Héros de la bataille de l’Atlantique : John Wall

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 17 septembre 2020

Le grand-père du Major Geoff Wall, John Francis Wall, a navigué à bord du Navire de Sa Majesté (HMS) Illustrious lors de la bataille de l’Atlantique et a servi jusqu’en 1945, année où il a été blessé au combat.

« Mon père est né en 1939 et a vu son père (mon grand-père) seulement à son retour de la guerre. Mon père a été élevé par ses grands-parents. Ma grand-mère travaillait au standard téléphonique des pompiers pendant la guerre », a déclaré le Major (Maj) Wall. 

« Mon grand-père est décédé à 69 ans alors que je n’avais que neuf ans. Je n’ai pas eu l’occasion de lui parler souvent. C’était un type tranquille. »

Le Maj Wall tenait à nous raconter l’histoire de son grand-père pour nous aider à nous souvenir du prix qui a été payé pour obtenir les libertés dont nous jouissons aujourd’hui.

« Il a servi dans un but précis, celui de lutter contre un ennemi commun qui est en opposition avec notre mode de vie et nos libertés. C’est un combat permanent, dont on reconnaît l’importance certes, mais qui est souvent hors de vue du grand public », a-t-il ajouté.

« Pendant que nous profitons de ces libertés, il est important de continuer à commémorer leur service en rendant hommage à nos militaires actuels. »

John Wall s’est porté volontaire pour faire son service militaire et s’est enrôlé dans la Force  régulière britannique en octobre 1939.

Il a commencé son entraînement avec la Force régulière de la Royal Navy (RN) à bord du HMS Raleigh à Devonport, en Angleterre, le 19 mars 1941, avant de se rendre peu après sur le HMS Drake, le principal établissement d’instruction de Devonport. En avril 1941, le HMS Drake a été bombardé et de nombreuses personnes ont été tuées à la base. John Wall a survécu à ces bombardements et a terminé son instruction navale en décembre 1941. 

La veille de Noël 1941, le matelot de 2e classe John Francis Wall s’est joint à l’équipage du porte‑avions HMS Illustrious en tant qu’artilleur-chargeur.  Il a passé près d’un an en mer, dans l’Atlantique Nord et au milieu de l’Atlantique, posté aux canons navals qui ont protégé le porte‑avions pendant la bataille de l’Atlantique.

D’octobre à novembre 1942, il a servi en Afrique du Sud, sur le HMS Assegai, une base navale près de Durban.

Par la suite, il a été muté à bord du HMS Lanka, un autre établissement naval à Colombo, au Sri Lanka, où il est resté jusqu’en juillet 1944.  C’est au cours de cette période qu’il a été envoyé dans de nombreux ports de l’océan Indien, dont Mombassa.

À Mombassa, à 6 500 kilomètres de chez lui, où le navire était en carénage, il est tombé sur son frère un soir, après un dîner dans un village de la région.

De retour au HMS Drake pour un entraînement supplémentaire, il est à nouveau envoyé en Malaisie où il est resté jusqu’en mars 1945.

Il a été rappelé sur le HMS Drake en mars 1945 et a été blessé au combat le 19 mars.

Après avoir passé près de six ans loin de chez lui, le Mat 2 Wall a obtenu sa libération de la Royal Navy, en tant que réserviste de service en classe A, le 21 décembre 1945 et a retrouvé sa famille à North Shields, en Angleterre.

Le père du Maj Wall a également servi dans l’Armée britannique avec les sapeurs parachutistes. Son arrière-grand-père, John Jessup, a lui aussi servi dans l’Armée britannique, mais avec l’infanterie légère pendant la Première Guerre mondiale. Le Maj Wall a lui-même servi au cours des 30 dernières années, d’abord dans l’Armée britannique et maintenant dans l’Armée canadienne. La famille Wall compte plus de 100 ans de service.

« Les exemples de bon comportement et d’altruisme donnés par mon grand-père et mon père ont grandement influencé ma décision de choisir une carrière militaire », nous a confié le Maj Wall.

« Je suis fier de suivre leurs traces et j’espère pouvoir donner le même exemple. »

 

Le Maj Wall est actuellement le chef de l’équipe de gestion de l’équipement (armes légères) qui gère toutes les armes légères utilisées par les Forces armées canadiennes. Il a aussi l’honneur d’être le conseiller du groupe professionnel qui regroupe 438 de techniciens en armement basés à terre.

Article rédigé avec l’aide de documents fournis par le Maj Geoff Wall, le Génie électrique et mécanique royal canadien