Après 55 ans de service, l’hélicoptère Sea King prend sa retraite

Nouvelles de la Marine / Le 12 décembre 2018

Par Peter Mallett

Lors de la cérémonie de fin de service de l’hélicoptère Sea King, le 1er décembre 2018, les hommages sincères ont fusé de toutes parts pour l’aéronef ayant les plus longs états de service de l’Aviation royale canadienne (ARC).

C’est dans le hangar du 443e Escadron d’hélicoptères maritimes à Pat Bay, en C.-B., que plus de 500 personnes se sont réunies pour assister à la mise hors service de grande envergure.

« Le magnifique Sea King était peut-être un objet inanimé, mais il a été une présence bien vivante dans la vie de tant d’entre nous dans la Marine et la Force aérienne. Il va certainement nous manquer », a souligné le lieutenant-général Al Meinzinger, commandant de l’ARC, en s’adressant à la foule.

« Je vois tous les gens ici aujourd’hui qui ont travaillé à bord du Sea King, certains d’entre eux ont côtoyé l’hélicoptère pendant 20, voire 30 ans. C’était véritablement le catalyseur de la mission, des amitiés et des liens que nous avons forgés dans la Force aérienne, et avec nos coéquipiers de la Marine. »

À son passage sur l’estrade, le contre-amiral Art McDonald, commandant adjoint de la Marine royale canadienne, a lui aussi souligné le partenariat entre les deux éléments, forgé par l’hélicoptère et son rôle sur les navires de guerre. L’ancien commandant des Forces maritimes du Pacifique a affirmé qu’au fil des ans, de l’époque de la guerre froide aux opérations actuelles, le Sea King a joué un rôle important dans les déploiements en mer.

« Nous soulignons aujourd’hui la mise hors service d’une bête de somme indéfectible. Nous célébrons le rôle que le Sea King a joué comme base solide dans la poursuite de la réussite continue de l’aviation navale grâce à un partenariat entre la Marine, la Force aérienne et l’industrie, a souligné le Cam McDonald. Le Sea King était beaucoup plus qu’un simple hélicoptère. Depuis sa mise en service dans les années 1960, il a profondément transformé la nature même des opérations navales à l’échelle mondiale. »

Lors de l’acquisition du Sea King en 1963, ce dernier était destiné à la guerre anti-sous-marine. Mais à mesure que l’hélicoptère accumulait des heures de vol, il s’est avéré à la fois polyvalent et fiable dans le cadre d’une foule d’autres tâches et missions, notamment la guerre anti-surface, l’engagement maritime et les opérations d’interdiction de stupéfiants, la lutte contre le terrorisme et la piraterie, l’aide humanitaire, la recherche et sauvetage, et les opérations de secours aux sinistrés au pays.

À la fin de la cérémonie, les participants ont franchi les immenses portes du hangar pour sortir à l’extérieur admirer trois Sea King en survol. Sous la grisaille et la bruine, beaucoup de personnes présentes ont pointé leur téléphone cellulaire vers le ciel pour capter les hélicoptères, qui sont passés deux fois au-dessus du hangar avant de retourner sur l’aire de trafic.

Les derniers Sea King devraient survoler une dernière fois le ciel de Victoria, le 17 décembre, à l’occasion d’un exercice mené avec d’autres aéronefs de l’ARC. Ils seront en attente jusqu’au décompte de la veille du jour de l’An, lorsque la nouvelle génération d’hélicoptères de l’ARC, le CH-148 Cyclone, deviendra le principal hélicoptère maritime embarqué.

Le Lgén Meinzinger a déclaré qu’environ 10 Sea King seront acheminés à des musées ou utilisés comme monuments. Les autres seront éliminés conformément aux procédures habituelles d’aliénation des biens de la Couronne.

Lorsque l’hélicoptère militaire ayant accumulé les plus longs états de service prendra officiellement sa retraite à la fin du mois, il aura accumulé 55 ans de service et près de 550 000 heures de vol, soit l’équivalent de la plus courte distance entre la Terre et Mars, ou encore 7 200 fois le tour de la Terre.

Article publié avec l’autorisation du journal Lookout.