En souvenir des premières victimes de la Première Guerre mondiale

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 11 novembre 2019

Par Jennifer Gamble, conservatrice du Musée naval d’Halifax

Le jour du Souvenir de cette année marque le 101e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Lorsque les hostilités ont commencé en 1914, la Marine royale canadienne (MRC) n’avait que quatre ans.

Avec seulement deux anciens croiseurs britanniques, les navires canadiens de Sa Majesté Rainbow et Niobe, et un équipage d’environ 350 marins, la MRC faisait face à une tâche monumentale : défendre les côtes du Canada sans flotte.

À Halifax, la Marine était chargée d’établir des moyens de défense tels que des filets dans l’ensemble du port, la coordination des efforts de dragage de mines et le contrôle de la circulation dans le port. La demande de marins et d’officiers bien entraînés pour effectuer ce travail était élevée, et l’Amirauté a donc fait appel au premier groupe de diplômés du Collège royal de la Marine du Canada.

Parmi ses membres se trouvaient quatre jeunes et brillants résidents des Maritimes : Malcolm Cann, John V. W. Hatheway, William Archibald Palmer et Arthur Wiltshire Silver. Après avoir obtenu leur diplôme en 1914, ils ont été choisis pour servir dans l’escadron des Antilles de la Royal Navy et affectés au Navire de Sa Majesté (NSM) Good Hope.

Six semaines plus tard, ces quatre aspirants de marine ont été perdus. Le 1er novembre 1914, au large des côtes du Chili, le Good Hope a été coulé lors de ce qui est appelé la bataille de Coronel. Tout l’équipage a été perdu.

M. Cann, M. Hatheway, M. Palmer et M. Silver furent les premiers membres de la MRC et Canadiens â être victimes de la guerre. Une semaine plus tard, les journaux canadiens annonçaient la perte du NSM Good Hope et des quatre aspirants de marine des Maritimes.

Avant de quitter l’Angleterre pour la côte du Chili, M. Cann a envoyé une lettre à sa mère à Yarmouth, en Nouvelle-Écosse. Lorsque Mme Cann l’a reçue, son fils était déjà perdu en mer et elle a passé le reste de sa vie à le chercher. Cette lettre, ainsi que les médailles de Malcolm Cann, sont exposées au Musée naval d’Halifax. 

À la fin de la guerre, la MRC était passée de quelques centaines à plus de 5 000 marins. Au début de la Seconde Guerre mondiale, la MRC avait davantage pris de l’expansion et comptait 95 000 hommes et femmes en uniforme.

Grâce aux fondements établis pendant la Première Guerre mondiale, la Marine canadienne était mieux équipée pour relever les défis de la Seconde Guerre mondiale.

Durant le jour du Souvenir cette année, le Musée naval d’Halifax sera ouvert de midi à 16 h en l’honneur et à la mémoire des nombreux Canadiens qui ont servi dans la MRC au cours des 100 dernières années.