (MRC), de la Marine marchande canadienne, le Service féminin de la Marine royale du Canada et de l’Aviation royale du Canada (ARC), bon nombre desquels provenaient de petites villes canadiennes et s’étaient portés volontaires –, ont dû faire face à des situations si périlleuses que cela dépasse l’entendement. Nous, Canadiens, devons être fiers de leur courage.

La Marine canadienne, bien qu’elle n’était pas vraiment prête pour la guerre en 1939, a grossi à un rythme considérable, pour finalement assurer 47 % de l’accompagnement des convois. Le contre-amiral Leonard Murray qui, à titre de commandant en chef canadien de la zone nord-ouest de l’Atlantique, dirige, dès mars 1943, ces batailles de convois depuis Halifax, devient le seul Canadien à assurer le commandement d’un théâtre d’opérations allié pendant la guerre.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, la MRC est passée d’une flotte de 13 navires à une force de près de 100 000 hommes et femmes en uniforme et de près de 400 navires, pour devenir la quatrième marine en importance dans le monde. Elle a subi 2 210 pertes de vie, dont six étaient des femmes, et la perte de 33 navires. Elle a détruit ou aidé à détruire 33 sous-marins allemands (U‑boat) et 42 navires de surface. De concert avec les forces aériennes et la Marine marchande du Canada, elle a joué un rôle crucial et vainqueur dans le combat pour la suprématie des mers.

Le premier dimanche de mai de chaque année, le Canada et les membres de la communauté navale canadienne se souviennent de ceux et celles qui ont perdu la vie en mer au cours de la Seconde Guerre mondiale. Ils renouvellent la promesse d’engagement, « Toujours là, toujours prêts », qui constitue l’héritage de la bataille de l’Atlantique et permet à nos marins de faire face avec fierté et professionnalisme aux défis actuels de la sécurité. La cérémonie de la commémoration nationale de la bataille de l’Atlantique constitue un rappel important de la contribution de la marine à l’histoire du Canada pendant son premier siècle d’existence. Cette commémoration aide aussi les Canadiens à se souvenir des dangers continus auxquels la profession navale est exposée, tant en termes de violence de l’ennemi que des dangers provenant de la mer comme telle.

La victoire chèrement gagnée résultant de cette bataille – le cadeau à notre pays de la MRC, de la Marine marchande et des escadrons de l’ARC – est un héritage que le temps ne saurait effacer et qui est une inspiration pour la marine d’aujourd’hui.

La MRC commémore la bataille de l’Atlantique en l’honneur du « Jour de la Victoire en l’Europe » en 1945, connu plus simplement sous le nom de « Jour de la Victoire ». De son côté, le Royaume-Uni commémore un point tournant de la guerre, lorsque les forces alliées ont pris le dessus et ont réussi à renverser la menace des attaques de sous-marins allemands en mai 1943. Même si la guerre n’était pas gagnée et que la MRC a perdu près de la moitié de ses effectifs, elle a aussi coulé la majorité des sous-marins allemands après mai 1943. Le navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Esquimalt fut le dernier navire de la MRC coulé par l’ennemi dans les approches du port d’Halifax le 16 avril 1945. C’est là que 44 membres d’équipage ont péri à moins de trois semaines du Jour de la Victoire.

Le Jour de la Victoire a mis fin, officiellement, à la bataille de l’Atlantique, lorsque les forces navales allemandes se sont rendues aux forces navales alliées le 8 mai 1945. La MRC commémore la bataille de l’Atlantique en se basant sur l’année de la fin de la guerre.

Pour de plus amples renseignements au sujet de la bataille de l’Atlantique, veuillez consulter le site Web d’Anciens Combattants Canada :

http://www.veterans.gc.ca/fra/remembrance/history/second-world-war/battle-atlantic

 

Voici une liste des navires de la Marine royale du Canada qui ont été coulés et des marins qui ont perdu la vie lors des affrontements survenus durant la bataille de l’Atlantique :

Navire NCSM Date du naufrage Pertes de vie
NCSM Ypres 12 mai 1940 Aucune perte de vie
NCSM Fraser 25 juin 1940 Perte de 47 vies
NCSM Bras d’Or 19 octobre 1940 Perte de 30 vies
NCSM Margaree 22 octobre 1940 Perte de 142 vies
NCSM Otter 26 mars 1941 Perte de 19 vies
NCSM Levis 19 septembre 1941 Perte de 18 vies
NCSM Windflower 7 décembre 1941 Perte de 23 vies
NCSM Adversus 20 décembre 1941 Aucune perte de vie
NCSM Spikenard 10 février 1942 Perte de 57 vies
NCSM Raccoon 7 septembre 1942 Perte de 37 vies
NCSM Charlottetown 11 septembre 1942 Perte de 10 vies
NCSM Ottawa 13 septembre 1942 Perte de 113 vies
NCSM Louisbourg 6 février 1943 Perte de 37 vies
NCSM Weyburn 22 février 1943 Perte de 8 vies
NCSM St. Croix 20 septembre 1943 Perte de 147 vies
NCSM Chedabucto 21 octobre 1943 Perte de 1 vie
NCSM Athabaskan 29 avril 1944 Perte de 128 vies
NCSM Valleyfield 6 mai 1944 Perte de 123 vies
Vedette lance-torpilles 460 2 juillet 1944 Perte de 11 vies
Vedette lance-torpilles 463 8 juillet 1944 Aucune perte de vie
NCSM Regina 8 août 1944 Perte de 30 vies
NCSM Alberni 21 août 1944 Perte de 59 vies
NCSM Skeena 25 octobre 1944 Perte de 15 vies
NCSM Shawinigan 24 novembre 1944 Perte de 91 vies
NCSM Clayoquot 24 décembre 1944 Perte de 8 vies
Vedettes lance-torpilles
459, 461, 462, 465, 466
14 février 1945 Perte de 26 vies
NCSM Trentonian 22 février 1945 Perte de 6 vies
NCSM Guysborough 17 mars 1945 Perte de 51 vies
NCSM Esquimalt 16 avril 1945 Perte de 44 vies

-30-