Changer les choses – à l’échelle mondiale – simplement en étant nous-mêmes

Galerie d'images

Nouvelles de la Marine / Le 18 mars 2020

« C’était un honneur incroyable de montrer les progrès des Forces armées canadiennes (FAC) en tant que les deux femmes déployées les plus hautes gradées (officier et militaire du rang) au sein de la Marine royale canadienne (MRC) à l’époque. Nous changions les choses – à l’échelle mondiale – simplement en étant nous-mêmes ».

Le premier maître de 1re classe (PM 1) Alena Mondelli a vécu la plus grande expérience de sa carrière jusqu’à présent en août 2019, lorsqu’elle a terminé sa rotation en tant que membre du Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Toronto déployé dans le cadre de l’opération REASSURANCE.

« J’ai fait un exposé conjoint avec le commodore Josée Kurtz à l’Académie navale d’Ukraine à Odesa, en Ukraine, sur la diversité et l’intégration des femmes au sein de la MRC et des FAC », a expliqué le PM 1 Mondelli.

À titre d’officier supérieur et de militaire du rang supérieur, nous avons parlé en tant qu’« équipe de direction » de nos expériences non seulement en tant que dirigeantes au sein de la MRC, mais aussi de la manière dont l’intégration des femmes a contribué à ouvrir la voie à des FAC et à une MRC inclusives et diversifiées et à les transformer.

L’expérience a vraiment fait comprendre au PM 1 Mondelli que les marins, en particulier ceux de sexe féminin, ont besoin de voir leurs modèles féminins dans les forces armées, de leur parler et d’apprendre d’eux.

« Il m’a fallu beaucoup de temps, et des affirmations fortes d’un de mes mentors, pour reconnaître que j’avais besoin de dire que j’étais une « femme marin » et pas seulement un « marin ».

Pendant la majeure partie de ses 28 années de carrière, en particulier durant les premières années, Mme Mondelli s’est efforcée de ne pas associer son genre à ce qu’elle faisait pour éviter que certains de ses camarades de bord lui rappellent qu’elle était une femme et affirment qu’elle utilisait son « statut de femme » pour obtenir ce qu’elle voulait.

« J’ai pensé que cela aiderait à réduire la misogynie, le sexisme et les préjugés sexistes que j’avais connus », a déclaré le PM 1 Mondelli.

« Tout au long de ma carrière, j’ai surtout travaillé avec des collègues et des superviseurs masculins professionnels et inclusifs. Ce que je sais maintenant, c’est que les femmes marins de tous les grades veulent des modèles féminins et nous recherchent ».

La MRC est un employeur souscrivant au principe de l’égalité d’accès à l’emploi et l’un des meilleurs employeurs au Canada. L’organisation a fait l’effort d’assurer l’égalité des chances que les militaires de sexe féminin demandent.

« Une femme peut accomplir n’importe qu’elle tâche si elle le veut! Il existe de nombreuses possibilités et options. Tout est possible », a déclaré le PM 1 Mondelli.

« Nous [la MRC] avons évolué pour répondre aux besoins de tous les militaires, et les femmes ont plus de contrôle sur ce qui compte pour elles, comme le fait d’être dans un environnement sûr ainsi que les possibilités de devenir mère quand cela leur convient – peu importe ce à quoi peut ressembler la maternité/parentalité ».

Lorsqu’on lui a demandé si elle avait des conseils à donner aux nouvelles recrues de sexe féminin ou aux femmes qui envisagent de faire carrière dans la MRC, elle a répondu ce qui suit.

« Soyez vous-mêmes – ne changez pas qui vous êtes – et faites de votre mieux. Cherchez un modèle ou un mentor, même à un moment aussi nouveau de votre carrière, car cette personne aura des conseils précieux qui vous seront utiles, et traitez les gens comme vous voulez être traitées : avec respect, dignité et équité. Cela montre aux personnes qu’elles sont appréciées ».